traitement de texte

Traitement de texte
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 03/05/10
  • Correction mineure : 24/06/13
Mots-clés

BibTeX : outil de préparation des citations et de gestion de la bibliographie des articles

  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Version évaluée : 0.99c
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : lgpl
Description
Fonctionnalités générales

Pour l'utilisateur final, typiquement un scientifique rédigeant un article en LaTeX - http://www.projet-plume.org/fr/fiche/latex, BibTeX est un outil logiciel transparent permettant d'oublier les détails de la gestion effective des citations et de la bibliographie du document en cours de création. Finies les bibliographies incomplètes ou contenant des entrées non citées, ou de style approximatif ou hétérogène. Lors de la compilation du document LaTeX, l'outil BibTeX cherche dans la base bibliographique (une liste de fichiers ASCII contenant des fiches bibliographiques au format BibTeX, de suffixe *bib) les références citées dans le *aux (sortie de la compilation LaTeX) et les ajoute, en les adaptant au style associé à l'article (un fichier *.bst (Bib STyle)), à la bibliographie en générant un fichier *bbl qui sera inclus de manière transparente dans le document. Le fichier d'information et d'erreurs sera de suffixe *blg (Bib LoG). De la même manière que LaTeX calcule et met à jour les valeurs des champs des références croisées, des numéros de pages, de figures, de sections et établit éventuellement la table des matières ..., BibTeX gère aussi la substitution des champs de citation bibliographique dans le corps du texte. Les citations manquantes sont évidemment indiquées. Le seul effort de l'auteur est de se souvenir des clefs des articles qu'il cite dans son document via la simple commande \cite{clef}.

BibTeX est aussi un format ouvert et extensible de fiches bibliographiques et un outil de gestion de base bibliographique (une collection de fiches dans un ou plusieurs fichiers). On peut inclure l'ensemble des entrées d'une base via la commande \nocite{*} dans un document LaTeX. Il sera ensuite aisé d'exporter en format PDF, HTML ou toute sortie LaTeX une base donnée et la rendre accessible a des tiers (exemple d'application: base de publication d'un laboratoire, sur un thème). Évidemment, des liens peuvent être prévus ...

Interopérabilité

Les fichiers BibTeX contenant les fiches bibliographiques sont en ASCII, modifiables par tout éditeur de texte (par exemple: Vim - http://www.projet-plume.org/fiche/vim (X)Emacs, Kedit, ...).

Il existe de nombreux filtres d'entrée et de sortie (conversion) entre le format BibTeX et d'autres formats bibliographiques, dont EndNote, CiteMed, DublinCore XML, ...

Il faut cependant voir que la conversion peut être sérieusement limitée par la non-bijectivité entre les formats (des champs dans certains formats n'existent pas dans d'autres, ou bien sont distribués dans plusieurs champs).

Certains outils tel JabRef peuvent modifier les fichiers *bib qu'il lit, par exemple les règles (début et fin des champs, protection des majuscules, des espaces, des formules chimiques).

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Pour compiler complètement un document en LaTeX avec calcul de toutes les valeurs variables, il faut trois passes du compilateur LaTeX. BibTeX s'insère simplement entre la première et la seconde passe, tout comme le générateur d'index makeindex, d'ailleurs. Bien évidemment, il faut indiquer dans le document maître en LaTeX que l'on va faire générer automatiquement la bibliographie via BibTeX en donnant dans le code LaTeX la liste des fichiers bibliographiques (les *.bib, via la commande \bibliography{bib1,bib2, ...})et le nom du fichier de style bibliographique (le fichier *.bst, via la commande \bibliographystyle{MonStyle}). (il est superflu d'indiquer les suffixes).

Comme les fichiers bibliographiques (*.bib) ne sont pas nécessairement dans le répertoire de travail, si leurs chemins ne sont pas pris en compte dans la configuration par défaut, il faudra les indiquer soit dans le fichier LaTeX (\bibliography{/mon/chemin/BibTeX/mybooks} avec mybooks un fichier de suffixe .bib et au format BibTeX), soit dans les variables d'environnement (BIBINPUTS), soit, pour certaines versions de BibTeX, lors de l'invocation du programme bibtex lui-même (bibtex --include-directory="F:\my bibliography folder").

On devra procéder de même pour le fichier de style (*.bst) via BSTINPUTS ou un chemin complet dans \bibliographystyle{}.

BibTeX est un outil logiciel très largement utilisé pour la préparation automatique de la bibliographie pour des articles, des thèses, des notes scientifiques. Il permet d'extraire un sous-ensemble de références bibliographiques d'une ou de plusieurs bases (qui sont en fait de simples fichiers ASCII dans un format trivial) pour faire deux actions simultanées dans un fichier LaTeX en cours de compilation :

  • remplir toutes les occurrences "\cite{}" par la bonne référence bibliographique dans le bon format du style de l'article ou du livre [i.e. quelque chose du genre : [1], (Bose & Einstein), (Bose & Einstein 1928), ...)]
  • rassembler les références dans le bon format correspondant au style de l'article, livre, ... pour générer un fichier *bbl qui, soit sera inséré automatiquement dans la version camera ready du papier (sortie DVI, PDF ou PS ...), soit pourra être inséré à la main dans le fichier LaTeX.

La plupart des journaux scientifiques travaillant avec LaTeX, soit indiquent un style bibliographique générique (une poignée est présente dans une distribution LaTeX de base), soit proposent un style bibliographique adapté (il en existe des centaines).

BibTeX est hautement recommandé pour les étudiants de thèse qui gèrent plusieurs centaines de références, corollairement, ils pourront recycler trivialement ces références pour les articles associés à cette thèse. L'idéal est de commencer à collecter les fiches bibliographiques au fur et à mesure de la recherche bibliographique, en n'hésitant pas à ajouter des commentaires, des liens Web, ... dans les fiches. Concrètement, ceci peut se faire en créant un champ (optionnel, non traite par les styles), par exemple nomme notes-perso="", ...

Via la commande \nocite{*}, il est trivial de générer, pour l'ensemble des entrées d'une base ou de plusieurs bases, une sortie de l'ensemble formatée (dvi, ps, pdf, HTML, ...) avec un style donné. Les doublons peuvent être gérés. Ceci peut être utile dans plusieurs contextes, dont la mise en ligne de bases, la préparation de liste de publication d'un chercheur ou d'un laboratoire ...

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

La principale limitation pour les utilisateurs occasionnels de BibTeX semble être de bien comprendre le mécanisme de génération du fichier "bbl" et, dans le cadre de la rédaction d'un article à plusieurs, d'utiliser les bons moyens pour échanger avec les collègues sans forcer à l'usage de BibTeX ...
Il s'agit là non pas d'une limitation de BibTex en lui-même mais des efforts acceptables par un ensemble de personnes, le maillon le moins curieux limitant l'usage de l'ensemble.

En mode avancé, une des carences de BibTeX semble bien être le choix de la dizaine de type de fiches pré-existants (dont le traitement est connu par la plupart des styles des grands journaux scientifiques). On citera : @article, @proceeding, @book, @inproceeding ... Autant ceci convient très bien pour la plupart des utilisateurs, autant cela peut être bloquant pour certains usages. Par exemple, il sera délicat de gérer une base bibliographique d'un laboratoire avec les catégories nécessaires pour un quadriennal CNRS ou Université sans certaines précautions : BibTeX n'a aucun moyen pour séparer les articles des journaux à referee des autres articles, ni les articles en Français de ceux en Anglais. Quelques "clefs" supplémentaires et quelques filtres à l'aide d'outils connexes (bibtool ...) permettent de contourner ceci sans trop de problème.

On peut mettre en commun certains champs (plusieurs articles d'une même conférence) via un mécanisme de références croisées (cross-ref). Quoique intellectuellement judicieux, je ne recommande pas l'usage extensif de ces cross-references pour des grosses bases à fichiers multiples et qui seraient scriptées, d'autant qu'il faut respecter un ordre. Ceci résiste mal aux fusions, tris, séparations ...

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

BibTeX semble être intégré dans toutes les version LaTeX depuis de nombreuses années. Il semble être figé dans une très vieille mouture (0.99c), sans déficience connue. Dans les système Unix et BSD (dont Linux et MacOS-X), son arborescence est généralement sous: /usr/share/texmf/bibtex/ qui doit contenir les fichiers de style bibliographique ainsi que l'outil de génération de nouveaux fichiers de style (makebst). Il a été noté que certaines versions de BibTeX, souvent liées a des éditeurs de solutions sous plateformes MS-Windows et Apple-Mac incluent des possibilités de configuration non disponible dans la version de référence.

Les fichiers de style bibliographique ont un suffixe en .bst. Les plus fréquents, généralement présent dans les installations LaTeX actuelles, sont : acm.bst, apalike.bst, ieeetr.bst, alpha.bst ...

Par contre, il est fréquent que les styles des journaux "métier" (Nature, Science, A&A, Spie, ...) ne soient pas mis dans les arborescences communes. Les administrateurs système et réseau ne savent pas nécessairement que cela existe, ni les besoins concrets des utilisateurs. Le résultat est souvent que des co-auteurs d'un article, travaillant sur le même ordinateur d'équipe, ont des fichiers de style d'un journal dans des versions différentes ...

Plates-formes

À notre connaissance, BibTeX est présent dans toutes les versions LaTeX récentes (moins de 20 ans d'âge). Et LaTeX est disponible sur presque toutes les plateformes !

Logiciels connexes

Il existe des dizaines d'outils plus ou moins intéressants, récents, maintenus, pertinents, couvrant des manques de BibTeX, comme de disposer d'un mode de test simple des champs des fiches (il est fréquent d'oublier une accolade ou une virgule, et ça peut faire mal, comme toujours dans l'univers LaTeX !)

  • JabRef - http://www.framasoft.net/article3111.html , interface graphique en Java permettant de gérer des bases bibliographique au format BibTeX, pour ceux qui aiment les clickodromes. JabRef présente l'avantage de proposer plusieurs filtres vers d'autres formats, tant en entrée qu'en sortie. Attention aux limites déjà mentionnées.
  • Bibtool - http://www.gerd-neugebauer.de/software/TeX/BibTool... , outil de tri et d'extraction en mode commande. Autant son apprentissage initial peut être délicat, d'autant qu'une typo très gênante a traîné pendant des années dans son fichier PDF d'aide et que sa documentation en ligne est trop succincte en exemples élémentaires, autant son usage pour gérer de grosses bases (plusieurs milliers d'entrées, plusieurs fichiers) en mode script est très efficace (extraction par clef, année, auteur, type ...)
  • (X)Emacs - http://www.gnu.org/software/emacs/, qui vient désormais le plus souvent avec des modes pré-intégrés pour LaTeX et BibTeX (syntax enligthning), propose un mode BibTeX avec de nombreuses options, les plus utilisés étant probablement la vérification syntaxique des fiches et le template pour les différentes fiches possibles (@author ...). Ces templates indiquent les champs obligatoires et optionnels.
  • BibDesk - http://bibdesk.sourceforge.net/ est un gestionnaire graphique de bases bibliographiques écrit spécifiquement pour MacOS.
  • PyBliographer - http://www.pybliographer.org/ est un gestionnaire graphique de bases bibliographiques écrit en Python qui propose également un accès facile aux bases bibliographiques aux programmeurs Python.
  • CMFBibliographyAT - http://plone.org/products/cmfbibliographyat et ATBiblioList - http://plone.org/products/atbibliolist permettent d’intégrer des bases bibliographiques en format BibTeX dans un serveur Plone, ce qui est une bonne façon de gérer et en même temps publier la liste de publications d’une équipe ou d’un laboratoire.
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Il existe des logiciels payants et non libres dans le monde Microsoft qui ont des usages proches et qui utilisent d'autres formats bibliographiques comparables (EndNote, CiteMed, DublinCore XML, ...).

En astronomie et les domaines connexes, toutes les revues de rang A proposent un style LaTeX et un style bibliographique (*.bst) associé. Je ne connais pas de collègues qui utilisent autre chose que BibTeX pour leurs bases bibliographiques en vue de publication.

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

BibTeX semble être figé vers 1988, en version 0.99c, mais son code source est disponible, et il est très simple.

Venant avec BibTeX, il existe un outil (makebst) qui permet de créer un nouveau fichier de style bibliographique (*.bst) en précisant, une à une, les règles voulues (nombre d'auteurs cités avant le et al., quel champ en gras, titre ou pas, tri alphabétique ou autre, ...). Des règles de typographie associées aux langues (de, fr, ...) sont incluses. Il faut bien voir que cette véritable usine à gaz ne doit pas être utilisée pour espérer contourner les choix stylistiques ou les supposées déficiences et limitations du style du journal dans lequel vous espérer publier ! Mais ceci peut être utilisé pour créer son style bibliographique pour sa thèse.

Eléments de pérennité

BibTeX est très largement utilisé, sans déficience connue (au sens de bug, je ne parle pas ici d'erreur de conception). C'est le format proposé par plusieurs bases bibliographiques en ligne, ouvertes ou fermées, dont ADS - http://cdsads.u-strasbg.fr/abstract_service.html
La vitalité dans les extensions (packages permettant de citer l'année au lieu de l'auteur et autres subtilités) et les outils périphériques doivent rassurer par rapport au côté figé de l'outil initial. Malheureusement, la plupart des grands journaux de rang A sont frileux sur les évolutions des outils périphériques.

Une version UTF-8 serait disponible ... Actuellement, il est nécessaire de coder les accents et autres diacritiques par les commandes classiques LaTeX () et de protéger avec des " et {}.

Références d'utilisateurs institutionnels

On pourra voir avec intérêt les Institutionnels référencés ici : http://en.wikipedia.org/wiki/BibTeX#Uses

La situation est très contrastée. Alors que dans certains domaines tels l'Astronomie les journaux scientifiques ne fournissent des styles (templates pour générer le camera ready ou le PDF) qu'en LaTeX, et les styles BibTeX associés, d’autres domaines, tel la Biologie, à l’inverse, fournissent plutôt des templates en MS-Word même si les exceptions sont nombreuses - http://www.ccrnp.ncifcrf.gov/~toms/latex.html#tex-....
En Mathématique et en Physique, la situation est plus ouverte, de très nombreux journaux proposant des styles LaTeX/BibTeX.

Il n'est malheureusement pas rare que des fichiers d'alias (telles les abréviations des noms des journaux pour un style donne ou pour une règle d'écriture donnée d'un *bib) ne soient pas directement associés aux bib, au bst, ou aux sorties d'outils tels ADS. (exemple: \ao pour Applied Optics)

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Il existe de très nombreuses ressources en ligne, de qualité et pertinence variées. Un moteur de recherche invoqué avec habilité doit permettre de répondre aux problèmes classiques.

Le cœur du logiciel est fiable. Les outils connexes sont de qualités inégales. Il ne faut pas oublier qu'on parle d'un logiciel qui existe depuis plus de 5 lustres et est figé depuis 4 lustres ! Certains codes associes sortent directement de version donnée d'Unix (il y a un cas célèbre d'un outil lié a BibTeX, codé en C, ou il faut aller changer a la main une ligne dans le code source, posé sur un des premiers serveurs WEB ...) sans prévoir qu'ils seraient toujours utilisés aujourd'hui, en UTF8, avec un environnement pas nécessairement anglais (accents, option de tri, shells en obsolescence ...).

Documentation utilisateur

On se reportera aussi avec profit à l'annexe consacrée à BibTeX dans le livre de Leslie Lamport.

Divers (astuces, actualités, sécurité)

Dans de nombreux domaines scientifiques, des bases bibliographiques en ligne permettent de rechercher des articles à partir de mot-clefs. Dans certains cas, les fiches bibliographiques peuvent être exportées dans divers formats, dont BibTeX. Ceci permet un peuplement rapide d'une base locale et un ré-usage personnel rapide, sous réserve de bien s'assurer que le format généré est standard et que les fichiers connexes (par exemple contenant les alias des journaux) sont bien présents ... Dans certains cas, il existe même des scripts de requête sur des bases distantes pour extraire automatiquement les fiches bibliographiques à partir de mots clef (nom des auteurs, filtre sur les années, journaux, ...). À part le problème des homonymes, ceci peut aider à générer des bibliographies de laboratoires, à faire des statistiques, des taux de citation ...

Certaines équipes de laboratoire mutualisent des fichiers BibTeX. Des notices bibliographiques peuvent être ajoutées a chaque entrée, directement dans les fichiers *.bib.

Le format BibTeX est naturellement extensible, en ajoutant des champs non définis dans les types d'entrées classiques (articles, book, ...). Les champs non reconnus dans les entrées sont simplement ignorés a la compilation LaTeX. Des ajouts fréquemment rencontrés sont les liens (URL), le DOI, des notes. Malheureusement, la difficulté vient du fait qu'il faut gérer ces ajouts, en ajoutant pour chaque type de fiche, et pour tout style utilisé, des règles de transformation ... Ce n'est pas si difficile, mais les personnes compétentes sont plutôt rares, et la pérennité en souffre ...

Contributions

À titre personnel, je pense que le meilleur service à rendre à BibTeX est d'aider avec abnégation les collègues qui utilisent LaTeX, par exemple en posant les fichiers de style là ou il faut et en le faisant savoir, en étant disponible pour répondre aux questions, en glissant tel ou tel conseil, avec espoir du côté des étudiants et des thésitifs, sans réel espoir de convaincre les chercheurs confirmés qui ne voient pas le gain de temps global et la démarche qualité mais surtout la petite perte de temps initiale, et qui se décourageront parce que le fichier d'alias n'est pas la, ou que telle formule chimique a été cassée en sortie d'ADS ... Bien maîtriser l'inclusion du fichier bbl dans le document source (*tex) aide à encourager les plus téméraires des collègues dans leurs premiers essais, le grief fréquent étant de ne pas savoir comment transmettre le tout aux co-auteurs distants ou à l'éditeur -qui ne veut bien sûr qu'un seul fichier !-.

Il ne faut pas avoir peur de répéter qu'un bon ensemble de fichiers BibTeX pourra être recyclé pour tout article, note, mémoire, et sera ré-employable après la thèse, ou pour le rapport du stagiaire ... Les entrées "en trop" seront simplement ignorées.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 16/11/12
  • Correction mineure : 30/09/13
  • Rédacteur de la fiche : Teresa Gomez-Diaz - LIGM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CNRS, ESIEE)
  • Relecteur(s) : Sébastien Paumier (IGM-LabInfo)
  • Contributions importantes : Sébastien Paumier (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et responsable du projet logiciel a participé à la rédaction. La relecture a été faite par Patrick Watrin (UCL Belgique) et Denis Maurel (Université de Tours) mais off-line.
  • Responsable thématique : Raphaël Tournoy (Centre pour la Communication Scientifique Directe)
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Mots-clés principaux : corpus

Unitex : traitement de corpus utilisant des technologies à états finis

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 3.0 - sept. 2012
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : LGPL

    Le code d'Unitex est en LGPL.
    Les ressources linguistiques distribuées avec le logiciel sont sous licence LGPLLR, une licence développée par l'Université de Marne-la-Vallée et validée par la FSF comme l'équivalent de LGPL pour des données linguistiques.
    http://igm.univ-mlv.fr/~unitex/lgpllr.html

  • Origine du développement : LIGM
Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : Unitex
Description
Fonctionnalités générales

Ce système permet de construire des ressources linguistiques telles que des dictionnaires électroniques et des grammaires et de les utiliser pour effectuer des recherches complexes dans des textes et de construire des concordances.

Autres fonctionnalités
  • Traitement de l'ambiguïté lexicale par automates
  • Utilisation de tables de lexique-grammaire
Interopérabilité

Tous les formats utilisés sont décrits en détails dans le manuel d'utilisation.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Unitex est utilisé au laboratoire LIGM pour la construction et la maintenance de ressources linguistiques (dictionnaires et grammaires).
Il permet également d'exploiter ces ressources en les appliquant sur des textes, ce qui autorise la recherche d'expressions complexes et la construction de concordanciers.
Cet aspect du système est à la base de nombreuses applications, dont les plus importantes sont le repérage de séquences (par exemple, entités nommées), l'extraction d'informations, le filtrage et le routage de documents, etc.
Il est au centre du projet Infomagic : http://fr.wikipedia.org/wiki/Infomagic

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Les versions ultérieures à la version 1.2 requièrent Java 1.6.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Système multi-plateforme testé avec succès sur toutes les versions de Windows, ainsi que sous Linux, MacOS et Sparc.
Note : les versions <= 1.2 ne supportent pas Windows Vista.

Logiciels connexes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Développement coopératif grâce à un serveur SVN. Le principal développeur est Sébastien Paumier (Université Paris-Est), et d'autres personnes collaborent au développement, en particulier à Paris-Est (Marne-la-Vallée), Münich, Louvain-la-Neuve, Tours, ainsi que dans certaines universités brésiliennes.

Eléments de pérennité

La combinaison logiciel libre+développement coopératif via SVN permet d'éviter une dépendance de l'auteur principal. De plus, les langages de programmation utilisés (C/C++ et Java) ont été choisis pour leur portabilité et leur stabilité d'utilisation dans le temps.

Références d'utilisateurs institutionnels

Utilisé pour la recherche dans une cinquantaine d'universités et centres de recherche, notamment :

Utilisé comme base de travail pour le projet Outilex : http://www.projet-plume.org/relier/outilex

Très utilisé à Louvain-la-Neuve, dans des projets industriels et de recherche :

Utilisé dans le projet Prolex à Tours : http://tln.li.univ-tours.fr/Tln_Unitex.html

Utilisé pour enseigner aux Universités de Munich, Tours, Paris 7, Algarve, Lisbonne, Belgrade....

La liste d'entreprises qui utilisent Unitex et d'autres collaborateurs institutionnels complètent ces informations.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

unitex-users [at] univ-mlv [dot] fr

Documentation utilisateur

Manuel d'utilisation de la version 2.1 en anglais : http://igm.univ-mlv.fr/~unitex/UnitexManual2.1.pdf
Manuel d'utilisation de la version 2.0 en anglais : http://igm.univ-mlv.fr/~unitex/UnitexManual2.0.pdf
Manuel d'utilisation de la version 1.2 en français et anglais, plus une traduction partielle en portugais.

Contributions

Il y a une page web qui décrit la marche à suivre pour apporter une contribution linguistique ou informatique :
http://igm.univ-mlv.fr/~unitex/your_contribution.html

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 29/03/11
  • Correction mineure : 29/03/11
Mots-clés
Pour aller plus loin

Vim : éditeur de texte

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 7
  • Langue(s) de l'interface : français, anglais, autres
  • Licence : Autre

    Licence compatible avec la GPL. La particularité vient du fait que l'utilisateur est invité à un faire un don à ICCF Hollande, une association caritative pour les orphelins en Ouganda.

Description
Fonctionnalités générales

VIM est un éditeur de texte. Son fonctionnement se base sur la notion de mode (mode insertion, mode commande, mode visuel, etc.), ce qui le rend très différent des autres éditeurs. Il reconnaît un nombre considérable de types de fichiers texte, sur lequel il peut appliquer une coloration syntaxique. Il possède un nombre impressionnant de fonctionnalités toutes extrêmement bien documentées. Il s'utilise dans un terminal ou dans une interface graphique et sert aussi bien à configurer des fichiers système qu'à développer des programmes dans divers langages.

Autres fonctionnalités

VIM possède un langage de script, ce qui le rend extensible. Par ailleurs, il existe un annuaire de scripts prêts à l'emploi, ce qui permet d'ajouter très simplement de nouvelles fonctionnalités.
Parmi les fonctionnalités, on peut citer :

  • multi-fenêtrage, multi-fichiers
  • comparaison visuelle de 2 fichiers
  • coloration syntaxique
  • replis de portion de texte
  • recherche et substitution de texte par expressions régulières
  • possibilité de définir des abréviations
  • système de plugins
  • fonction défaire/refaire multi-niveau
  • correction orthographique
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation quotidienne, principalement pour du développement informatique. Une fois sa logique d'utilisation acquise, VIM permet d'être plus rapide (donc plus efficace) qu'avec d'autres éditeurs de texte.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Etant très différent des autres éditeurs de textes, VIM peut a priori rebuter.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Presque toutes les distributions GNU/Linux l'intègrent en standard.

Plates-formes

AmigaOS, Atari MiNT, BeOS, MS-DOS, Mac OS, NeXTSTEP, OS/2, OSF, RiscOS, SGI, UNIX, VMS, Windows, BSD, GNU/Linux

Logiciels connexes

vi

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • emacs (libre)
  • ultraedit (commercial)
  • eclipse (libre)
  • nano (libre)
  • jEdit (libre)
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Un développeur principal, son concepteur Bram Moolenaar et plus d'une cinquantaine de contributeurs officiels et de très nombreux anonymes.

Eléments de pérennité

VIM a été créé en 1988 et il est le successeur officiel de VI. C'est un logiciel mature qui avec le temps a accumulé de très nombreux utilisateurs.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Pas de forum officiel. Le support se fait presque exclusivement au travers des différentes listes de discussion (l'une est en français) : http://www.vim.org/maillist.php

Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Il est intéressant de parcourir la liste des scripts d'extension ; on trouve souvent des fonctionnalités qui simplifient la vie : http://www.vim.org/scripts/script_search_results.p...

Contributions

On peut déposer sur le site officiel des scripts d'extension ou participer à son développement via la plateforme SourceForge.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 12/10/10
  • Correction mineure : 12/10/10
Mots-clés
Pour aller plus loin

Lyx : éditeur LaTeX

Description
Fonctionnalités générales

Traitement de textes structurés avec une interface graphique fonctionnant en mode WYSIWYM ( http://fr.wikipedia.org/wiki/WYSIWYM ) : l'interface présente à l'écran une vue du texte formaté conformément aux spécifications de l'auteur du texte, sans chercher à reproduire la présentation finale à l'impression. Le logiciel est bien adapté à la production de textes scientifiques ou techniques, avec une présentation standard de bonne qualité, mais il n'autorise pas la souplesse de présentation des logiciels de traitement de textes tels que MS Word ou OpenOffice Writer (cf fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fiche/openoffice-org ).
LyX utilise son propre format de stockage de documents, mais il utilise LaTeX pour l'impression, et peut exporter des documents au format LaTeX ( cf fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fr/fiche/latex ) : on peut donc aussi le voir comme une interface graphique au dessus de LaTeX.

Autres fonctionnalités
  • Différents modèles de documents sont disponibles, et utilisables en fonction des classes LaTeX installées.
  • Visualisation du résultat final.
  • Insertion de figures en PostScript, PDF, Jpeg, PNG, SVG, Gif, et tout format pour lequel un convertisseur peut être fourni.
  • Support des flottants (tableaux, figures).
  • Support des formules mathématiques, tableaux, références, étiquettes.
  • Support des références bibliographiques. Interface possible avec des logiciels de gestion de bibliographie (exemple : pybliographer, gbib...).
  • Insertion de code LaTeX.
  • Notes en bas de page, notes en marges.
  • Navigation par table des matières, figures ou tableaux.
  • Suivi des modifications.
  • Correction orthographique et dictionnaire des synonymes, en fonction des logiciels et dictionnaires disponibles.
  • Plusieurs styles d'annotation du document, apparaissant ou non à l'impression.
  • LyX utilise la bibliothèque Qt, mais n'est pas pour autant un logiciel KDE, et ne dépend pas d'autres librairies liées à KDE.
Interopérabilité
  • Importation de LaTeX et de texte brut. Importation de MS Word, plutôt limitée, et pas infaillible.
  • Exportation de LaTeX, texte brut, DVI, PDF, PostScript.
  • Références bibliographiques : BibTeX, pybliographer, gbib, ...
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation courante pour la production de textes scientifiques (rapports, notes de travail, publications). LyX peut être considéré comme une interface conviviale au dessus de LaTeX, et il est à ma connaissance le premier logiciel de ce type sous Linux, et le plus abouti.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Il reste nécessaire de lire la documentation... :-)

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Des paquetages sont disponibles pour diverses distributions Linux, dont Debian, Mandriva, Ubuntu et Fedora : consulter les sites ftp de votre distribution...

Plates-formes

Linux, Windows, Mac

Logiciels connexes

LaTeX

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

TeXMacs : libre, http://www.texmacs.org/

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Développement coopératif.

Eléments de pérennité

LyX est un logiciel stable, qui connaît peu d'évolutions majeures : la version 1.4 est sortie en avril 2006, environ 3 ans après la version 1.3. La version 1.5 est sortie fin juillet 2007 et la version 1.6 en décembre 2008. Le projet LyX est bien vivant, avec plusieurs versions mineures par an.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Certaines opérations ne sont pas intuitives sous LyX : il n'est pas inutile de consulter la documentation ! Par exemple, pour insérer une figure flottante, avec une légende en dessous de la figure : créer un flottant de figure, taper « Entrée » au début de la légende, puis insérer la figure elle-même...
  • Si on doit obéir à des règles de formatage particulières, il peut être nécessaire d'intervenir au niveau du code LaTeX exporté!...
Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 24/12/09
  • Correction mineure : 20/10/10
Fiche archivée
Cette fiche a été archivée car le contributeur Sylvain Corcoral a quitté son laboratoire pour travailler hors enseignement supérieur - recherche. De plus ce logiciel n'est pas libre.
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Mots-clés principaux : PDF

Foxit Reader : visualisation de documents PDF

Cette fiche n'est plus à jour. Elle a été archivée pour la raison exposée ci-contre.
Description
Fonctionnalités générales

Lecture, affichage et impression de fichiers PDF.

Autres fonctionnalités
  • Lit les fichiers audio et vidéo inclus dans les PDF.
  • Il est possible d'ajouter des additifs (payants) pour créer des fichiers PDF. Il existe également un convertisseur PDF payant, mais pouvant fonctionner en mode évaluation (mention Foxit sur les PDF créés).
  • Le logiciel est traduit dans de nombreuses langues dont le français.
  • Il est à noter que l'installation de ce produit est très rapide et "légère" (le fichier d'installation ne fait que 2,6Mo).
Interopérabilité

Lit tous les formats de fichiers PDF.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Notre laboratoire a une grande proportion de machines windows. Nous l'installons par défaut sur toute nouvelle machine.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • Toutes les évolutions (sauf le changement de langue de l'interface) sont en mode évaluation ou payantes.
  • Les mises à jour se font automatiquement sauf si vous êtes derrière un proxy nécessitant une
    authentification. Dans ce cas, il faut récupérer les mises à jour sur le site du fabricant et les
    installer.
  • Contrairement à Adobe Acrobat Reader, il est possible d'enregistrer les formulaires.
Environnement du logiciel
Plates-formes

Windows (XP, Vista, CE), Linux, Linux embarqué.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Société commerciale Américaine.

Eléments de pérennité

Edité par une société américaine fondée en 1996.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Un forum se trouve sur le site de l'éditeur : http://www.foxitsoftware.com/bbs/forumdisplay.php?f=3
Informations de sécurité : http://www.foxitsoftware.com/pdf/reader/security.h...

Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Inutile d'installer la "ASK bar" pour Firefox pour que le reader fonctionne.
De plus la désinstallation de ce produit associé est imparfaite.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 18/10/10
  • Correction mineure : 25/02/11
  • Rédacteur de la fiche : Daniel Flipo - UFR de Mathématiques (USTL Lille, Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche)
  • Relecteur(s) : Violaine Louvet (Institut Camille Jordan)
  • Responsable thématique : Violaine Louvet (Institut Camille Jordan)
Mots-clés

LaTeX : système de composition de documents

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : TeXLive 2010
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : Autre

    Les trois distributions mentionnées (TeXLive, ProTeXt et MacTeX) sont composées de multiples éléments, tous libres, mais relevant de licences trop variées pour être toutes listées ici.

Description
Fonctionnalités générales
  • LaTeX est un langage de balisage de documents structurés qui vise à décharger l'auteur des préoccupations de présentation, celle-ci étant confiée à une feuille de style (appelée « classe »).
  • LaTeX repose sur le langage de programmation TeX conçu par D. E. Knuth pour permettre la composition de textes et de formules mathématiques avec un rendu typographique de haute qualité.
  • LaTeX est intensivement utilisé par les mathématiciens pour écrire leurs articles scientifiques (la plupart des éditeurs de revues mathématiques exigent ce format), leurs cours polycopiés ou leurs livres. Il est également utilisé en sciences sociales où la puissance du langage TeX permet une gestion simple et efficace de notes de bas de page en grand nombre, de bibliographies complexes, de tables des matières et d'index même pour de gros ouvrages comportant des centaines voire des milliers de pages.
  • Le cycle d'édition d'un document LaTeX comporte trois phases :
    1) L'auteur compose son document à l'aide d'un éditeur adapté : TeXShop sous MacOSX, TeXnicCenter ou TeXmaker sous Windows, Kile ou TeXmaker sous Linux, Emacs+AucTeX (toutes plates-formes). Tous ces éditeurs rendent aisée la saisie des balises de structure. Le document se compose d'un préambule contenant les instructions de formatage 2 et du corps du document, structuré par des balises (sectionnement, listes, tableaux, formules, etc.) comme en xhtml par exemple. Ce document s'appelle le fichier source, son nom est suffixé en .tex.
    2) Il compile ensuite le document à partir de son éditeur à l'aide d'un menu ou d'un raccourci clavier, un rapport de compilation indiquant les erreurs éventuelles (commandes inexistantes, fautes de syntaxe, etc.) s'affiche dans l'éditeur. La compilation produit un fichier image, au format dvi s'il compile avec LaTeX ou au format pdf s'il compile avec pdfLaTeX ce qui est vivement recommandé car les fichiers dvi ne sont pas portables (ni les fontes ni les images ne sont incluses).
    3) Enfin il visualise le fichier image dans une fenêtre distincte de l'éditeur, grâce à Xdvi s'il s'agit d'un fichier dvi ou grâce à Xpdf ou Acrobat Reader s'il s'agit d'un fichier pdf.
    Le cycle se répète jusqu'à ce que l'auteur soit satisfait du résultat. En fait plusieurs compilations successives peuvent être nécessaires si on utilise les fonctionnalités qui font la puissance de LaTeX comme le système de références croisées (étiquettes permettant de numéroter de façon dynamique les sections, les équations, les références bibliographiques, etc.). La bibliographie peut être construite à partir d'une base de données en utilisant BibTeX, un index peut être créé grâce à makeindex ou xindy, ces opérations nécessitent plusieurs passes successives.
  • Le format des fichiers source LaTeX est totalement ouvert : c'est du texte pur balisé codé au choix en ascii, iso8859-x ou utf-8. Ceci leur assure une excellente pérennité.
  • Une variante (XeLaTeX) accepte en entrée uniquement des textes codés en utf-8 et utilise les polices OpenType de la machine à la place des polices TeX. Elle est particulièrement adaptée aux textes multilingues (toutes langues européennes, arabe, chinois, etc.).
Autres fonctionnalités
  • pdfLaTeX accepte l'inclusion d'images ou de dessins provenant de tout logiciel externe capable d'exporter dans un des formats png, jpeg ou pdf. LaTeX exige des images au format eps.
  • Le programme MetaPost (intégré aux distributions TeX/LaTeX) permet de créer des dessins (courbes, graphiques, schémas) à partir d'un langage de commandes d'où une grande précision des tracés ; il offre en outre la possibilité d'inclure dans les dessins des formules mathématiques codées en LaTeX et d'harmoniser les polices de caractères utilisées dans les figures et dans le texte courant. Il fonctionne aussi bien avec LaTeX qu'avec pdfLaTeX. Ceux qui préfèrent inclure leurs figures directement dans leur document LaTeX se tourneront vers le module « tikz ».
  • LaTeX intègre un mécanisme de « flottants » qui place automatiquement les figures et les tableaux de façon à éviter les pages creuses : lorsqu'une image est insérée trop bas dans une
    page pour tenir sur celle-ci, elle est reportée en haut de la page suivante et le texte qui suit l'image est « remonté » pour combler le vide en bas de page. La même chose vaut pour les tableaux. Ce mécanisme (paramétrable) donne d'assez bons résultats mais nécessite quand même une intervention manuelle dans les cas difficiles (images nombreuses et de grande taille).
  • LaTeX est bien adapté aux documents multilingues, qu'il s'agisse de langues alphabétiques (gestion des césures dépendant de la langue courante) ou non (arabe, langues orientales, etc.). Des modules sont disponibles pour la chimie (molécules de chimie organique) et pour la physique (diagrammes de Feynman).
  • À côté des classes standard prévues pour les articles, les livres, etc., il existe plusieurs classes LaTeX permettant de faire des présentations vidéo-projetées « à la PowerPoint », parmi elles LaTeX Beamer ( voir la fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fiche/latex-beamer ) est une des plus intéressantes. Il est ainsi facile de réutiliser des éléments d'un article écrit en LaTeX, notamment les équations, pour les intégrer dans une présentation vidéo-projetée, la qualité de présentation étant préservée.
  • Des passerelles de conversion existent du format OpenDocument (fichiers .odt) vers LaTeX (inclus dans OpenOffice v. 2) et de LaTeX vers xhtml ou xml.
Interopérabilité

Des passerelles de conversion existent (voir ci-dessous) entre les formats OpenDocument (.odt), MS-Word (.doc, .rtf) et LaTeX. Il ne faut cependant pas en attendre des miracles : un document écrit au kilomètre sans structure sous OpenOffice n'a aucune chance de fournir un source LaTeX utilisable après conversion. Un travail d'édition manuelle est toujours nécessaire même si le document initial est bien conçu car les traitements de texte classiques et LaTeX reposent sur des concepts différents. L'importance du travail de nettoyage final dépend fortement de la complexité et de la qualité de structuration du document initial. La conversion des formules mathématiques est toujours problématique.
Il existe également de nombreux outils de conversion entre LaTeX et XML/MathML, aucun n'est totalement satisfaisant. Là aussi ce sont les formules mathématiques qui posent le plus de problèmes.
Voici une liste (non exhaustive) d'outils disponibles.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

LaTeX est très largement utilisé par les chercheurs et enseignants en mathématiques de l'enseignement supérieur et commence à l'être aussi dans le secondaire (formations dispensées par les IREM et initiation donnée dans certaines universités aux étudiants de licence de mathématiques).

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • Le codage des balises et la conception d'un document à partir de sa structure logique et non de la présentation finale souhaitée rebutent les utilisateurs habitués à OpenOffice ou MS-Word. LaTeX nécessite un réel effort d'apprentissage.
  • Une installation TeX/LaTeX est un système complexe (typiquement un ensemble de 50 000 fichiers répartis en 4000 dossiers). Même si l'installation initiale ne pose plus guère de problèmes, l'ajout de modules (fontes commerciales, fichiers de style locaux, etc.) nécessite une connaissance approfondie du système, car la structure de l'arborescence est régie par des règles précises souvent méconnues.
  • LaTeX fait sa mise en page à partir d'une structure et d'une feuille de style ce qui exclut par exemple le positionnement à la carte d'images à cheval sur plusieurs colonnes comme on le voit couramment dans les magazines. LaTeX ne peut remplacer Quark XPress ou FrameMaker dans ce domaine.
  • Les feuilles de style (classes) existantes, même si elles sont largement paramétrables, ne répondent pas aux desiderata ou aux contraintes de tous. La création d'une classe LaTeX personnelle n'est pas chose facile, elle nécessite une bonne connaissance du langage de programmation TeX.
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Toutes les distributions Linux contiennent une version plus ou moins à jour de TeXLive.
Une nouvelle version (TeX-Live 2010) est sortie en septembre 2010. Elle est disponible à l'URL http://www.ctan.org/tex-archive/systems/texlive/tl..., le mode d'installation a changé (lire le fichier README).
Rien n'empêche d'installer TeXLive 2010 à côté de la distribution de base intégrée à Linux mais l'usager root doit impérativement ne voir que cette dernière. Le choix de la version de TeXLive se fait utilisateur par utilisateur en modifiant la variable $PATH.

Il est maintenant possible de remplacer complètement la distribution TeX/LaTeX incluse dans une distribution Linux par TeXLive 2010 (ou ultérieure), voir par exemple pour Debian http://weblog.elzevir.fr/2008/11/tex-live-2008-a-l....

Plates-formes
Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

OpenOffice Writer (libre) et MS-Office (commercial) sont des traitements de texte wysiwyg d'abord plus faciles que LaTeX mais la qualité typographique des documents qu'ils produisent n'est pas comparable (espaces inter-mots irréguliers, présentation des formules mathématiques, etc.).

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

LaTeX est maintenu par une équipe d'une dizaine de personnes (projet LaTeX3) et par plusieurs centaines de développeurs (plus de 800 extensions disponibles).

Eléments de pérennité

Une large communauté d'utilisateurs regroupés en associations au niveau national (GUTenberg en France, DANTE en Allemagne, etc.) et mondial (TUG).

Références d'utilisateurs institutionnels

Références d'utilisateurs institutionnels (ou éléments permettant d'évaluer le LaTeX est très largement utilisé par les chercheurs et enseignants en mathématiques de l'enseignement supérieur et commence à l'être aussi dans le secondaire (formations dispensées par les IREM et initiation donnée dans certaines universités aux étudiants de licence de mathématiques).

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
  • Liste GUT gut [at] ens [dot] fr (français).
  • Forum fr.comp.text.tex (français).
  • Forum comp.text.tex (anglais).
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
Contributions

Tous les développements logiciels (libres) autour de LaTeX sont accueillis par les sites CTAN.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 07/01/11
  • Correction mineure : 08/11/13
  • Rédacteur de la fiche : Michel Vacher - LIG (CNRS)
  • Relecteur(s) : Sylvain Corcoral (LMGM jusqu'en mars 2010)
  • Responsable thématique : Dirk Hoffmann (Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM-IN2P3))
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Fiches logiciel PLUME connexes :

LaTeX Beamer : classe de documents LaTeX pour créer des présentations

Description
Fonctionnalités générales

Classe de documents LaTeX permettant de créer des présentations au format PDF. Ces présentations peuvent être visualisées ensuite par Acrobat Reader ou des outils libres comme gpdf ou xpdf.

Autres fonctionnalités
  • Utilisation du mode mathématique LaTeX pour écrire les formules.
  • Inclusion d'images ou figures au format PDF, JPEG, PNG ou dessin au format natif PGF (passage du fichier .tex au fichier .pdf par pdflatex).
  • Insertion de dessins Tikz ou Tricks.
  • Différents thèmes disponibles et possibilité de personnaliser la présentation.
  • Le sommaire de la présentation peut être affiché sur chacun des transparents, chacune des entrées est un hyperlien ce qui rend la navigation dans la présentation très facile.
Interopérabilité

Format tex, suppose que LaTeX soit installé et configuré. Cette classe est donc utilisable sur de nombreuses plateformes (Linux, Mac, Windows...). Les packages additionnels suivants doivent être installés :

  • latex-color (Debian),
  • soit tetex-extra (Debian Sarge ou Etch), soit texlive-latex-base (Debian Etch),
  • pgf.
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Nécessite de s'investir un peu dans LaTeX.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Unix, Linux (Debian, Ubuntu...) , Cygwin, MacOS, Windows (Logiciel indépendant de la plate-forme, langage interprété).

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Un développeur : Gill Tantau

Eléments de pérennité

Existe depuis 2003.

Références d'utilisateurs institutionnels

Semble très utilisé dans la communauté des Mathématiques (aspect facilité d'écriture des formules mathématiques) et chez les utilisateurs des anciens pays de l'Est (aspect précédent auquel s'ajoute l'aspect coût). Son utilisation n'est bien entendue pas limitée à ce domaine : étant donné la structuration qui caractérise les fichiers .tex, cela permet de faire des présentations non seulement esthétiques mais aussi structurées et claires.
Ce logiciel est d'autant plus intéressant pour ceux qui maîtrisent déjà LaTeX.
Son gros avantage est de générer un document pdf qui peut être visualisé sans qu'il n'y ait de contrainte de version entre le logiciel qui a permis de créer le document et celui qui sert à le visualiser.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Pour l'installer, utiliser les paquets disponibles dans les distributions Linux (latex-beamer pour Debian), Cygwin l'intègre directement.
  • Pour commencer, suivre pas à pas le guide d'utilisation en anglais (suppose une connaissance minimale de LaTeX).
  • Procédure à suivre pour l'utilisation :
    • spécifier beamer comme classe de document au lieu de article,
    • structurer le texte LaTeX avec les commandes \section et \subsection,
    • placer le texte correspondant à une diapositive à l'intérieur d'une commande \frame,
    • lancer pdflatex si les images incluses sont en format jpeg ou pdf (recommandé), ou latex puis dvipdf sur le fichier source .tex si les images sont en eps.
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 06/01/14
  • Correction mineure : 06/01/14
  • Rédacteur de la fiche : Florence Petit - IGM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)
  • Relecteur(s) : Pierre-Yves Gosset (UREC puis Framasoft)
  • Contributions importantes : Geneviève Romier est le contributeur original de la fiche (elle a passé la main après sa migration vers Libre Office).
  • Responsable thématique : Anne Durand (CLEO)
Mots-clés

OpenOffice.org : suite bureautique intégrée

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 4
  • Langue(s) de l'interface : français, anglais, autres
  • Licence : Autre
    • Licence Apache V2 depuis Apache Office v3.4
    • Versions précédentes d'OpenOffice.org <= 3.3 sous licence GPL v3
Description
Fonctionnalités générales

Suite bureautique intégrée comprenant :

  • un traitement de texte «Writer»,

  • un tableur «Calc», un module de création de présentation «Impress»,

  • un module de dessin «Draw»,

  • une base de données intégrée «Base», un éditeur d'équations «Math»,

  • des dictionnaires et une documentation associée.

De nombreuses extensions sont également disponibles.

Autres fonctionnalités
  • Par défaut format des documents texte en ODF - http://opendocument.xml.org - standard ouvert (OASIS et ISO), exportation possible en pdf y compris pour les formulaires.
  • Signatures numériques des documents au format ODF (utilise sur Win XP le magasin de certificats de IE).
  • A noter un grand nombre de langues possibles (y compris régionales) : http://www.openoffice.org/projects/native-lang.html
Interopérabilité
  • Peut traiter des fichiers créés avec Microsoft Office (.doc(x), .xls(x), .ppt(x) ...).
  • Peut sauvegarder les fichiers créés aux formats Microsoft Office sauf la dernière version de ces formats.
  • Sun fournit un greffon (plug-in) pour lire les fichiers ODT dans Word : http://www.lockergnome.com/windows/2012/01/18/how-...
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

J'utilise la version française en production principalement comme outil de traitement de texte, comme tableur et pour la création de diaporamas.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Voir la page des dysfonctionnements connus : http://fr.openoffice.org/problemes_connus.html

Environnement du logiciel
Plates-formes

Version 3.4 Fr:
- Windows XP, Vista, 7
- Linux RPM, Linux Deb
- Mac OS X

Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement
  • Le projet OpenOffice.org a été créé à partir de la suite propriétaire StarOffice. Editée initialement par la société StarDivision, fondée en 1995 par Marco Börries, StarOffice est repris par Sun Microsystems en 1999 et est alors une suite propriétaire et commerciale.
    En 2000, Sun Microsystems met la plupart du code sous licence LGPL ce qui donne la suite libre OpenOffice.org.
  • Oracle rachète Sun Microsystems en 2009, puis cède OpenOffice.org à Apache. Le projet s'est alors scindé en deux après la version OpenOffice.org 3.3.
  • Une partie des développeurs continue le projet sous le nom de LibreOffice au sein de la fondation The Document Foundation.
  • La suite OpenOffice.org, confiée à l'Apache Software Foundation (http://www.apache.org/), s'appelle maintenant Apache OpenOffice (depuis la version 3.4).
    Pour en savoir plus : http://www.framablog.org/index.php/post/2012/05/27...
Eléments de pérennité
  • Le projet existe depuis la fin des années 1980, sous différentes formes. Cependant la passation successive de Sun à Oracle puis à Apache donne moins de visibilité pour la suite.
  • Le format .odt est un standard OASIS et ISO ( voir la ressource ODF ).
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Apache OpenOffice.org est abrégé en AOO et OpenOffice.org en OOo
  • Astuce signalée par un utilisateur pour Writer : lorsque vous avez copié un bloc de texte venant d’un autre éditeur ou sous un format évolué et que vous voulez le coller dans un document Writer, utilisez le collage sans mise en forme : menu Edition - Collage spécial - Texte non formaté. Ainsi vous n’inclurez pas de caractères parasites de mise en forme.

  • Ajouter automatiquement une licence grâce à une extension : notice explicative chez Framasoft : http://www.framasoft.net/article4809.html
Contributions
Syndiquer le contenu