bibliothèque (livre)

Bibliothèque de livres et autres supports multimedia
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 22/08/13
  • Correction mineure : 22/08/13
  • Auteur de la fiche : Yohan Colmant (Univ de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis - Service informatique)
  • Responsable thématique : Raphaël Tournoy (Centre pour la Communication Scientifique Directe)

ORI-OAI : Outil de Référencement et d'Indexation pour un réseau de portails OAI-PMH

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.

 

Une fiche logiciel décrit plus en détail ce développement, consultez la pour plus d’informations : ORI-OAI
Fonctionnalités générales du logiciel

Destiné principalement aux universités et grandes écoles, l'Outil de Référencement et d'Indexation pour un réseau de portails OAI-PMH ORI-OAI vise la mise en place d'un système ouvert, en logiciel libre, permettant :

  • de gérer et de publier tous les documents numériques produits par les établissements universitaires,
  • de les partager avec d'autres établissements,
  • de les valoriser par une indexation de qualité,
  • de les rendre accessibles, à distance et selon les droits définis, dans des interfaces ergonomiques.

La mission du projet ORI-OAI est aussi le développement de communautés OAI-PMH : il propose une implémentation de référence du protocole OAI-PMH ainsi que les outils nécessaires à la mise en place de ces communautés et à la bonne intégration aux communautés existantes.

Contexte d’utilisation du logiciel

ORI-OAI est utilisé dans les établissements d'enseignement supérieur pour le référencement de tous les types de ressources numériques : thèses et autres publications, ressources pédagogiques, offres de formation, ...

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 08/01/14
  • Correction mineure : 08/01/14
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Fiches logiciel PLUME connexes : LaTeX

Doxygen : Doxygen est un système de génération de documentation à partir du code source

Description
Fonctionnalités générales

Doxygen permet de créer des documentations à partir du code source sous différents formats qui vont du site web très interactif au document pdf (mais aussi LaTeX, XML, RTF, Man pages, ...).
La documentation est générée à partir de la syntaxe et de la grammaire du langage (classe, fonctions, ...) et peut être complétée par des informations (balises) insérées sous forme de commentaires interprétables par Doxygen (ex : /** ..**/)
Il accepte, entre autres, comme source les langages C++, C, Objective-C, C#, PHP, Java, Python, IDL, Fortran, VHDL, Tcl et peut-être étendu à d'autres langages non supportés nativement.

Autres fonctionnalités

Des sémaphores adaptées au langage ('!!', '///' ou '/**') permettent à Doxygen de repérer des informations à rajouter à la documentation, notamment à l'aide de mot-clés (@call @version, @author, @see, \brief, \laxtexonly ... \endlatexonly) pour spécifier les caractéristiques d'un module, un objet, une fonction, introduire des formules, etc...
On peut écrire des formules en TeX directement dans les fichiers source (par exemple pour les unités des variables en paramètres), mais aussi inclure des fichiers LaTeX pour rajouter de la documentation dans le guide de l'utilisateur (avec \input{my_doc_file.tex}).
Les fichiers d'en-tête à la production du site web ou au fichier pdf (via LaTeX) de la documentation sont modifiables, ce qui permet de faire ces propres présentations de la documentation.
Doxygen est intégré à certains IDE ( eclipse).
Doxygen peut s'utiliser en ligne de commande ou via Doxywizard (une interface graphique pour Doxygen).
En ligne de commande, il peut être paramétré avec :

  • un fichier de configuration (Doxyfile) regroupant les options, les préférences
  • un fichier 'layout' pour personnaliser plus finement les sorties
Interopérabilité

Les formats de sorties sont HTML, LATEX, MAN, RTF, XML, DOCBOOOK, Compiled HTML Help, Qt Compressed Help, Eclipse Help, XCode DocSets, PostScript et PDF.
On pourra également générer un module PERL qui contiendra la structure du logiciel.
Enfin, on peut lier plusieurs documentations par en générant des fichiers TAGFILE.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

C'est un excellent outil de documentation, qui permet de faire communiquer les développeurs d'outils de calcul scientifique
et de construire la documentation utilisateur et développeur en même temps. Cette documentation peut être versionnée et suivre alors l'évolution du code.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

La prise en compte du Fortran est assez pauvre.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Très nombreuses : Debian, Ubuntu, Fedora, MacPorts, etc.

Logiciels connexes
  • Doxywizard (interface graphique pour Doxygen)
  • graphviz
  • LaTeX
  • browser
  • mathjax
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Références d'utilisateurs institutionnels
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Listes de discussion "annonces", "développeurs", "projets" et "utilisateurs : http://sourceforge.net/p/doxygen/mailman/

Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 12/04/13
  • Correction mineure : 22/05/13
Mots-clés

Pulman : gestion des publications scientifiques d'un laboratoire

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Version actuelle : version 2.0.10 - mars 2013
  • Licence(s) : GPL - http://projects.laas.fr/ezpublish/index.php/pulman_public/A-propos
  • Etat : diffusé, stable
  • Support : maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Thierry Danard, Gérald Cavallini, Jean-Marc Larré, Laurent Lequièvre, Jean-Michel Pons, Laurent Thomassin
  • Contact concepteur(s) : Jean-Marc.Larre@laas.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : LAAS

 

Fonctionnalités générales du logiciel

Pulman est un logiciel développé au LAAS-CNRS pour gérer toutes les publications du laboratoire.

Les laboratoires produisant une grande quantité de publications doivent automatiser des traitements sur ces publications afin de proposer aux chercheurs, aux directions et aux instances d'évaluations des données précises sur la production scientifique. Pulman permet de classifier les publications en tenant compte d'éléments complexes qui caractérisent les publications (revues, conférences, auteurs, etc).

Voici quelques fonctionnalités de l'outil :

  • gestion des auteurs internes et externes avec leur affectation dans une équipe et un pôle (deux niveaux de l'organigramme)
  • gestion des mots clés,
  • gestion des revues et de leur importance (bases de données internationales),
  • gestion des conférences,
  • plusieurs formes de recherches dans la base de données sont possibles ainsi que des exports.

D'autres fonctionnalités sont décrites sur le site du projet :

Pulman est organisé en documents, chaque document possède au moins un support. Un support est la forme qu'a prise l'information scientifique pour être rendue publique, par exemple l'information scientifique a été publiée dans une revue et a fait l'objet d'une présentation dans une conférence (ici deux supports sont déclarés).

Pulman est un logiciel développé en Java avec une base de données Oracle.

Voici une copie d'écran présentant la modification d'une publication avec trois types de support :

Contexte d’utilisation du logiciel

Pulman est utilisé depuis une dizaine d'années au LAAS-CNRS. Aujourd'hui environ 15000 documents sont liés à 27000 supports. Seul le service de documentation du laboratoire est habilité à saisir les publications dans Pulman. L'accès aux publications est public, les utlisateurs peuvent interroger la base de données des publications en utilisant un logiciel de type client léger depuis un navigateur Web.
La Base de Données Pulman du LAAS est accessible à cette adresse : http://www.laas.fr/pulman/pulman-isens/web/app.php/

Au LAAS, la base de données est hébergée sur un serveur Oracle 11G, le service de documentation utilise la version 2.0.10 du client Pulman en version Mac et Windows.

Publications liées au logiciel

La documentation complète (installation, licence, configuration, etc) est accessible à cette adresse : http://projects.laas.fr/pulman

La liste de diffusion pulman [at] laas [dot] fr est disponible. L'abonnement est libre et peut se réaliser depuis le serveur sympa du Laas.

 

Fiche logiciel à valider
  • Création ou MAJ importante : 14/10/12
  • Correction mineure : 15/10/12
  • Rédacteur de la fiche : Jean-Philippe Magué - Pôle de Diffusion des Savoirs - Atelier des Humanités Numériques (ENS de Lyon)
  • Responsable thématique : Maud Ingarao (Institut d'Histoire de la Pensée Classique - ENS Lyon)
Pour aller plus loin
Fiche en recherche de relecteurs
Cette fiche est en recherche de relecteurs. Si vous êtes intéressé(e)s, contactez-nous !

eSciDoc : système de gestion de ressources numériques

Ce logiciel est en cours d'évaluation par la communauté PLUME. Si vous utilisez ce logiciel en production dans notre communauté, merci de déposer un commentaire.
Description
Fonctionnalités générales

Projet commun à la Max Planck Gesellschaft et au FIZ Karlsruhe, eSciDoc se présente comme un environnement de e-recherche. Construit autour de l'entrepôt de données Fedora Commons, eSciDoc expose un certain nombre de services offrant aux chercheurs, bibliothécaires, etc, la possibilité de développer des applications pour gérer, manipuler et publier leurs données.

Autres fonctionnalités

eSciDoc est présenté comme ayant une architecture orientée service structurée en trois couches : l'infrastructure eSciDoc, les services communs, et les solutions (ou applications) eSciDoc. En fait, la couche la plus externe, les solutions eSciDoc, sont des applications entièrement fonctionnelles, très spécifiques, construites à partir de l'infrastructure et des services communs. Le développement d'une nouvelle application basée sur eSciDoc s'appuiera donc, de la même manière, sur ces deux couches internes.

Les solutions eSciDoc disponibles sont :

- PubMan, une application de gestion de publications ;

- Faces, une application pour la gestion d'une corpus de portraits illustrant différentes expressions faciales ;

- Sengbusch Collection, une application qui regroupe l'ensemble des publications du Professeur Dr. Reinhold von Sengbusch, biologiste et ancien directeur du Max Planck Institut für Kulturpflanzenzüchtung ;

- VIRR, un environnement collaboratif pour la gestion d'un corpus sur la législation dans le Saint Empire Romain.

L'infrastructure eSciDoc regroupe les fonctionnalités les plus génériques :

- organisation des données et des métadonnées,

- accès aux données,

- gestion des versions,

- authentification et autorisations,

- statistiques…

Les services communs sont des fonctionnalités plus haut niveau : fournisseur de données OAI-PMH, gestion de listes d'autorités, extraction de métadonnée techniques, gestion d'identifiants uniques, recherche, export, ...

Interopérabilité

L'infrastructure eSciDoc comme les services communs sont implémentés sous forme de services web, chaque service ayant une interface SOAP et une interface REST. eSciDoc peut donc s'intégrer facilement dans n'importe quel environnement logiciel. De plus, il existe un client Java, lui-même construit sur ces services web, permettant d'interagir avec eSciDoc avec des classes représentant les objets manipulés par eSciDoc

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Nous avons testé eSciDoc comme infrastructure commune à plusieurs projets de corpus numériques.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

eSciDoc est une plateforme complexe, relativement lourde à mettre en place. Chaque service web a son propre schéma XML pour décrire les données à échanger avec lui. Il semble que la multiplication des schémas rende compliqué les développements utilisant directement les services web. Néanmoins, utilisant le client Java, nous n'avons pas été exposé à cette complexité.

Environnement du logiciel
Plates-formes

JBOSS sous Linux/Unix.

Logiciels connexes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement
Eléments de pérennité

Une page du site d'eSciDoc est consacrée à la pérennité du projet. La Max Planck Gesellschaft et le FIZ Karlsruhe reconnaissent tous deux le caractère stratégique d'eSciDoc pour leur développement et ont signé un accord de coopération pour la poursuite du développement du logiciel.

Environnement utilisateur
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 18/09/12
  • Correction mineure : 18/09/12
  • Auteur de la fiche : Dominique Caron (Laboratoire de Physique Charles Coulomb Montpellier)
  • Responsable thématique : Anne Durand (CLEO)

AIGLe : système Collaboratif d'Information et de Gestion de Laboratoire

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Version actuelle : 4.3.3-1 - Juillet 2012
  • Licence(s) : GPL
  • Etat : validé (au sens PLUME)
  • Support : maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Dominique CARON, Laboratoire Charles Coulomb Université Montpellier II
  • Contact concepteur(s) : dominique.caron@univ-montp2.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : L2C, ERIC (Lyon 2), ICG (UM2), IBMM (UM1), MIO (Aix Mrs)

 

Une fiche logiciel décrit plus en détail ce développement, consultez la pour plus d’informations : AIGLe
Fonctionnalités générales du logiciel

Système d'Information coopératif, AIGLe permet de gérer :

  • La production scientifique : dépôt/modification et récupération (automatique et/ou manuelle) depuis et vers HAL/TEL/CEL et vers arXiv/PubMed_Central (via HAL).
  • L'import de documents bibliographiques depuis EndNote, arXiv, PubMed et Web of Sciences (sous réserve d'abonnement).
  • Le repérage des notices bibliographiques dans un fichier csv exporté de l'OST (Observatoire des Sciences et des Techniques).
  • La réservation de salles.
  • La réservation de matériel.
  • L'organisation de congrès/séminaires.
  • La gestion de la bibliothèque.
  • La gestion de documents internes.
  • Les votes, enquêtes, sondages au sein du laboratoire.
  • Les absences du personnel.
  • Les informations sur le personnel (contrôle avec la base Labintel et/ou Harpège).
  • Les missions.

AIGLe est fourni avec un plugin SPIP générant des pages web à partir d'informations disponibles dans sa base de données (annuaire, trombinoscope, page perso, publications, bibliothèque, séminaires, colloques, congrès, etc ... ).

Le plugin est compatible avec le CMS Fastboil et peut également être utilisé sans CMS ou même, en utilisant des 'iframe', avec n'importe quel CMS.

AIGLe étant modulaire, il est possible de ne pas utiliser tous les services.

Autres fonctionnalités :

  • AIGLe est capable de récupérer seul et sans intervention manuelle, les publications du laboratoire déposées sur HAL, par les collaborateurs d'autres laboratoires.
  • Aide à détecter :
    • Les doublons HAL
    • Les noms des auteurs de son laboratoire mal orthographiés sur HAL
    • Les noms de revue mal orthographiés sur HAL
    • etc...

NB: il n'est pas très difficile de transformer AIGLe en mini-instance de HAL en ajoutant par exemple des métadonnées propres à son laboratoire dans les publications, ou même de nouveaux types de publications.

A noter également :

  • Authentification des utilisateurs via pwauth (unix), imap(s), ldap(s) ou depuis la base MySQL.
  • Ecrit en PHP et utilise une base de données MySQL.

Contexte d’utilisation du logiciel
  • Utilisation coutumière de quasiment tous les chercheurs et ita/iatos de mon laboratoire (L2C) pour : réservation de salle, de matériel, déclaration des absences, dépôt de publication, gestion des séminaires, déclaration des invités, recherche de livre dans la bibliothèque (plus de 3000 livres au L2C), annonce de congrès, workshop, utilisation du plugin SPIP pour notre site Web, etc, ...

  • Utilisation quotidienne par la documentaliste de mon laboratoire L2C : dépôt de publications, gestion de la bibliothèque.

  • Il est aussi utilisé quotidiennement à l'ICG, Institut Charles Gérhardt, principalement pour la gestion et le dépôt des publications.

Framabook : livres libres sur des logiciels libres

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 16/01/12
  • Correction mineure : 02/09/13
Mots-clés

Framabook : livres libres sur des logiciels libres

Framabook est une collection de livres libres sur le logiciel libre diffusée sur le site de Framasoft !

La collection se compose actuellement (juin 2013) des volumes suivants :

  • Volume 1 : Utilisez Thunderbird 2.0
  • Volume 2 : Simple comme Ubuntu mis à jour 8.10 !
  • Volume 3 : Spip pratique 1.9
  • Volume 4 : Changer pour OpenOffice.org
  • Volume 5 : Tout... sur LaTeX...
  • Édition spéciale : Richard Stallman et la révolution du logiciel libre
  • Volume 6 : Le C en 20 heures
  • Volume 7 : Unix. Pour aller plus loin...
  • Volume 8 : Produire du logiciel libre
  • Volume 9 : AlternC Comme si vous y étiez
  • Volume 10 : Un monde sans copyright... et sans monopole
  • Volume 11 : Option Libre. Du bon usage des licences libres. Ce livre a une version commentable ici : http://www.google.com/url?q=https://mben.co-ment.c...
  • Volume 12 : Atelier Drupal 7. Créer un site web avec un CMS pas comme les autres, avec un Appel à la communauté (pour un passage de In-design vers Scribus).
  • Volume 13 : Histoires et cultures du Libre, avec un témoignage de Jean-Luc Archimbaud sur La place du logiciel libre au CNRS (accessible aussi depuis http://jl.archimbaud.free.fr#articles)
  • Volume en cours : Le Copyleft appliqué à la création hors logiciel

Vous pouvez soit les télécharger sur le site, soit les commander en ligne à un prix très raisonnable !

Vous pouvez aussi participer et être le prochain rédacteur d'un livre de la collection ! Tous les renseignements sont sur le site, à voir en particulier la convention Framabook pour les auteurs et Un point sur le projet Framabook.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 12/08/13
  • Correction mineure : 12/08/13
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Fiches logiciel PLUME connexes : Koha, PMB
  • Mots-clés principaux : SIGB

OpenAmapthèque : système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB)

Description
Fonctionnalités générales

OpenAmapthèque est un SIGB (Système Intégré de Gestion de Bibliothèque), basé sur une architecture web utilisant les technologies PHP/MySQL.

Les principales fonctionnalités d’OpenAmapthèque sont :

  • La gestion de catalogues
  • La gestion des autorités (auteurs, thématiques, etc..)
  • La gestion des emprunts et des lecteurs
  • La gestion des périodiques : bulletinage
  • La gestion des acquisitions
  • La gestion d’un espace personnalisé
  • La gestion de références bibliographiques
Autres fonctionnalités

Gestion des publications internes d'une unité

Interopérabilité

Import et export au format EndNote

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

OpenAmapthèque a été spécialement conçu pour répondre aux besoins des structures de recherche. Il s'adresse à des professionnels de l'information scientifique et technique et à des non professionnels, gérant un fond documentaire et les publications d’une unité ou d’un laboratoire de recherche

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Gestion des normes MARC, UNIMARC, OAI (prévue dans la prochaine version)

Environnement du logiciel
Plates-formes

Client-serveur WEB

Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Centre de recherche en agronomie tropicale : le CIRAD

Références d'utilisateurs institutionnels

CIRAD

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Un nouvelle version est prévue dans le dernier trimestre 2013. Le cahier des charges est en cours de rédaction. Des partenaires sont les bienvenus pour aider à la mise en place de celle ci

Contributions

Contacter le concepteur du logiciel

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 19/04/10
  • Correction mineure : 02/03/13
Mots-clés

Fedora Commons : système de gestion et entrepôt de contenus numériques

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 3.2.1
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : autre

    FedoraCommons intègre un certain nombre de technologies comme un serveur TOMCAT, un utilitaire SAXON et bien d'autre encore. Chacune de ces technologies possède une licence. Elles sont toutes décrites dans l'adresse ci-dessus.

Description
Fonctionnalités générales

Ce logiciel permet d'agréger, à l'intérieur d'objets logiques, des fichiers de données de tout format. C'est un logiciel comparable à une base de données et très rudimentaire quant aux interfaces d'accès aux données. L'accès est nettement orienté pour les machines et les programmes à l'aide des APIs. Pour utiliser FedoraCommons, il faudra donc forcément rajouter une interface cliente qui intègre la création, la modification, la suppression et la consultation des données, éventuellement une authentification si une gestion des droits d'accès est nécessaire. Pour cela vous pourrez vous appuyer sur des services web ou bibliothèques répondant aux standards actuels (JAVA, REST, SOAP, OAI, Dublin Core, etc...).

L'application typique peut être la gestion de livres dans une bibliothèque, chaque livre étant un objet logique possédant des métadonnées (titre, auteur, ISBN, éditeur, nombre de pages, genre, collection, etc...), des données texte associées (quatrième de couverture, extraits, critiques, etc...) et des données numériques associées (image de la couverture, interview de l'auteur, etc...).

Autres fonctionnalités

Pour FedoraCommons, chaque objet est décrit dans un fichier XML. Une donnée proprement dite (des métadonnées, une image, un fichier son, une vidéo, etc...) est un datastream d'un objet. Chaque objet peut contenir une infinité de datastreams qui chacun, à l'intérieur de l'objet, possède un identifiant unique. Il existe quelques datastreams réservés, comme DC qui gère les métadonnées Dublin Core ou RELS-EXT qui gère des relations entre objets décrites au format RDF.

Tous les autres datastreams peuvent être n'importe quelle donnée numérique. FedoraCommons permet de les gérer de 4 manières différentes:

  • Stockées directement dans le repository (1). C'est le cas le plus simple. L'avantage est une plus grande maîtrise du fichier, notamment pour la gestion des droits d'accès. Mais cela implique d'avoir suffisamment de capacité de disque et une garantie de pérennité quant à la qualité de conservation.
  • Données XML stockées en interne. Les données fournies doivent être écrites en XML. Elles seront stockées directement dans le fichier descriptif de l'objet.
  • Référence externe à un fichier. Ce type de datastream permet de gérer des fichiers stockés n'importe où sur un réseau accessible par URL et de faire gérer ce fichier par FedoraCommons comme un datastream stocké directement dans le repository (1). Lorsque cette donnée sera demandée, elle transitera entièrement par le serveur lors de sa retransmission au demandeur, qui ne verra donc pas que le stockage de la donnée est déporté.
  • Référence redirigée vers un fichier. Ce datastream est aussi une URL vers un fichier sur un réseau, mais le demandeur sera redirigé vers l'adresse. Aucune donnée ne passera par le serveur FedoraCommons.

En fonctionnement de base, FedoraCommons demande peu d'installation: un accès à une base de données (MySQL, PostgreSQL, Oracle, Microsoft SQL ou une base intégrée Derby) et un espace disque pour stocker les données (le repository (1)). Voici les fonctionnalités les plus utiles à regarder dans un premier temps:

  • Installation du serveur: toutes les informations pour démarrer avec FedoraCommons se trouvent dans le lien suivant et toute sa sous-arborescence: Installation and Configuration Guide
  • XACML (2): sécurisez l'accès à vos données. Ces fichiers définissent les règles d'accès à vos données. Elles peuvent être globales à votre serveur, mais elles peuvent aussi ne concerner que la façon d'accéder à un certain datastream d'un objet précis. Aidez vous des liens ci-dessous pour écrire vos règles:

  • Les logiciels administrateurs: exécutable java ou services web, ces programmes vous permettront d'administrer ou de consulter vos données... avant d'utiliser les API pour les gérer automatiquement. Ces administrateurs ont principalement une fonction d'outil de maintenance: ils sont rudimentaires, pas forcément ergonomiques et pas configurables.

  • API-A et API-M: services web donnant accès à l'administration du serveur par des programmes manipulant SOAP, REST, ... Documentation officielle
  • Les bibliothèques JAVA: il suffit de récupérer les fichiers .jar d'un serveur installé pour intégrer toutes les fonctions JAVA de FedoraCommons. Vous trouverez la description de ces fonctions dans le JAVADoc
  • RDF: à l'aide du datastream RELS-EXT (3), créez des liens entre vos objets. Vous trouverez dans le lien suivant les informations pour vous familiariser avec le RDF: Digital Object Relationships


(1) le repository est l'emplacement où FedoraCommons stocke ses données. Par défaut c'est sur le disque où est installé le serveur, mais cela peut être un endroit déporté. Il est possible d'utiliser les systèmes déportés comme iRods (dans le cas du projet d'archivage pérenne d'ADONIS), mais aussi SRB, Akubra, Amazon's Simple Storage System (S3) ou Sun Honeycomb.


(2) La description de FedoraCommons qui est faite ici concerne la version 3.2.1 Une version 3.3 est déjà sortie et intègre notamment une gestion approfondies des droits d'accès, Fedora Security Layer (FeSL).


(3) Dans la version 3.3 de FedoraCommons, il existe un autre datastream réservé (RELS-INT)servant aux relations entre datastreams à l'intérieur de chaque objet.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

FedoraCommons est utilisé dans le cadre du projet d'archivage pérenne des données numériques en SHS, à l'initiative du tge-ADONIS ( http://www.tge-adonis.fr/ ) et avec une mise en production dans le premier trimestre 2010. Prévu pour gérer des archives numériques à grande échelle et grâce à sa multitude de fonctionnalités et de standards, il peut facilement s'adapter à de nombreuses utilisations: gérer des livres dans une bibliothèque ou des collections d'œuvres d'arts dans un musée; faciliter la collaboration d'étude ou de recherche dans tous les domaines dont la base de travail peut être numérisée (enregistrement sonore ou vidéo, reconstitution archéologique, manuscrit, etc...).

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Dans un premier temps, j'ai voulu utiliser FedoraCommons avec les bibliothèques JARGON (https://www.irods.org/index.php/Fedora) pour déposer directement les données dans le système iRods. J'ai eu trop de problèmes (pertes de connexion, impossibilité de reconstruire le système...) pour le recommander... J'utilise actuellement un montage fuse d'un répertoire iRods. Cela n'implique aucune configuration particulière du serveur FedoraCommons.

Environnement du logiciel
Plates-formes

FedoraCommons n'est développé qu'en langue anglaise: documentation et logiciel. Il fonctionne en utilisant une version de JDK (Java SE Development Kit) supérieure ou égale à 5. De ce fait, il peut être installé sur tous les systèmes supportant JAVA: LINUX, UNIX, Windows, Mac...

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

DSpace: http://www.dspace.org/ et fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fr/fiche/dspace . Il plus orienté pour une utilisation personnelle. Je ne l'ai pas essayé, mais c'est apriori l'équivalent en version personnelle de FedoraCommons. Les deux logiciels fonctionnent dans la même communauté. La licence est une "BSD distribution license"

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

FedoraCommons est développé par une communauté internationale: http://www.fedora-commons.org/about/supporters
L'historique du projet est disponible sur le lien suivant: http://www.fedora-commons.org/about/history

Eléments de pérennité

Actuellement, FedoraCommons est peu utilisé en France, mais un nombre croissant d'institutions dans le monde l'utilise: http://www.fedora-commons.org/about/examples Sa pérennité est garantie.

Références d'utilisateurs institutionnels
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur

Racine de la quasi intégralité de la documentation de FedoraCommons: http://fedora-commons.org/confluence/display/FCR30...

Divers (astuces, actualités, sécurité)
Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 11/07/13
  • Correction mineure : 22/08/13
  • Rédacteur de la fiche : Yohan Colmant - coordinateur technique du projet ORI-OAI - DSI Univ Valenciennes (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)
  • Relecteur(s) : Raymond Bourges (Univ Rennes 1)
    Karen Raynal (Uiversité Bordeaux 1)
  • Responsable thématique : Raphaël Tournoy (Centre pour la Communication Scientifique Directe)
Mots-clés

ORI-OAI : Outil de Référencement et d'Indexation pour un réseau de portails OAI-PMH

Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : ORI-OAI
Description
Fonctionnalités générales

Destiné principalement aux universités et grandes écoles, l'Outil de Référencement et d'Indexation pour un réseau de portails OAI-PMH ORI-OAI vise la mise en place d'un système ouvert, en logiciel libre, permettant :

  • de gérer et de publier tous les documents numériques produits par les établissements universitaires,
  • de les partager avec d'autres établissements,
  • de les valoriser par une indexation de qualité,
  • de les rendre accessibles, à distance et selon les droits définis, dans des interfaces ergonomiques.

La mission du projet ORI-OAI est aussi le développement de communautés OAI-PMH.
Il propose une implémentation de référence du protocole OAI-PMH ainsi que les outils nécessaires à la mise en place de ces communautés et à la bonne intégration aux communautés existantes.

Le développement ORI-OAI s'appuie sur les travaux de plusieurs groupes, consortiums et universités numériques.

Autres fonctionnalités

ORI-OAI est configurable et s'adapte à différents besoins : le type des documents à référencer et à partager, les workflows de saisie, les interfaces de recherche, etc.

Dans le système ORI-OAI, les composants sont indépendants. Suivant les cas d'utilisation, l'interaction entre les composants est différente et tous ne sont pas obligatoires.
Trois grands cas existent :

  • une gestion des ressources produites
    Il s'agira par exemple d'une gestion par un établissement de l'ensemble ou d'une partie des ressources numériques qui constitue son archive institutionnelle.
  • une agrégation de ressources extérieures
    Cet aspect sera par exemple utilisé par les UNT et UNR pour développer des portails présentant l'ensemble des ressources produites par les établissements appartenant à leur réseau.
  • une utilisation complète (production et agrégation)
    Les deux précédentes possibilités sont compatibles : un établissement peut à la fois gérer les ressources qu'il produit et agréger des ressources extérieures issues de ses réseaux. De même une UNT peut mettre à la disposition d'établissements qui ne posséderaient pas leur propre outil de gestion, une chaîne de diffusion de leurs ressources.
Interopérabilité

Le logiciel ORI-OAI utilise au maximum les standards < href="/fr/ressource/xml" class="fiche_plume">XML pour le référencement des ressources (LOM, LOMFR, SupLOMFR, TEF, oai_dc, etc.) et utilise le protocole OAI-PMH pour le moissonnage des fiches de métadonnées.

Les différents modules qui composent ORI-OAI sont indépendants et peuvent être intégrés dans un système existant via des WebServices dont l'interface est définie dans les documents techniques du projet.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

ORI-OAI est utilisé dans les établissements d'enseignement supérieur pour le référencement de tous les types de ressources numériques :

  • ressources pédagogiques
  • thèses électroniques
  • ressources administratives
  • publications scientifiques
  • offre de formations
  • etc.

ORI-OAI est utilisé dans une trentaine d'établissements (université française, grande école, UNR, UNT, etc.). Voici une liste non exhaustive des différentes instances et configurations de ORI-OAI :

ORI-OAI est entièrement adaptable à son contexte d'utilisation. Les formats de métadonnées (et donc de type de ressources) sont configurables ainsi que les workflows de saisie de ces métadonnées.

Les exemples ci-dessus d'instances de ORI-OAI en production dans les établissements montrent l'adaptabilité des configurations et de la charte graphique de l'outil.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Ce logiciel est développé dans un environnement Java (J2EE) et fonctionne sur toutes les plates-formes.

Logiciels connexes

L'installation de ORI-OAI nécessite les pré-requis suivants :

  • ANT pour l'installation
  • Java (JDK) à partir de la version 1.6
  • un annuaire LDAP pour gérer les utilisateurs de l'application
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Le projet est développé par le consortium ORI-OAI dont les membres fondateurs sont :

  • INP Toulouse
  • INSA de Lyon
  • Université de Rennes 1
  • Université de Valenciennes
  • UNIT - Université numérique ingénierie et technologie
  • UVED - UNT Environnement et développement durable
  • UMVF - Université médicale virtuelle francophone
Eléments de pérennité

Le projet ORI-OAI est un projet Open Source développé par les membres de la communauté de l'enseignement supérieur et soutenu par la MINES (Mission numérique pour l'enseignement supérieur).

ORI-OAI voit actuellement sa communauté d'utilisateurs et de contributeurs grandir. Contrairement à la plupart des logiciels équivalents, ORI-OAI apporte une grande souplesse dans les configurations et s'adapte réellement aux besoins des utilisateurs et au fonctionnement des établissements. ORI-OAI s'adapte aux besoins, pas l'inverse.

Des partenariats viennent aussi de voir le jour avec le réseau des universités du Québec pour des développements communs de la plate-forme.

Références d'utilisateurs institutionnels

Il est possible de consulter la liste des membres de la communauté ORI-OAI à cette adresse : http://www.ori-oai.org/Etablissements_utilisateurs

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Pour toute information sur le projet ORI-OAI, vous avez accès à deux listes de diffusion publiques :

  • la liste ori-oai-info vous tient au courant des avancées du projet.
  • la liste ori-oai-utilisateurs vous permet de poser toutes vos questions à la communauté ORI-OAI, en tant qu'utilisateur ou si vous êtes intéressés par le projet, sur les aspects techniques, fonctionnels et l'état d'avancement des développements.

Une liste fonctionnelle ori-oai-fonc permet de participer aux échanges et aux travaux des groupes fonctionnels ressources pédagogiques, thèses et archives ouvertes.

Un plan de formation national est aussi en place au travers des UNR. Ces formations couvrent les aspects fonctionnels et techniques.

Documentation utilisateur
Contributions
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 28/04/10
  • Correction mineure : 12/05/12
  • Auteur de la fiche : Dominique Caron (Laboratoire de Physique Charles Coulomb Montpellier)
  • Responsable thématique : David Rousse (CNRS DSI)
Mots-clés

GINA : gestion de laboratoire

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Version actuelle : 0.0.1
  • Licence(s) : GPL
  • Etat : en développement
  • Concepteur(s) : Project Manager : Dominique Caron - Développeurs : Dominique Caron
  • Contact concepteur(s) : dominique.caron@univ-montp2.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : L2C

 

Fonctionnalités générales du logiciel

GINA est un projet OpenSource initié et développé par l'Université de Montpellier II dans le cadre de la restructuration de son Système d'Information. GINA est une application Web principalement destinée à aider les chercheurs, enseignants-chercheurs, ita, iatos, doctorants etc... des laboratoires de recherche de type UMR (Unité Mixte de Recherche) dans les tâches de gestion administrative et à fiabiliser les bases de données référentielles (HAL, Harpège, Labintel...), mais GINA sert également à bien d'autres choses encore.

Gestion de l'Information Numérique Administrative ou encore Gina Is Not AIGLe ... Bien que GINA reprenne les principes, les fonctionnalités et la philosophie du logiciel AIGLe , c'est une refonte totale de celui-ci, AIGLe est un "brouillon" de GINA. Cf Fiche Plume.

L'équipe de GINA reste ouverte à toute proposition de participation au projet.

Contexte d’utilisation du logiciel

Le développement de GINA a commencé depuis plusieurs mois. Inscrivez vous sur le wiki de GINA (http://www.ipm.univ-montp2.fr/ginawiki), pour :

  • tout savoir sur GINA,
  • suivre l'avancement du projet,
  • faire des propositions de fonctionnalité,
  • ou mieux encore, participer au projet !
Syndiquer le contenu