UNIX-like

Logiciels (logiciels libres en majorité) qui fonctionnent sur des systèmes dérivés d'Unix (Linux...) ou ressources (liées aux logiciels) spécifiquement pour ces systèmes
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 27/03/14
  • Correction mineure : 27/03/14
  • Rédacteur de la fiche : Jean-Daniel Dubois - LPMMC (CNRS)
  • Relecteur(s) : Dominique Lechaudel (INIST)
  • Contributions importantes : Le premier contributeur de cette fiche était Guillaume Paumier, LAAS (MIS), CNRS. Ariane Rolland (Bibliothèque de l'Institut Fourier, CNRS) a pris la suite.
  • Responsable thématique : Anne Durand (CLEO)
Mots-clés

Scribus : PAO professionnelle

Description
Fonctionnalités générales

Logiciel libre de PAO (Publication Assistée par Ordinateur), utilisé pour créer des documents d'excellente qualité, destinés à être imprimés ou à être visualisés sous forme numérique : posters A0 pour conférences, affiches, livrets, brochures, flyers, plaquettes, magazines. Véritable équivalent à Adobe InDesign ou QuarkXPress ; outil de niveau professionnel gérant par exemple les profils ICC ; excellent moteur de rendu PDF (supportant la transparence) ; premier logiciel de PAO à avoir supporté l’export en PDF-X3.

Scribus permet de réaliser des documents en PAO avec une qualité professionnelle digne des équivalents commerciaux très onéreux. La création de PDF de haute qualité est l'un des points forts de Scribus, par volonté des développeurs.

Autres fonctionnalités
  • scriptable avec Python
  • excellent support PDF avec possibilité de créer des champs actifs et d'inclure des metadonnées, des actions javascript
  • import/export format .eps, .svg, .pdf
  • support de l'unicode
  • support des polices Open Type
Interopérabilité

Format de fichier (.sla) basé sur XML et complètement documenté. Le texte peut être importé de documents OpenDocument, RTF, Word .doc

Par contre, il n'est pas possible d'ouvrir les fichiers natifs des programmes propriétaires comme QuarkXPress, Publisher ou InDesign, pour des raisons de reverse-engineering (complexité de la tâche et éventuels problèmes légaux).

Voir la liste complète des formats d'import/export supportés par Scribus.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisateur occasionnel de Scribus ayant repris le suivi de la fiche.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Bien que l'export en PDF soit très performant, il est impossible d'importer des fichiers PDF afin de les modifier dans Scribus.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Windows 2000/XP, MacOS X, OS/2, dépôts Debian (+Ubuntu) et Fedora, sources et RPM

Logiciels connexes
  • Inkscape : logiciel de dessin vectoriel
  • GIMP : création et retouche d'images numériques
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • Adobe InDesign (propriétaire, payant)
  • QuarkXPress (propriétaire, payant)
Environnement de développement
Eléments de pérennité

Scribus est un logiciel de très bon niveau, développé par une équipe dynamique. Il est de plus en plus utilisé, notamment chez des professionnels.

Références d'utilisateurs institutionnels

Exemple d'un journal réalisé avec Scribus : www.le-tigre.net

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 16/07/12
  • Correction mineure : 15/10/12
Mots-clés

Quattor : Déploiement et gestion de configuration de machines Linux

Description
Fonctionnalités générales

Quattor est un outil de déploiement et de gestion de configuration de machines Linux, capable de gérer un grand nombre de machines (jusqu’à plusieurs milliers), tout en restant adapté à des configurations petites ou moyennes (à partir de quelques dizaines de machines). Il a été développé dans le cadre des projets européens de grille de calcul Datagrid, EGEE et EGI (http://www.egi.eu/), mais peut être utilisé dans tous les contextes, de la gestion de postes de travail à la gestion de grandes fermes de calcul et des environnements logiciels associés. Il permet des modèles d’administration très variés, de l’administration d’un site unique à l’administration centralisée ou distribuée de ressources géographiquement distribuées.

Les principaux objectifs recherchés par Quattor sont :

  • Factorisation maximale de la description des configurations
  • Description orientée service des configurations
  • Prise en charge de l’installation initiale et de l’évolution des configurations
  • Conservation de l’historique des changements
  • Possibilité de revenir en arrière simplement sur toute modification de configuration

Ces objectifs sont implémentés à travers une architecture originale reposant sur les éléments suivants :

  • Un langage « déclaratif » de description des configurations (PAN) qui permet de décrire l’état souhaité d’une machine et non les actions à effectuer pour l'atteindre
  • L’organisation de la description des configurations en « templates » qui permettent un raffinement progressif des descriptions et le partage des éléments communs
  • Un versionning des descriptions des configurations stockées dans un dépôt Subversion
  • Un client installé sur chaque machine gérée reposant sur des plug-ins effectuant les actions nécessaires pour atteindre la configuration et l’installation de packages (RPM uniquement) souhaitées et permettant le support de la gestion de nouveaux services
  • Un ensemble d’outils pour gérer l’installation initiale des machines (utilisant PXE, Kickstart/Anaconda)
Autres fonctionnalités

L'administration de machines par Quattor consiste essentiellement à éditer les templates décrivant la configuration et à les enregistrer dans le dépôt SVN constituant la configuration database. Cela peut se faire depuis n'importe quelle plate-forme, soit en utilisant l'éditeur de son choix et les commandes en mode ligne, soit en utilisant l'environnement de développement Eclipse, http://www.eclipse.org.

Interopérabilité

Il n'y a pas à proprement parler de problèmes d'interopérabilité mais une restriction d'utilisation : Quattor ne sait actuellement gérer que des machines basées sur la distribution Red Hat ou l'un de ses dérivés (dépendance au format RPM pour le déploiement des packages).

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Quattor est utilisé au LAL (http://www.lal.in2p3.fr) et dans GRIF (http://www.grif.fr) nœud de la grille EGI en région parisienne construit par 6 laboratoires) pour gérer le matériel suivant via une seule configuration database (ensemble des opérations d'administration est faisable depuis n'importe quel site de GRIF) :

  • Toutes les machines grille de GRIF, soit environ 500 machines
  • Les serveurs internes du LAL, soit environ 80 machines
  • Les postes de travail Linux du LAL soit environ 20 machines

De la même manière, Quattor est utilisé à l'IPHC pour gérer un parc de plus de 200 serveurs. Depuis 2011, les nouvelles machines de bureau sous Scientifique Linux sont également intégrées dans Quattor, afin de centraliser leur gestion.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Le premier contact avec Quattor est souvent déroutant pour un Administrateur Système et Réseau (ASR) du fait de son paradigme : on décrit l'état final des machines, pas comment l'atteindre, ce qui est assez contraire à la culture scripting des ASRs.

Le modèle de déploiement principal utilisé par Quattor est basé sur une validation des configurations afin de s'assurer que toute modification n'a pas d'impact négatif ou d'effet de bord sur l'ensemble des machines gérées. Lorsque le nombre de machines augmente, cela peut devenir pénalisant pour le temps de déploiement d'une modification (dans GRIF le déploiement d'une modification impactant les 600 machines prend 4mn environ, avec un serveur de déploiement puissant). Des travaux sont en cours pour paralléliser l'opération de compilation de la configuration sur plusieurs machines.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Linux : distribution de type Red Hat (RHEL, Fedora et dérivés)

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Quattor et le jeu de templates génériques appelé QWG Templates sont maintenus par la communauté de ses utilisateurs. L'ensemble de la documentation et des informations sur Quattor sont disponibles sur le site https://trac.lal.in2p3.fr/Quattor/wiki/Web.

Eléments de pérennité

Utilisé par plus de 50 sites, principalement en Europe, dont de gros sites de la grille EGEE : CERN, NIKHEF, PIC, GRIF, ainsi que par des institutions privées (Morgan Stanley).

Références d'utilisateurs institutionnels

Centres de calcul T1 (les plus importants) de la grille EGEE/LCG : CERN, NIKHEF, PIC, CNAF

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Deux listes de diffusion sont hébergées sur Sourceforge :

  • quattor-discuss (liste de discussion générale sur l'utilisation de Quattor)
  • quattor-grid (liste dédiée aux discussions autour de l'utilisation de Quattor dans la gestion des grilles de calcul)
Documentation utilisateur

Wiki maintenu à jour et enrichi en permanence par les utilisateurs sur le site https://trac.lal.in2p3.fr/Quattor/wiki/Doc.
Des formations sont également organisées par le GIS France Grilles pour former les administrateurs à utiliser Quattor.

Contributions

La participation au projet Quattor est ouverte à tous. Une partie du wiki détaille les bonnes pratiques pour contribuer au projet.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 12/09/13
  • Correction mineure : 12/09/13
Mots-clés
Pour aller plus loin

OpenBSD : système d’exploitation de la famille Unix orienté sécurité

  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 5.3
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : BSD

    Licence BSD en priorité, mais OpenBSD inclut des composants avec d'autres licences.

Description
Fonctionnalités générales

Système d'exploitation libre de la famille Unix, dérivé du système BSD 4.4.

  • Services réseaux : OpenSSH, FTP, WWW, NIS, SMTP, DNS, etc.
  • Environnement graphique X11
  • Sécurité : SSL/TLS, IPSec, Kerberos, OTP (mots de passe à usage unique), Sudo
  • Outils de développement : langages C, C++, perl
  • Supporte de nombreuses applications tierces via le mécanisme des ports
Autres fonctionnalités
  • Le filtre de paquets PF et nombreux démons de routage : système bien adapté pour créer un pare-feu logiciel ou un point d'accès wifi sécurisé.
  • Le support de nombreuses architectures matérielles permet de ré-utiliser du matériel ancien ou simplement de ne pas tomber dans une mono-culture x86.
  • Documentation de qualité (en anglais essentiellement).
  • La sécurité fait partie des engagements de base de l'équipe OpenBSD, qui a été par exemple un des premiers systèmes d'exploitation à disposer de parades aux attaques par débordement de buffers.
Interopérabilité
  • OpenBSD est un système compatible POSIX. Quasiment tous les logiciels libres peuvent être compilés pour tourner sous OpenBSD. Le système des ports permet de gérer le portage des applications tierces. Toutes les applications courantes sont déjà portées : Firefox, Thunderbird, environnements Gnome KDE et XFCE, LibreOffice, TeX/LaTeX, Apache, MySQL, PostgreSQL, PHP, etc.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • Utilisation sur des serveurs avec besoin de sécurité : SMTP, DNS, USENET, etc.
  • Pare-feu du laboratoire, routeurs pour des projets spécifiques.
  • Portail captif pour le réseau visiteurs.
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • OpenBSD est essentiellement anglophone.
  • L'environnement utilisateur par défaut (fvwm, xterm) est moins riche que Gnome ou KDE. Mais ces derniers sont disponibles via les ports.
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

OpenBSD est un système complet.

Plates-formes

Voir http://www.openbsd.org/fr/plat.html pour les détails des configurations supportées.

  • alpha : processeurs Digital Alpha
  • amd64 : processeurs AMD et Intel 64 bits
  • i386 : processeurs intel x86 (Pentium et supérieurs)
  • hppa : machines HP 9000 series 700 (PA-RISC)
  • loongson : machines à processeur MIPS/Loongson 2F (Lemote & EMTEC)
  • macppc : Apple Macintosh à processeur PowerPC (G3 à G5)
  • sgi : Machines Silicon Graphics à processeur MIPS R5000 et supérieurs
  • sparc : machines Sun Sparc 32 bits
  • sparc64 : machines Sun/Oracle UltraSparc I, II, III et IV
  • zaurus : Sharp Zaurus SL3000 et SL3200
Logiciels connexes

OpenBSD inclut OpenSSL (chiffrement), Apache 1.3 et nginx (serveurs Web), OpenSSH (connexions sécurisées), OpenSMTPD (serveur SMTP), X.Org (système X11), gcc, etc.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

OpenBSD est développé par une structure informelle d'une centaine de développeurs coordonnés par Theo De Raadt. Le projet est financé par la vente des CDs et les donations.

Eléments de pérennité

Existe depuis 16 ans. Nombreux utilisateurs à travers le monde, logiciel libre.

Références d'utilisateurs institutionnels
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Site d'actualités en anglais dédié à OpenBSD.

Contributions

Envoyer des rapports de bugs ou des suggestions d'améliorations via les listes de diffusion du projet. Les contributeurs les plus actifs deviennent développeurs.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 17/07/09
  • Correction mineure : 13/02/12
Mots-clés
Pour aller plus loin

j-chkmail : filtrage de courrier électronique

Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations :
Description
Fonctionnalités générales

Logiciel de filtrage de courrier. Il remplace avantageusement des logiciels comme Amavisd-new. Tout est centralisé dans le même logiciel. Il minimise les entrées sorties, fait nativement du greylisting, du rate limiting, surveille les attaques au dictionnaire, et gère l'anti-spam.

  • Utilise les thread. Voir les awards de Sendmail pour l'auteur
  • Utilise la libmilter et donc intercepte les courriers avant de fermer la discussion avec l'émetteur.
  • Le greylisting est utilisable en local ou via un service.
  • Plusieurs niveaux anti-spam. URLBL (liste noire de URLs de spammers) BAYESIEN (construction de bases bayesiennes) ORACLE (à la SpamAssassin)
  • Protection du serveur par limitation de consommation de ressources (cadence de connexion, connexions ouvertes simultanement, ...) par adresse IP.
  • Filtrage des messages avec pièces jointes exécutables (Unsafe files). Possibilité aussi de coupler j-chkmail avec un anti-virus de passerelle (ClamAV, Mc Afee et F-prot).
  • Grande richesse des commandes ligne (CLI).
  • Contrôle du filtre à chaud : consultation de l'état du filtre et modification de paramètres de fonctionnement sans arrêt du filtre.

La réponse du filtre à un message indésirable peut être soit "rejet", "mise en quarantaine" ou "marquage d'en-tête". Le rejet est fait dans la session SMTP, ce que évite de générer des bounces.

Il s'installe sous Sendmail ou Postfix via l'API milter.

Autres fonctionnalités

La configuration se fait via un fichier de configuration classique où l'on active certaines options. Le reste est fait dans des fichiers textes (description des réseaux amis, des serveurs où on ne veut pas faire d'antivirus..), et un simple make transforme les données en base BDB.


  • Adaptation des paramètres de filtrage selon le niveau de charge (nombre de connexions en cours et charge CPU) et utilisation du rate limiting pour favoriser les réseaux amis. La machine reste stable en cas d'attaque.
  • Deux processus tournent. L'un d'eux surveille l'état du filtre, prêt à le relancer.
  • Possibilité de définir les adresses mail valides et de contrôler les machines qui sondent et donc de mettre en liste noire dynamiquement (pendant 4 heures) les clients SMTP qui font trop d'erreurs de destinataires.
  • La plupart des options de filtrage sont configurables, selon le cas, par l'adresse IP, l'expéditeur et destinataire.
  • Statistiques conservées sur plusieurs jours (en mémoire et sur disque) accessibles via j-printstats. On peut facilement interfacer avec rrdtool
  • Tout évènement autre que le traitement transparent d'une connexion est enregistré.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Filtrage des courriers entrants de notre Université pour plusieurs milliers de comptes. Nous avions eu quelques soucis sur le trio Amavisd-new + SpamAssassin + Postgrey tournant avec postfix.

Nous avons préféré cette solution, car elle intègre toutes les fonctionnalités dans un seul programme. Celui-ci est très stable. On peut rejeter un SPAM directement dans la session appelante sans faire d'abord un "accept", puis un "reject" basé sur l'expéditeur.

De plus on a des statistiques via la CLI et on peut voir les scores du SPAM dans les logs systèmes. La vitesse de traitement est impressionnante.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Pour le moment, le support d'IPV6 est limité. Par exemple, IPV6 ne sera pas soumis au greylisting et à beaucoup d'autres fonctions. Il y a bien un traitement antiviral et antispam selon la configuration, mais IPV6 sera simplement considéré comme AMI.

La gestion d'une base bayesienne est un peu complexe si l'on veut la gérer soi-même. Pour l'instant, nous prenons celle distribuée par l'auteur.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Solaris, FreeBSD, Linux

Logiciels connexes

Sendmail, Postfix

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Amavisd-new+SpamAssassin+Postgrey licences libre

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

structure: Ecole des Mines de Paris
développeur: Jose-Marcio Martins Da Cruz

Références d'utilisateurs institutionnels

le Comité Réseau des Universités, campus de JUSSIEU, Université de la Méditerranée, Ecole des Mines de Paris

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Le code est fourni avec sa version de PCRE et de BerkeleyDB, ce qui facilite la compilation et la maintenance. Il suffit juste d'installer la libmilter de sendmail (prendre la version 8.14 de sendmail)

Postfix doit être assez récent pour bien utiliser la libmilter > 2.4.3

Le code comprend environ 80000 lignes de C

Astuce : Un fonctionnalité très intéressante de j-chkmail est le filtrage des messages qui contiennent une pièce jointe exécutable. Cela permet un filtrage très peu consommateur en ressources (pas de scan du message) et permet d'éviter une très grosse majorité de programmes malveillants véhiculés par messagerie. Ainsi, lorsqu'une nouvelle extension est concernée, il suffit de la rajouter dans la liste des fichiers "non sûrs" (cas par exemple des fichiers zip inférieurs à 64 Ko). L'expéditeur et le destinataire sont prévenus du blocage du message.

Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 18/02/13
  • Correction mineure : 16/03/13
  • Rédacteur de la fiche : David Allouche - un des concepteurs du logiciel - BIA toulouse (INRA, INRIA, CNRS)
  • Relecteur(s) : Emmanuel Courcelle (LIPM)
  • Contributions importantes : Christophe Caron (MIG INRA Jouy-en-Josas)
  • Responsable thématique : Christelle Dantec (CRBM)
Mots-clés
Pour aller plus loin
Fiche en recherche de repreneur
Cette fiche est en recherche d'un repreneur. Si vous êtes intéressé(e)s, contactez-nous !

BioMAJ : moteur de workflows pour la synchronisation des données (en biologie notamment)

Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : BioMAJ
Description
Fonctionnalités générales

BioMaJ (Biologie Mise A Jour) est un moteur de workflows dédié à la synchronisation puis au traitement de données. L’application peut gérer une masse de données importante et des workflows de post-traitements relativement complexes: typiquement, l'indexation de banques de données peut constituer un post-traitement. Une des motivations de son développement a été la mise en place d'une démarche qualité pour la maintenance des données de séquence biologiques.
Initialement conçue pour traiter des données de biologie, BioMaJ est généraliste et peut être utilisée dans tout domaine ayant à gérer des données massives et distribuées, qui nécessitent des consolidations puis des traitements.
Elle peut également être utilisée simplement pour synchroniser les données entre un appareillage disposant d’un server ftp et un serveur central unix: l’avantage est alors une traçabilité complète des sessions réalisées. Enfin dans un autre registre BioMaJ peut être utilisé pour déployer des données sur une frontale de calcul en vue de leur traitement. Ce mode d'utilisation est maintenant facilité par son interface graphique (biomajwatcher), qui permet selon son groupe et ses droits :

  • d’administrer,
  • de consulter,
  • de post-traiter,
  • ou de planifier la mise à jour de source de données publiques (visibles de tous) ou privées (visibles uniquement d'un utilisateur ou d'un groupe) 

L'application est disponible pour les principales distributions linux.

Autres fonctionnalités
  • Synchronisation
    • Support de protocoles variés (ftp, sftp, rsync , local copy, AmazonS3, Http direct URL download)
    • Sélection de tout ou parti des données de la source via des expressions régulières.
    • Reprise sur erreur lors de la synchronisation et des post-traitements
    • Vérification de l'intégrité des données transférées
    • Multi threading
    • Normalisation de l'organisation des versions et des données
  • Post processing
    • Formalisme facile mais avancé de description de workflows (D.A.G)
    • Post-process d'indexation prêts à l'emploi pour de multiples applications bioinformatiques (blast, srs, fastacmd, readseq, etc.)
    • Intégration aisée de script de post- traitements personnel dans le langage de votre choix
  • Supervision
  • interface d'analyse des log
    • Génération automatique de rapports d'exploitation du logiciel au format html
    • incluant différentes statistiques représentées sous forme de Graphes, notamment :
    • de suivi d'évolution du dépôt global
    • de suivi d'évolution individuelle pour chaque source maintenue
    • Envoi d'un courriel lors de l'exécution d'un cycle de mise à jour
    • Interrogation en ligne du contenu du dépôt

Un éventail important de fichiers de description de workflows pour la récupération et l'indexation de banques de données biologiques est disponible sur le site du projet (Genbank, PDB, EMBL, Swissprot, génomes complets, tant eucaryotes que procaryotes, ....). Des scripts d'indexation ou de conversion de format pour une dizaine d'outils bioinformatiques sont également mis à disposition.

la dernière version inclut des nouvelles interfaces pour :
* la consultation et l'administration (Bmajwatcher)
* la maintenance de banque privées visible par un utilisateur
* le déport automatique de calcul de post-processus via un système de queue
* la gestion des dépendances entre banques
* une interface permettant la planification des mises à jours de banques
* l'application supporte maintenant la connexion aux cloud Amazon et google

Interopérabilité

BioMAJ est compatible avec les OS de base UNIX disposant de java 1.6.x et ant 1.7.
BioMAJ n'est pas compatible avec les OS Microsoft car l'application utilise des liens symboliques ( sur des fichiers et des répertoires).

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

BioMaJ est déjà utilisée par trois plates-formes bioinformatique depuis 2007, ou il maintient environ une soixantaine de banques biologiques (genbank , embl, swissprot, genomes, pdb ...) occupant plusieurs Téraoctets.
En résumé BioMaJ permet de:

  • Réaliser le mirroring de données distantes ou locales
  • Automatiser des traitements sur les données (via des post-processus fournis ou vos propres script de traitement)
  • Si on inverse le référentiel, l'application peut être utilisée pour déployer des données en vue de leur traitement sur un serveur distant
  • Il peut être aussi utilisé pour maintenir la mise à jour de logiciel non distribué sous aptitude ou yum

Vous pouvez consulter un rapport d'exécution en cliquant ici.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • Le mode block de rsync n'est pas supporté.
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

debian sid , ubuntu

Plates-formes
  • BioMaJ a été développé en Ant et java, elle supporte donc une grande variété de systèmes UNIX : distributions linux, solaris, MacOS X, BSD.
  • L'application ne fonctionne pas sous les OS Microsoft car elle utilise des liens dans la phase de synchronisation des données.
Logiciels connexes
  • Java
  • ant
  • wget
  • tar
  • gzip
  • bzip
  • unzip
  • tomcat
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Pas d'équivalent incorporant l'ensemble des fonctionnalités.

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

BioMAJ est le fruit d'une collaboration entre des membres issus de 3 équipes de recherche françaises :

Eléments de pérennité
  • Technologie java
  • Protocoles de communication standards
Références d'utilisateurs institutionnels

L’application est utilisée sur trois plates-formes bioinformatiques françaises (INRA, INRIA, CNRS) pour assurer la maintenance des principales banques de données biologiques mises à disposition par la communauté scientifique internationale.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
  • Un manuel d'utilisation complet ainsi qu'un tutoriel d'installation sont disponibles sur le site.
  • L'application est distribuée avec un ensemble d'exemples de workflows de maintenance des principales banques de données biologiques.
  • Plusieurs post-processus sont également disponibles.
Contributions

L'objectif de la fiche plume est de promouvoir l'utilisation de BioMAJ et éventuellement de mutualiser les workflows de maintenances de sources de données pour les banques de données publiques (en biologie ou autres disciplines: chimie , physique, spatial, ...).
Les besoins de contribution sont :

  • Ecriture de nouveaux workflows pour des sources de données publiques en biologie, mais surtout dans d'autres disciplines
  • Ecriture de scripts de pré ou post-processus pour effectuer des traitements métiers sur les données.
  • Développement d'interfaces hommes-machines pour l'édition de workflows.

Si vous voulez contribuer, vous pouvez contacter les membres du projet à l'adresse mail : biomaj_AT_genouest.org

VideoLAN VLC : diffusion et réception de flux multimédias

Description
Fonctionnalités générales

VLC intègre un client et un serveur permettant de lire des flux multimédias ou de diffuser de tels flux. Le client offre des fonctionnalités de :

  • Lecture de fichiers vidéo et audio dans de multiples formats ainsi que DVDs, VCDs ;
  • Réception en direct de vidéo et/ou d'audio ;
  • Enregistrement sur disque de ce qui est diffusé (ou reçu).

Le serveur offre des fonctionnalités de :

  • Diffusion de flux selon divers protocoles de streaming ;
  • Encodage ;
  • Diffusion en direct de vidéo et/ou d’audio issus de fichiers, CD, DVD, caméra ou micro;
  • Utilisation en émission et en réception de la diffusion multicast sur IP (v4 et v6) ;
  • Création en émission d'un serveur http pour la diffusion de flux audio et vidéo permettant l'accès à cette diffusion à des clients ne pouvant pas accéder au service multicast.

Le client comme le serveur, ne nécessitent aucun codec externe ou autre programme pour fonctionner.

Autres fonctionnalités
  • Changements de format vidéo
  • Extraction de pistes son , ...
Interopérabilité
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Jacques Prévost a utilisé VideoLAN en diffusion pour la retranslission en direct de nombreux séminaires dans le cadre d'Aristote en particulier : http://www.aristote.asso.fr/sem/SXA_Presentation.htm
A titre expérimental, la retransmission de soutenances de thèses a été réalisée au LAAS en s'appuyant sur le réseau RENATER.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • VideoLAN est orienté lecture, diffusion et enregistrement de vidéo haute qualité. Il n'est pas orienté visioconférence interactive (cf. VLVC qui tente d'y remédier).
  • La diffusion de flux audio et vidéo doit se faire impérativement à partir d'un poste « libre » (pas derrière un firewall ou un NAT)
Environnement du logiciel
Plates-formes

VideoLAN est disponible sur de nombreuses plate-formes. Elles sont listées à l'adresse suivante: http://www.videolan.org/vlc/

Logiciels connexes

Pour s'assurer de l'accès à un réseau multicast en diffusion ou en réception, on peut utiliser par exemple :

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • Real Player, Windows Media Player, qui ne sont que des players, et qui ne semblent pas traiter autant de formats différents que VLC.(disponibles gratuitement)
  • SMPlayer "surcouche" de MPlayer (http://smplayer.sourceforge.net/ )
  • Real Producer et Windows Media Encoder pour la partie diffusion (produits payants)
  • JMStudio application de démonstration livrée avec l'API Java Media Framework qui permet de lire des fichiers et des flux audio et vidéo, de faire du streaming de fichiers et de flux audio et vidéo issus de la capture par des périphériques audio et vidéo
  • Wikipedia propose une liste de lecteurs multimédia:
    http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_video_players...
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Projet coordonné par des élèves de l'Ecole Centrale de Paris (Chatenay-Malabry) : http://www.videolan.org/team/index.html

Eléments de pérennité

Ecole Centrale de Paris. Produit deux nouvelles versions par an.

Références d'utilisateurs institutionnels

Diffusion sur RENATER d'événements tels que JRES, séminaires Aristote ...
Utilisations similaires dans de nombreux pays : http://www.videolan.org/events/
Des millions de téléchargements.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

http://www.renater.fr/Video/VideoOutilsServices/Cu...

La version précédente 0.8.6 n'est plus supportée par l'équipe de développement.
Il est conseillé de suivre régulièrement l'actualité de VideoLAN sur son site, en particulier concernant des problèmes relatifs à la sécurité.

La fonctionnalité de capture d'écran sous Windows est disponible: elle permet d'enregistrer "ce qui se passe à l'écran", y compris les mouvements de souris. La séquence est enregistrée dans un fichier : la séquence n'est pas à priori diffusable en temps réel.

VLC permet la réception de flux DVB (satellite, digital TV et cable TV) à la condition que la machine (Windows, Unix ou BeOS) soit équipée de la carte de réception ad hoc.

Contributions

L'équipe de développement accueille toutes les bonnes volontés de contribution : http://www.videolan.org/developers/

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 22/01/13
  • Correction mineure : 23/01/13
  • Rédacteur de la fiche : Couchet Pierre - LHSP-Archives Henri Poincaré (CNRS, Université de Lorraine)
  • Relecteur(s) : Odile Bénassy (UFR Droit Université Paris Sud 11)
  • Contributions importantes : Odile Bénassy (Univ. Paris Sud)
  • Responsable thématique : Raphaël Tournoy (Centre pour la Communication Scientifique Directe)
Mots-clés
Fiche en recherche de repreneur
Cette fiche est en recherche d'un repreneur. Si vous êtes intéressé(e)s, contactez-nous !

Lodel : édition de revues électroniques

Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : Lodel
Description
Fonctionnalités générales

Lodel est un logiciel PHP/MySql particulièrement adapté pour l'édition de revues scientifiques en ligne. Le processus éditorial comprend les étapes suivantes : les articles sont édités à l'aide d'un traitement de texte (Word, RTF, OpenOffice), les différentes parties (titre, résumé, auteur, ...) sont caractérisées (stylées). Après traitement transparent pour l'utilisateur par le service web "servoo", l'article est intégré à la revue et est publié.

Lodel utilise le stylage pour générer automatiquement les liens internes à l'article, les sommaires, les index et les métadonnées Dublin Core. L'article devient remarquablement aisé à consulter en format HTML, un fichier pdf ou tout autre fichier peut être associé à l'article. Un moteur de recherche complète ces fonctionnalités. Lodel respecte les normes d'édition du web (Dublin Core, RSS, métadonnées accessibles via OAI-PMH). Le logiciel permet de gérer des revues en accès gratuit ou réservé sur la base de l'IP ou d'une plage d'IP clientes.

Autres fonctionnalités

Le site de la revue est personnalisable à l'aide de templates utilisant le métalangage Lodelscript.

Interopérabilité
  • Entièrement Unicode.
  • Produit du XHTML 1.0 strict.
  • Métadonnées accessibles via OAI-PMH.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • Utilisé et développé avant tout au CNRS pour http://www.revues.org/. Plus de 150 revues électroniques et livres en Sciences humaines sont ainsi mis en ligne.
  • Utilisé à l'INIST pour mettre en ligne des revues électroniques, comptes rendus de congrès et livres de toutes disciplines scientifiques http://lodel.irevues.inist.fr/
  • Utilisé par les centres de recherche et sites de formations de la faculté Jean Monnet http://recherche.jm.u-psud.fr.
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré
Plates-formes

PHP 5, MySQL

Logiciels connexes

pclzip, servoo

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Lodel est développé par l’équipe du pôle informatique du CLEO (Centre pour l'Edition Electronique Ouverte) du CNRS

Eléments de pérennité

Soutenu et développé par le CLEO (CNRS - EHESS - Université de Provence - Université d’Avignon)
Ce laboratoire de Marseille inscrit son action dans le cadre du très grand équipement ADONIS.

Références d'utilisateurs institutionnels
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

lodel-devel [at] cru [dot] fr : http://listes.cru.fr/sympa/info/lodel-devel
lodel-users [at] cru [dot] fr : http://listes.cru.fr/sympa/info/lodel-users

Documentation utilisateur

Une documentation est disponible en ligne : http://www.lodel.org/577

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 02/05/10
  • Correction mineure : 17/12/12
  • Rédacteur de la fiche : Raphaël Tournoy - Institut des Sciences de l'Homme (CNRS, ENS Lyon, Université Lumière Lyon 2)
  • Relecteur(s) : Pierre-Yves Gosset (UREC puis Framasoft)
    Geneviève Romier (Institut des Grilles et du Cloud)
  • Contributions importantes : Alban Politi (LCMCP - Univ. Paris 6) est le premier contributeur de cette fiche
  • Responsable thématique : David Rousse (CNRS DSI)
Mots-clés

Drupal : création de site Web et gestion de contenu (CMS)

Description
Fonctionnalités générales

Drupal est un système de gestion de contenu Web (CMS) à même de créer et gérer des sites web d'informations structurées et classifiées.
Il permet de créer une grande variété de sites, du blog personnel au site communautaire ou d'information.
Il peut être utilisé pour gérer des sites collaboratifs regroupant forum d'échanges, annonces, agendas d'évènements, sessions de conférences, gestion de groupes de travail.
Drupal est maintenant totalement francisé mais pas l'intégralité des modules non officiels.
Le contenu informationnel se situe classiquement dans une base de données SQL. Le choix proposé de base est MySQL/ PostgreSQL, mais d'autres SGBD sont possibles car l'accès aux données repose sur une couche d'abstraction logicielle (cf. l'article d'IBM sur Drupal et DB2 Express-C, son produit gratuit).

Caractéristiques de base

  • architecture en modules rendant le produit facilement extensible, grâce à une API, on peut ainsi activer ou non des modules optionnels du noyau et/ou ajouter des modules externes ;
  • permissions basées sur des rôles pour définir les actions autorisées, les contenus visibles et les contenus éditables ;
  • contenu totalement indexé pour le système de recherche ;
  • support des blogs, forums, sondages, commentaires et fils RSS ;
  • alias possibles pour les URL, ce qui permet de donner une URL "parlante" aux pages web ;
  • interface unique pour le front-end et le back-end ;
  • aide en ligne ;
  • un mécanisme d'autorégulation permettant de contrôler l'encombrement du site ;
  • authentification par OpenID ;
  • déclenchement d'actions suite à certains événements systèmes, par exemple envoi d'un courriel quand un nouveau contenu est créé ;
  • agrégateur de contenu syndiqué (flux RSS, RDF et Atom) ;
  • suivi des logs, statistiques de visite, les événements systèmes peuvent être envoyés vers un démon Syslog
Autres fonctionnalités

Quelques détails des principales fonctionnalités : rôles, types de contenu, classification, présentation du contenu et modules complémentaires.

Rôles

Suivant l'importance du rôle de l'utilisateur, l'interface se voit enrichie de menus d'administration et de possibilités d'édition du contenu.
Les rôles sont définissables très finement, en autorisant ou non des actions dans chaque domaine de fonctionnalités.
Par ex. tel "administrateur" pourra gérer les types de contenu et leur classification, tel autre les utilisateurs, un troisième les forums et les commentaires, et un autre jouer uniquement le rôle de modérateur.
Typiquement, on aura les rôles: visiteur (anonyme), rédacteur, responsable de rubrique ou d'équipe, administrateur.

Types de contenu

  • Prédéfinis :

    • Page : conseillé pour les contenus qui constituent en eux-mêmes une page Web (statique ou dynamique), propre au site pour les pages personnelles par exemple.
    • Récit (story) : conseillé pour les informations souvent simples et courtes, destinées à être affichées en listes.
  • Additionnels :

    • commentaire
    • billet personnel (blog)
    • sujet de discussion (forum)
    • sondage (poll)
    • livre (book) adapté à la rédaction collaborative de livres à contenu hiérarchisé en chapitres, sous-chapitres, etc.

Cette distinction a pour effet de proposer des catégories d'indexation spécifiques.

Le module CCK (Content Construction Kit) apparu depuis la v. 4.7 de Drupal permet de définir ses propres types de contenus.

CCK est presque toujours associé au module Views qui permet de contrôler l'affichage des contenus en construisant des requêtes complexes.

Présentation du contenu

On parle de "noeud" (node) pour désigner une information accessible par un identifiant.

Par défaut 3 "formats d'entrée" de données personnalisables sont proposés :

  • HTML filtré
  • HTML
  • Code PHP

Un "nœud" peut recevoir plusieurs types de statuts : publié, à modérer, en page d'accueil, en tête de liste, nouvelle version.
Le statut "à modérer" peut, par défaut, être assigné au contenu créé par un rôle, s'il n'a pas l'autorisation "administrer les nœuds".

Classification
La puissance et l'originalité de Drupal réside dans sa gestion très évoluée de la classification des données selon un système taxinomique (taxonomy) dynamique.
La classification peut être simple, multiple, hiérarchisée, et même multi-hiérarchique (un terme d'indexation peut avoir plusieurs parents).
On n'est pas limité à 2 niveaux hiérarchiques seulement, comme dans beaucoup de CMS.
Les termes d'indexation (ou labels, tags) peuvent être regroupés en "vocabulaires" au sein desquels les termes peuvent être associés entre eux (related terms) et pour lesquels on peut définir des synonymes.
Une API existe pour accéder aux fonctions reliées à la taxinomie.

Cette gestion de la taxinomie permet par ex. ceci :

  • indexer les informations sur la hiérarchie des services d'une organisation.
  • générer un glossaire des informations classé par termes, avec synonymes et renvois vers des termes reliés.
  • un laboratoire de recherche pourra indexer ses publications sur ses auteurs et sur la revue, grâce à des vocabulaires 'Revues' et 'Auteurs'.

Il faut noter la simplicité d'accès aux informations, par termes d'indexation, grâce à de simples URL, par ex. http://www.example.com/?q=taxonomy/term/37,94,125 génèrera la liste des publications (id. 37), pour l'année 2004 (id. 94), pour un chercheur donné (id. 125).

Présentation du contenu / thèmes

Le contenu et la présentation sont bien séparés (XHTML 1.0 Transitional, CSS).
Des templates (moteur officiel 'phptemplate' depuis la v. 4.7) gouvernent la présentation des "nodes", des commentaires, blocs, boîtes, ou tout type de donnée défini par l'utilisateur. En fonction du template choisit, il est en général possible de déplacer les blocs d'information sur les pages du site grâce à une interface graphique.
La version 6 propose une meilleure gestion des thèmes http://drupal.org/theme-guide/6 que les versions précédentes.

Modules complémentaires

Il en existe plusieurs centaines, qui ajoutent des fonctionnalités au logiciel de base : http://drupal.org/project/modules
Classement des modules par popularité.
Quelques exemples de modules :

Interopérabilité

Export des pages Web en format XML (… et formats d'échange du SGBD)

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Contexte pour le premier contributeur de cette fiche :

Site Web d'un laboratoire d'enseignement et de recherche (90 pers.) ouvert en avril 2007.
Gestion des membres, équipes, thèmes de recherche, cours, productions, annonces.

Quelques raisons du choix de Drupal
(début 2006, une évaluation des CMS Drupal, SPIP et Mambo (Joomla) nous a conduit au choix de Drupal)

  • puissance du classement dynamique en catégories de Drupal
  • prise en main facile de Drupal par rapport à Mambo
  • une seule interface front-office et back-office) par rapport à SPIP
  • cohérence, simplicité et robustesse de l'architecture de Drupal
  • exotisme des "boucles" de SPIP, apparemment pas si simples à maitriser
  • documentation et forums de Drupal, comme bonne source d'information vivante

Contexte pour PLUME :

Le site de Plume utilise Drupal et une trentaine de modules. La méthode du choix de ce CMS a fait l'objet d'un article :
Description du processus de choix d'un CMS pour le projet PLUME

Utilisé pour des sites collaboratifs, par exemple Groupe de travail sur les SIGB libres, MuTEC. Mais aussi pour remplacer des applications web à l'origine développées en interne : Calame : répertoire de bases de données en SHS

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Le choix de l'éditeur HTML reste entier (éternel débat ?); "TinyMCE" a des défauts, notamment de ne pas afficher entièrement l'aspect réel de la page.
Il existe aussi le module widgEditor, plus simple (trop?), avec moins de fonctionnalités mais peut-être plus adapté aux rédacteurs HTML non spécialistes, qui importent par ex. du HTML/Word.

L'upgrade entre versions mineures ne pose pas de problème particulier en version 5 ou 6 mais nécessite de l'attention.

La version 6 apporte nombre d'innovations mais aussi de changements dans les fondements du système, ce qui peut rendre complexe la migration d'un site : les actions sont à reprendre par exemple. À noter également que les modules externes peuvent être intégrés, abandonnés, fusionnés et même qu'il arrive que certains modules optionnels deviennent externes. Avant toute migration d'un site utilisant des modules externes, il convient d'étudier très précisément la situation.

De même, de nombreuses améliorations, modifications sont référencées dans la version 7 à venir.

La fréquence de sortie des versions majeures est élevée (cf. la liste ci-dessous). Revers de la médaille, cela implique un travail de mise à jour en conséquence, car le support de sécurité d'un site pourra disparaitre après à peine une année, dans la mesure où seules les 2 dernières versions sont supportées.

L'envoi de fichiers (upload) implique de pouvoir configurer les droits d'accès aux répertoires d'upload en mode 777, donc d'avoir accès au système de fichiers du serveur.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Drupal est disponible dans les dépôts Debian et Ubuntu. Toutefois les mises à jour de sécurité du paquet peuvent entraîner un délai supplémentaire que l'on peut éviter en faisant soi-même les mises à jour.

Il existe une version packagée nommée Acquia Drupal qui contient un ensemble de modules pré-configurés. Cette version est proposée par la société Acquia fondée par le créateur de Drupal. Un support payant est disponible ainsi que des paquets Debian/Ubuntu.

Plates-formes

Serveur

  • Système d'exploitation :

    • UNIX/Linux, OS X ou Windows
  • Serveur web :

    • Apache (recommandé) v.1.3 ou v.2.x, ou IIS (possible) v.5 ou v.6 ;
    • PHP 4.4.0 ou + . PHP 5.2 est recommandé. Par ailleurs Drupal 7 est développé pour PHP 5.2
  • Base de données :

    • MySQL 4.1 ou +, PostgreSQL version 7.4 ou +.

Client
Tous types de navigateurs web (sur toutes plates-formes ?) : Firefox, Microsoft Internet Explorer 6 et 7, Safari ...

Safari 1.x est incompatible avec les outils de l'éditeur TinyMCE.

Le thème utilisé ou développé pour le site doit respecter les standards du web (W3C...)

Logiciels connexes
  • TinyMCE (une fiche Plume est en préparation)
  • JQuery utilisé par Drupal
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Quelques informations :

  • Il existe de très nombreux CMS, voir par exemple sur le site CMS Matrix

  • Une description d'autres CMS dans PLUME :

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Depuis 2006, une association de droit Belge veille sur Drupal : http://association.drupal.org/node/147
Le président est à l'origine du projet.

De nombreuses entreprises et des individuels en sont membres. Les statuts et règles de fonctionnement sont clairement indiquées sur le site de l'association.

Eléments de pérennité

Drupal est apparu en 2001.
L'activité de développement est très forte, on compte entre 6 mois et un an entre la sortie de 2 versions majeures successives.
Historique des versions

Rencontres nationales: "drupal bar camps", une communauté francophone active.
Rencontres internationales: "drupal camp" deux fois par an.

Drupal est actuellement un CMS "à la mode" et de nombreux sites sont construits autour de Drupal. À noter également en France de nombreuses SSLL ou SSII actives autour de Drupal.

Références d'utilisateurs institutionnels
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

En anglais

Documentation utilisateur

En ligne

Livres (en anglais)

  • Pro Drupal development / John K. VanDyk. - 2e ed. Apress, 2008
  • Using Drupal / Angela Byron, Addison Berry, Nathan Haug,... O'Reilly, 2009
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Il possible d'avoir plusieurs sites Drupal à partir d'une seule installation de code. Ce système d'installation multi-site permet de déployer très rapidement de nouveaux sites et facilite les mises à jour logicielles du noyau, des modules et des thèmes. Chaque site peut cependant posséder ses propres modules/thèmes sans les partager avec les autres utilisateurs.

Des profils d'installation peuvent être créés pour personnaliser le comportement de l'installeur. On peut par exemple activer des modules et configurer des paramètres par défaut dès l'installation.

Drupal France et francophonie : services à la communauté Drupal française et francophone

Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 23/12/09
  • Correction mineure : 22/02/13
Mots-clés
Pour aller plus loin

AWStats : statistiques utilisation serveurs web, mail...

Description
Fonctionnalités générales
  • production de statistiques graphiques d'utilisation à partir de l'analyse des log de serveurs web, mail, ftp, proxy ou de streaming.
  • fonctionne sous forme de CGI ou de ligne de commande.
  • production des pages de comptes-rendus dynamiques ou statiques avec des informations détaillées sur le client et l'utilisation du site Web (durée de navigation, taille 'downloadée' pour les visites).
  • possibilité d'application de filtres d'inclusion ou d'exclusion sur la liste complète des URL consultées.
Autres fonctionnalités
  • paramétrage par fichier de configuration.
  • interface de paramétrage intégré avec WEBMIN (interface web d'administration de systèmes Unix).
  • reverse DNS avant ou pendant l'analyse.
  • plusieurs formats pour les fichiers de calculs (texte, XML).
  • analyse de la présence de nombreux plug-in.
Interopérabilité
  • capable de lire de nombreux types de fichiers de log.
  • les résultats des calculs de consultation sont stockés dans des fichiers textes, avec possibilité d'exporter en XML pour une ré-exploitation dans un autre logiciel.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisé pour l'analyse de fréquentation des sites Web de l'INIST (une cinquantaine de serveurs), en parallèle avec PhpMyVisites (plutôt orienté utilisateur final) et Google analytics (pour les sites à grosse fréquentation). Permet de travailler sur une rétrospective à partir de fichiers de log archivés et sur les sites pour lesquels on ne peut pas modifier les pages (insertion du code javascript nécessaire aux comptages de PhpMyVisit ou GoogleAnalytics).
Aussi utilisé pour les certaines statistiques du serveur PLUME : http://www.projet-plume.org/le-projet-tableau-de-bord

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Fait partie des packages Linux debian standard avec quelques versions de retard (validation nécessaire)

Plates-formes

Toutes, mais a besoin de Perl.

Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Libre, auteur : Laurent Destailleur (Eldy)

Eléments de pérennité

Largement adopté par la communauté du libre, présent comme analyseur de statistiques de consultation de nombreux fournisseurs d'accès (free, ouvaton...).
Traduit en 41 langues.
Régulièrement mis à jour

Références d'utilisateurs institutionnels

Plus de 37000 téléchargements de la version Windows 6.6 (équivalent sur les autres plateformes) sur le site de sourceforge au 2/05/2007

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Ajout de sur-couche possible pour une mise en forme Web 2.0 : jawstats

Pour ce qui concerne l'analyse statistique de consultation d'un site Web, la question du choix du logiciel peut se poser. Pour choisir entre AWStats et PhpMyVisites, certaines situations sont déterminantes :

- l'insertion de code Javascript n'est pas possible dans les pages HTML dont on veut mesurer la consultation => AWStats
- le type de suivi recherché est plutôt de type ciblé à l'usage d'un utilisateur non informaticien => phpMyVisites
- il n'est pas possible de mettre en place une base MySQL et un serveur Web dédié pour gérer les statistiques => AWStats
- mon serveur est très consulté => AWStats ou PhPMyVisites sur un serveur supportant lui aussi de nombreuses requêtes
- un administrateur système qui cherche à surveiller une série de sites, qu'ils soient web, ftp ou mail, préfèrera certainement AWStats qui sait les traiter tous de la même façon.
- les aspects sécurité de AWStats peuvent être déterminants.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 15/02/12
  • Correction mineure : 15/02/12
  • Rédacteur de la fiche : Laurent Costa - Archéologies et Sciences de l'antiquité (CNRS, Univ Paris X, Univ Paris I, Min. de la Culture)
  • Relecteur(s) : Sylvain Théry (Ecoanthropologie et Ethnobiologie)
    Frédéric Rousseaux (LIENS Université de la Rochelle)
  • Responsable thématique : Hervé Parmentier (Environnement Ville Société)
Mots-clés

gvSIG : Système d'Information Géographique (SIG) bureautique

Description
Fonctionnalités générales

GvSIG est sans doute un des produits SIG (Système d'Information Géographique) bureautique le plus complet de l’offre open source. L’étendue de ses fonctions lui permet de rivaliser avec la plupart des produits standards du marché. Son interface très inspirée du logiciel ArcView 3.x rend son utilisation agréable et très intuitive. Son fonctionnement l'est également, puisqu'il reprend le principe d'extension destiné à ajouter des fonctionnalités à la version de base.
De la saisie, l’édition, la consultation et l’interrogation à la mise en forme de documents cartographiques, cette application est, de plus, multi-systèmes (Windows, MacOS X, Linux) et permet de travailler sur des serveurs distants (SQL Server, MySQL, POSTGIS, Oracle (avec l'extension GeoDB) et via les protocoles WMS et WFS).
Du point de vue technique, l’application est développée sur la base du langage Java et accepte donc des personnalisations spécifiques.
Les outils existants en standard permettent de répondre à 90-95% des besoins d’un utilisateur lambda et la possibilité de développer en Java ses propres extensions laisse à l'utilisateur avancé toutes les possibilités.

Autres fonctionnalités
  • Production cartographique
  • Cartographies thématiques par valeurs qualitatives et quantitatives (symboles proportionnels ou gradients de couleurs)
  • Fonctions de mises en page avancées (échelle automatique et dynamique ; nord ; légende)
  • Gestion de données multi-sources
  • Connexion à des bases de données
  • Edition de données
  • Création de tables d'évènements
  • Sélection attributaires
  • Edition attributaires et édition des objets géographiques
  • Snaping géographique
  • Géotraitements (buffer, intersection, union, jointures spatiales, moyennes...)
  • Gestion d'hyperliens
  • Exports et imports de standards (Dxf, gml, shape, postgis)
  • Créations de graphiques sur la base des données attributaires
  • Ouverture de fichiers texte séparateurs tabulation
Interopérabilité
  • Respecte les normes de l’OGC ( open GIS consortium : http://www.opengeospatial.org/ ) et est associé avec une norme de métadonnées respectant la norme européenne ISO 19115.
  • Par défaut le produit est capable de lire les formats standards Shape, GML, PostGIS, Dwg, dxf et d'exporter dans ces mêmes formats.
  • Il se connecte aux bases de données par protocole JDBC, WFS, WMS, WCS ou sur des bases ArcIMS.
  • Il permet de géoréférencer des fichiers raster au format Tif, JPG, Gif ou Png.
  • La plupart des paramètres des systèmes de projection européens et mondiaux sont intégrés au logiciel.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • Nous utilisons gvSig sur plusieurs projets de recherche en complément avec des outils propriétaires ArcGIS notamment sur le projet Alpage : Analyse diachronique du tissus urbain Parisien, projet associant quatre laboratoires : UMR 7041 Archéologie et Sciences de l'Antiquité, ArScAn (Archéologues), UMR 8506 LAMOP (Histoire médiéval de Paris I Panthéon Sorbonne), L3I (Informatique et mathématique appliquée université de La Rochelle), Otello (Géomatique, université de La Rochelle). Cette application permet de fédérer un réseau d'acteurs qui ne possèdent pas forcément les outils avancés standards (ArcGIS) qui se révèlent très coûteux. En outre, chacune des communautés en présence possède ses habitudes en terme de plate-forme. Les qualités transversales de GvSIG permettent de s'affranchir de ces différences et de ces habitudes pour échanger facilement à la fois les données et les compétences.
  • Le deuxième axe d'utilisation concerne les étudiants et notamment les doctorants pour qui l'accès à un logiciel SIG propriétaire est souvent problématique pour des questions de coût (encore !) et pour des questions de formation (souvent lourde). La gratuité de GvSIG résout de fait le premier problème. Son interface facile d'accès et ses fonctionnalités assez développées permettent de régler sans investissement en temps trop lourd la seconde question.
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
  • A l'exception de quelques exemples d'instabilité sur certaines machines aucun problème majeur dans la version 1.1.
  • Pas de requêtes spatiales disponibles dans GVSIG.
  • Pas de fonctionnalité de traitement spatial avancée ni de fonctionnalité de traitement de donnée type MNT (Modèle numériques de terrain). Pas de visualisations 3D.
  • La documentation officielle est livrée soit en anglais soit en espagnol (pas de français). Il existe cependant des tutoriels en français). On note que la communauté qui entoure ce logiciel est très active et s'internationalise.
  • Les outils de modélisation avancées sont limités (traitement des images ou des rasters).
Environnement du logiciel
Plates-formes

Toutes les plates-formes sont supportées : MacOS X, Windows ( 2000 - XP - Vista), Linux.

Logiciels connexes

D'autres logiciels open source plus pointus sur les questions d'analyse spatiale ou de traitement de données peuvent venir compléter efficacement GvSIG :

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Cette application est produite et maintenue, sur la base de crédits européens, par le conseil des infrastructures et des transports de la communauté de Valencia (Espagne). La communauté de Valencia correspond à l'échelon régional français à la différence près que les régions espagnoles bénéficient d'une beaucoup plus grande autonomie vis à vis de l'état.

Eléments de pérennité
  • Ce projet possède d'autant plus de chances de succès qu'il est soutenu par une volonté politique forte de la communauté de Valencia qui utilise cet outil au sein de ses services.
  • Le rattachement de GvSIG à cette institution Espagnole, permet de favoriser des développements continus.
  • Une communauté d’utilisateurs internationale se développe autour du produit permettant de cumuler les expériences (cf. site http://www.gvsig.org/web/).
  • Sa diffusion en progression et son utilisation comme outil pédagogique (université de Paris, université de Paris X, Université de La Rochelle) dans de plus en plus d'établissements laissent envisager un potentiel utilisateurs important particulièrement dans un proche avenir.
  • Depuis 2004, la communauté s'est structurée de manière très active autour de l'évolution du logiciel et de ses extensions.
Références d'utilisateurs institutionnels

A notre connaissance et dans notre environnement :

  • Communauté de Valencia
  • UMR 7041 ArScAn
  • UMR 8506 LAMOP
  • UMR 6250 LIENS
  • Ecole Nationale d'Architecture de Versailles
  • UMR ESO 6590
  • UMR 5145 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Syndiquer le contenu