UNIX-like

Logiciels (logiciels libres en majorité) qui fonctionnent sur des systèmes dérivés d'Unix (Linux...) ou ressources (liées aux logiciels) spécifiquement pour ces systèmes
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 06/03/10
  • Correction mineure : 02/03/13
Mots-clés
Pour aller plus loin

ProFTPD : serveur FTP

Description
Fonctionnalités générales
  • ProFTPD est un serveur « FTP » qui permet de mettre à disposition des fichiers et de les transférer (FTP : File Transfer Protocol) vers une machine "cliente" FTP.
  • Comme tout autre serveur FTP, proFTPD permet de créer simplement :
    • des serveurs FTP « anonymes » (espace de transfert de fichiers pour lequel le client ne fournit pas d’authentification)
    • des serveurs de dépôt de fichiers de type « incoming » où le client peut déposer des fichiers dans un espace du serveur sans authentification et dans lequel les fichiers ne sont pas visibles pour le client FTP qui se connecte.
  • La sécurité a été un objectif de base dans le développement de ProFTPD :
    • mise en cage par chroot(), afin de confiner les utilisateurs connectés au serveur, dans un répertoire unique isolé du reste du système.
    • tourne sous un compte non privilégié, et non sous l’identité root.
    • impossibilité de lancer des commandes SITE EXEC sur le serveur, quelques directives empêchant les dénis de service.
    • administration et syntaxe des fichiers de configuration logique et aisée : proFTPD ne cache pas ses références à la syntaxe des fichiers de configuration des serveurs web Apache duquel il a pris le système de balises pour désigner des répertoires à administrer.
Autres fonctionnalités
  • Selon la charge des connexions induites, proFTPd peut être lancé soit en tant que daemon autonome, soit via le super daemon inetd.
  • La configuration d’un serveur ProFTPD se fait en désignant des répertoires avec des balises ... et des fichiers .ftpaccess (selon les mêmes concepts que les .htaccess d’un serveur www Apache).
  • Il permet également de créer des serveurs FTP « virtuels » i.e. même machine physique mais qui répond sur des noms IP différents (comme les VirtualHosts de apache) avec des balises ... .
  • Son architecture est modulaire, ce qui autorise des extensions pour le support de différentes fonctionnalités comme la cryptographie SSL/TLS et l'extension de l'authentification via des bases RADIUS, LDAP ou SQL. proFTPD supporte différentes sources d’authentification des clients connectés dont PAM, LDAP, RADIUS, MySQL.
  • Il permet le chiffrement des transferts (grâce à SSL/TLS).
  • Support de IPv6.
Interopérabilité
  • modules d’authentification sur divers systèmes tels que les annuaires ldap, des serveurs freeradius, des bases sql.
  • compatible ipV6.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Dans mon laboratoire :

  • Serveur de dépôt de fichiers FTP de type "anonyme"
  • Serveur d'échange de fichiers invisibles de type « /pub/incoming »
  • Serveur de dépôt et d'échange de fichiers avec authentification avec un login générique, pour des fichiers de missions scientifiques
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Mandriva, Debian

Plates-formes
  • ProFTPd tourne sur la plupart des Unix tels que AIX, BSD/OS, Cygwin, Digital Unix, HP/UX, IRIX, Linux, Mac OS X, SCO FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, Solaris, SunOS mais aussi
  • Cygwin, Win32
  • MacOS X
Logiciels connexes

Quelques clients ftp parmi les plus agréables pour se connecter à un serveur proFTPD :

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • vsftp : http://vsftpd.beasts.org/ le serveur ftp concurrent le plus sérieux de proFTPD, réputé pour être également bien sécurisé et rapide (en performance).
  • wu-ftp : http://www.wu-ftpd.org/ le serveur ftp historique qui a souffert par le passé de nombreux trous de sécurités, plus difficile à maintenir et faire évoluer et paramétrer.
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Une équipe de développeurs et des contributeurs : http://proftpd.org/goals.html

Eléments de pérennité
  • Ce serveur semble depuis plusieurs années bien suivi et maintenu. Les bugs ou failles de sécurité sont rapidement corrigés et de nouvelles fonctionnalités apparaissent régulièrement, notamment au niveau de l’interopérabilité avec d’autres systèmes (modules ldap et ipV6).
  • Le projet est récent car a commencé en 1999 sur la base d’une réécriture complète et basée sur les aspects de sécurité.
  • De nombreux miroirs répartis dans le monde : http://www.proftpd.org/download.html.
  • De nombreux contributeurs et de nombreuses listes d'entraides officielles.
  • Compatible avec l'évolution vers IPv6.
Références d'utilisateurs institutionnels

Ce serveur est utilisé par de nombreux sites institutionnels (dont notamment SourceForge) sur internet. Une liste non exhaustive est indiquée sur l’url http://www.proftpd.org/sites.html

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
  • liste d'Annonce : proftp-announce [at] lists [dot] sourceforge [dot] net
  • liste des Utilisateurs : proftp-user [at] lists [dot] sourceforge [dot] net
  • liste des Développeurs : proftp-devel [at] lists [dot] sourceforge [dot] net
  • liste pour la Documentation : proftp-docs [at] lists [dot] sourceforge [dot] net
Documentation utilisateur
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 06/03/10
  • Correction mineure : 13/02/12
Mots-clés

CUPS : système d'impression

  • Site web
  • Système : UNIX-like, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 1.4.2 stable
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : GPL, LGPL

    Une partie de CUPS « Common UNIX Printing System »TM, est fournie sous la licence GNU General Public License ("GPL"), une autre partie sous la Library General Public License ("LGPL") Version 2, à l’exception de la distribution cups pour les systèmes Apple, de la partie du code concernant openSSL et Kerberos.

Description
Fonctionnalités générales
  • CUPS est un système d’impression « open source » pour système Linux, Unix et MacOS X qui permet à un PC de se comporter comme un serveur d’impression. Un serveur CUPS prend en charge des travaux d'impression envoyés par des postes clients, les traite et les envoie à l'imprimante qui convient.
  • CUPS permet d’administrer tout type de connexion d’imprimante : sur port USB, port parallèle, ou encore connectée en réseau. L’administration se fait ensuite de la même manière, quel que soit le type de connexion de l’imprimante.
  • Après création d’une imprimante sous CUPS, une “file d’impression” ("queue" dans le jargon informatique) est créée. Cette file sert à administrer l’imprimante : enregistrer son statut (active, libre.. ) et stocker temporairement les pages à imprimer.
  • CUPS fournit des pilotes pour de nombreuses imprimantes disponibles sur le marché. Quand on imprime un document, CUPS convertit le document dans un format compatible avec l’imprimante choisie. Lorsqu’un poste client envoie une page à imprimer à une imprimante, CUPS convertit les pages provenant d’une application (un traitement de texte, une page web etc.) dans un format compréhensible par une imprimante, puis envoie ce document formaté à l’imprimante. Une tache d’impression est placée dans la file d’attente correspondant à l’imprimante. On peut ainsi administrer chaque tâche d’impression par des commandes spécifiques. CUPS gère l’enchaînement des tâches d’impression. Quand la tâche d’impression est terminée CUPS l’enlève de la file d’impression et passe à la tâche suivante.
Autres fonctionnalités
  • Interface graphique : CUPS fournit de façon basique une interface graphique pour administrer le serveur d’impression, les imprimantes et les tâches d’impression. Cette interface graphique est accessible via un navigateur Web sur le porté dédié 631. On accède à cette interface par http://nom_serveur_cups:631
  • CUPS s’interface très bien avec SAMBA ( cf fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fiche/samba ) et permet de partager et rendre accessible les imprimantes pour des postes clients sous Windows.
  • Coopération de serveur CUPS : CUPS peut être à la fois serveur ou client. Sur un réseau local les serveurs CUPS coopèrent entre eux. Par le biais de certaines directives dans le fichier de configuration « cupsd.conf », on peut exporter les imprimantes vers d’autres serveurs ou subnet, et définir la portée de l’exportation. Inversement on peut définir si un serveur CUPS importe une liste d’imprimante de la part de tel ou tel serveur. Par exemple un serveur principal maître peut être paramétré pour administrer toutes les imprimantes d’un site. Les autres serveurs CUPS paramétrés en tant que « clients » obtiennent alors la liste des imprimantes de la part du serveur maître. Lorsqu’un serveur CUPS client reçoit une tâche d’impression, il la communique alors au serveur maître.
  • On peut limiter la portée de l’exportation des imprimantes sur un réseau.
  • CUPS supporte IPv6 (dans la mesure ou le système d’exploitation hôte le supporte également).
  • Auto-SSL; CUPS supporte et détecte automatiquement les connexions chiffrées SSL TLS.
  • Découverte d’imprimante réseau : CUPS peut détecter automatiquement les imprimantes sur un réseau local en utilisant SNMP.
Interopérabilité

CUPS tourne sur toutes les distributions Linux et la plupart des Unix commerciaux ainsi que MacOS X.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Dans mon laboratoire :

  • CUPS est le système d’impression unique de tout le laboratoire. Il met à disposition une vingtaine d’imprimantes pour plusieurs centaines d’utilisateurs. Couplé à Samba, il permet de concentrer et gérer les impressions de tous les postes windows et MacOS du laboratoire sur un serveur unique. Quel que soit le poste client, toutes les impressions sont envoyées vers le serveur CUPS qui gère leur ordre de passage via une « file » d’impression.
  • S’il y a plusieurs serveurs CUPS (provenant de différents PC sous linux) sur le réseau local, les serveurs sont paramétrés de telle manière qu’il n'y ait qu'un seul serveur maître principal qui concentre et gère les impressions que lui envoient les autres serveurs « clients ». Un serveur CUPS peut en effet être paramétré pour agir en tant que client d’un serveur maître. Dans ce cas, il reçoit de la part de ce serveur maître la liste d’imprimantes que gère le serveur maître.
  • En concentrant les impressions sur un serveur unique, CUPS permet d’obtenir des statistiques d’impression imprimante par imprimante et utilisateur par utilisateur
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

CUPS ne gère pas directement les quotas d’impressions ni les statistiques d’impression. Il faut avoir recours à d’autres produits complémentaires comme :

  • pykota : http://www.pykota.com
  • Phpprintanalyser : http://phpprintanalyze.sourceforge.net/

  • Jkota : http://iremia.univ-reunion.fr/jkota/
    jKota permet le contrôle efficace de la quantité d'impressions effectuée, en bloquant les travaux d'impression des utilisateurs dont le quota est dépassé. L'utilisateur est informé en temps réel du nombre de pages qu'il a imprimées. L'administrateur du système a une vue synthétique et détaillée de l'utilisation de son parc d'imprimante.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

La plupart des distributions Linux (dont Mandriva, Redhat, CentOS, Debian) proposent des paquetages de CUPS.

Plates-formes

CUPS tourne sur toutes les distributions Linux et la plupart des Unix commerciaux ainsi que MacOS X.

Logiciels connexes
  • Très bonne interopérabilité de CUPS avec kde et mandriva qui proposent des interfaces graphiques spécifiques comme kdeprint ou kups pour administrer le serveur cups et les imprimantes.
  • PyKota est un système complet, centralisé et internationalisé, de quotas d'impression pour CUPS et LPRng.
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Autre système d’impression : LPRng: http://www.lprng.com/

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

CUPS est développé par la société « Easy Software Products » : http://www.easysw.com/about.php

Eléments de pérennité
  • Code source ouvert, développé par une société commerciale. CUPS s’impose peu à peu comme le standard d’impression sous Unix. MacOS X l’a adopté nativement.
  • CUPS fournit un DDK « Driver Development Kit » développé sous licence GPL pour permettre de développer des drivers d’imprimantes.
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Un grand nombre de listes sont disponibles sur http://lists.easysw.com/mailman/listinfo :

  • Annonce : cups-announce [at] easysw [dot] com
  • Utilisation : cups [at] easysw [dot] com
  • Développeurs : cups-dev [at] easysw [dot] com
Documentation utilisateur
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 16/04/10
  • Correction mineure : 19/04/10
  • Rédacteur de la fiche : Thierry Dumont - Institut Camille Jordan (Université Lyon 1, CNRS, INSA Lyon, Ecole Centrale Lyon)
  • Relecteur(s) : Violaine Louvet (Institut Camille Jordan)
  • Responsable thématique : Loïc Gouarin (Laboratoire de Mathématiques Orsay)
Mots-clés
Pour aller plus loin

Blitz++ : bibliothèque de tableaux et vecteurs en C++

Description
Fonctionnalités générales

Bibliothèque générique de tableaux et vecteurs en C++.

Autres fonctionnalités
  • Blitz++, en utilisant la technique des « Expression Templates » permet la compilation optimale et sans copie d'expression comportant des opérateurs arithmétiques entre tableaux. Elle permet aussi une syntaxe proche de Fortran 95 pour la manipulation de tableaux et de sous tableaux.
  • La performance est un souci permanent des développeurs dans le but de détrôner le monopole du fortran en matière de manipulation de tableaux.
Interopérabilité

Blitz++ définit des tableaux indexés « à la Fortran » (colonnes avant lignes, indices supérieurs ou égaux à 1).

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisée par moi même pour tous mes dévelopements (méthodes numériques pour la résolution d'équations aux dérivées partielles entre autres).

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Blitz++ n'est pas une bibliothèque d'algèbre linéaire. Elle incorpore une classe de matrices, non documentée.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Distributions debian-like (et probablement d'autres distributions Linux). A noter que sous Ubuntu, le package est disponible sous certaines versions, mais pas sous d'autres !
Fait partie du package Python Scipy et de l'environnement de mathématiques effectives et calcul formel Sage : http://www.projet-plume.org/fr/fiche/sage .

Plates-formes

Linux (avec gcc > 2.9), MacOsX, Windows (avec les bons compilateurs, dont la liste est donnée dans la documentation de blitz++).

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Communauté OONUMERICS, développée par T. Veldhuizen; voir le site http://www.oonumerics.org/.

Eléments de pérennité

Première version en 1998. La bibliothèque n'évolue plus, si ce n'est pour tenir compte des paticularités des différents compilateurs et de très éventuels bugs. Fiabilité excellente.

Références d'utilisateurs institutionnels

Projets Python Numpy, Scipy, Weave.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Listes de diffusion :

Documentation utilisateur

Disponible sur http://www.oonumerics.org/blitz/docs/ aux formats html (en ligne), pdf et postscript -en anglais-.
De nombreux exemples facilitant la prise en main : http://www.oonumerics.org/blitz/examples/

Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • L'installation et le fonctionnement correct de Blitz++ reposent sur la qualité du compilateur C++. Pour gcc, les versions supérieures à 2.95 conviennent. Pour les autres compilateurs, voir http://www.oonumerics.org/blitz/platforms/
  • L'installation à partir du fichier tar.gz est particulièrement facile, en tout cas avec les compilateurs g++.
  • Réalisée avant tout avec des templates, l'installation de la bibliothèque crée peu de binaires. Des tests extensifs, qui peuvent aussi servir d'exemples sont livrés avec le fichier tar.gz.
  • La compilation de programmes utilisant Blitz++ est gourmande en mémoire (compilation non recommandée avec moins de 500 mega octets).
  • Voir http://osl.iu.edu/~tveldhui/papers/techniques/ pour la description des techniques utilisées (expression templates, template metaprograms. etc).
Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 29/03/11
  • Correction mineure : 29/03/11
Mots-clés
Pour aller plus loin

Vim : éditeur de texte

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 7
  • Langue(s) de l'interface : français, anglais, autres
  • Licence : Autre

    Licence compatible avec la GPL. La particularité vient du fait que l'utilisateur est invité à un faire un don à ICCF Hollande, une association caritative pour les orphelins en Ouganda.

Description
Fonctionnalités générales

VIM est un éditeur de texte. Son fonctionnement se base sur la notion de mode (mode insertion, mode commande, mode visuel, etc.), ce qui le rend très différent des autres éditeurs. Il reconnaît un nombre considérable de types de fichiers texte, sur lequel il peut appliquer une coloration syntaxique. Il possède un nombre impressionnant de fonctionnalités toutes extrêmement bien documentées. Il s'utilise dans un terminal ou dans une interface graphique et sert aussi bien à configurer des fichiers système qu'à développer des programmes dans divers langages.

Autres fonctionnalités

VIM possède un langage de script, ce qui le rend extensible. Par ailleurs, il existe un annuaire de scripts prêts à l'emploi, ce qui permet d'ajouter très simplement de nouvelles fonctionnalités.
Parmi les fonctionnalités, on peut citer :

  • multi-fenêtrage, multi-fichiers
  • comparaison visuelle de 2 fichiers
  • coloration syntaxique
  • replis de portion de texte
  • recherche et substitution de texte par expressions régulières
  • possibilité de définir des abréviations
  • système de plugins
  • fonction défaire/refaire multi-niveau
  • correction orthographique
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation quotidienne, principalement pour du développement informatique. Une fois sa logique d'utilisation acquise, VIM permet d'être plus rapide (donc plus efficace) qu'avec d'autres éditeurs de texte.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Etant très différent des autres éditeurs de textes, VIM peut a priori rebuter.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Presque toutes les distributions GNU/Linux l'intègrent en standard.

Plates-formes

AmigaOS, Atari MiNT, BeOS, MS-DOS, Mac OS, NeXTSTEP, OS/2, OSF, RiscOS, SGI, UNIX, VMS, Windows, BSD, GNU/Linux

Logiciels connexes

vi

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • emacs (libre)
  • ultraedit (commercial)
  • eclipse (libre)
  • nano (libre)
  • jEdit (libre)
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Un développeur principal, son concepteur Bram Moolenaar et plus d'une cinquantaine de contributeurs officiels et de très nombreux anonymes.

Eléments de pérennité

VIM a été créé en 1988 et il est le successeur officiel de VI. C'est un logiciel mature qui avec le temps a accumulé de très nombreux utilisateurs.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Pas de forum officiel. Le support se fait presque exclusivement au travers des différentes listes de discussion (l'une est en français) : http://www.vim.org/maillist.php

Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Il est intéressant de parcourir la liste des scripts d'extension ; on trouve souvent des fonctionnalités qui simplifient la vie : http://www.vim.org/scripts/script_search_results.p...

Contributions

On peut déposer sur le site officiel des scripts d'extension ou participer à son développement via la plateforme SourceForge.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 23/12/09
  • Correction mineure : 11/03/13
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Fiches logiciel PLUME connexes : NfSen

Wireshark : capture et analyse de paquets réseau (analyseur de protocoles)

Description
Fonctionnalités générales

Wireshark est un outil de capture et d'analyse de paquets réseau, en-ligne et hors-ligne :

  • Il supporte plusieurs centaines de protocoles et permet un filtrage avancé des données, lors de la capture et aussi lors de l'analyse.
  • Les données capturées sont navigables via une interface graphique ou en mode texte.
  • Compatible avec les formats de capture d'autres outils comparables (e.g. tcpdump).
  • Décryption de nombreux protocoles (e.g. IPSec, Kerberos, WPA).
  • Exportation des données en XML, Postscript, CSV ou texte brut.
Autres fonctionnalités
  • Wireshark est :

    • Multi-plateformes
    • Multi-protocoles
    • Très souple et simple d'utilisation
  • Ceci en fait un outil très générique pour tout ce qui concerne l'administration réseau.
Interopérabilité
  • Compatible avec les données de capture provenant de nombreux autres outils similaires.
  • Permet l'exportation au format XML, CSV ou encore texte brut.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • Wireshark est utilisé pour diagnostiquer les problèmes de fonctionnement liés au réseau :

    • Protocoles/ports requis par les applications
    • Filtrage restrictif entre vlans
  • Son aspect multi-plateformes avec analyse en temps réel permet de monter très facilement des tests pour diagnostiquer les problèmes rencontrés.
Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Debian / Debian GNU/Linux
FreeBSD Foundation / FreeBSD
Gentoo Foundation / Gentoo Linux
Mandriva / Mandriva Linux
NetBSD Foundation / NetBSD
OpenPKG / OpenPKG Project
Red Hat / Fedora Core 5
Red Hat / Red Hat Enterprise Linux
rPath / rPath Linux

Plates-formes

Apple / Mac OS X
Debian / Debian GNU/Linux
FreeBSD Foundation / FreeBSD
Gentoo Foundation / Gentoo Linux
HP / HP-UX
Mandriva / Mandriva Linux
Microsoft / Windows 2000/XP/2003/Vista
NetBSD Foundation / NetBSD
OpenPKG / OpenPKG Project
Red Hat / Fedora Core 5
Red Hat / Red Hat Enterprise Linux
rPath / rPath Linux
Sun Microsystems / Solaris

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement
  • Développement initié par Gerald Combs.
  • Projet Open-Source avec plus de 500 contributeurs répertoriés.
Eléments de pérennité

Information lue sur le site de Wireshark ( http://www.wireshark.org/news/20080331.html ) :

Wireshark 1.0 Released
Mar 31, 2008

I'm proud to announce the release of Wireshark 1.0. This is the culmination of nearly ten years of hard work by a team of brilliant and talented developers. It is an honor to be able to work with these people.
On behalf of the development team, I would like to thank Wireshark's user community for all of your enthusiasm and support over the years. Wireshark development will continue, and we have lots of great features to offer in the coming years.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Un exemple de filtre de capture (réduit sélectivement le nombre de paquets capturés) :

not icmp and not port 80 and host 192.168.0.1

Un exemple de filtre d'analyse (réduit le nombre de paquets capturés effectivement affichés par wireshark) :

tcp.dstport != 389 && tcp.srcport != 389

Un exemple de quelques paquets capturés, exportés au format texte plat :

No. Time Source Destination Protocol Info
1 0.000000 192.168.28.101 192.168.33.200 NBSS NBSS Continuation Message

Frame 1 (55 bytes on wire, 55 bytes captured)
Ethernet II, Src: DellComp_e9:79:6d (00:b0:d0:e9:79:6d), Dst: Cisco_af:54:80 (00:0e:39:af:54:80)
Internet Protocol, Src: 192.168.28.101 (192.168.28.101), Dst: 192.168.33.200 (192.168.33.200)
Transmission Control Protocol, Src Port: microsoft-ds (445), Dst Port: 2384 (2384), Seq: 0, Ack: 0, Len: 1
NetBIOS Session Service

No. Time Source Destination Protocol Info
2 0.000167 192.168.33.200 192.168.28.101 TCP 2384 > microsoft-ds [ACK] Seq=0 Ack=1 Win=16416 Len=0

Frame 2 (60 bytes on wire, 60 bytes captured)
Ethernet II, Src: Cisco_af:54:80 (00:0e:39:af:54:80), Dst: DellComp_e9:79:6d (00:b0:d0:e9:79:6d)
Internet Protocol, Src: 192.168.33.200 (192.168.33.200), Dst: 192.168.28.101 (192.168.28.101)
Transmission Control Protocol, Src Port: 2384 (2384), Dst Port: microsoft-ds (445), Seq: 0, Ack: 1, Len: 0

No. Time Source Destination Protocol Info
3 50.147719 192.168.33.200 192.168.28.101 CLDAP searchRequest(1623) "" baseObject

Frame 3 (165 bytes on wire, 165 bytes captured)
Ethernet II, Src: Cisco_af:54:80 (00:0e:39:af:54:80), Dst: DellComp_e9:79:6d (00:b0:d0:e9:79:6d)
Internet Protocol, Src: 192.168.33.200 (192.168.33.200), Dst: 192.168.28.101 (192.168.28.101)
User Datagram Protocol, Src Port: 4141 (4141), Dst Port: ldap (389)
Connectionless Lightweight Directory Access Protocol

No. Time Source Destination Protocol Info
4 50.148035 192.168.28.101 192.168.33.200 CLDAP searchResEntry(1623)

Frame 4 (212 bytes on wire, 212 bytes captured)
Ethernet II, Src: DellComp_e9:79:6d (00:b0:d0:e9:79:6d), Dst: Cisco_af:54:80 (00:0e:39:af:54:80)
Internet Protocol, Src: 192.168.28.101 (192.168.28.101), Dst: 192.168.33.200 (192.168.33.200)
User Datagram Protocol, Src Port: ldap (389), Dst Port: 4141 (4141)
Connectionless Lightweight Directory Access Protocol

No. Time Source Destination Protocol Info
5 50.250434 192.168.33.200 192.168.28.101 KRB5 TGS-REQ

Frame 5 (1307 bytes on wire, 1307 bytes captured)
Ethernet II, Src: Cisco_af:54:80 (00:0e:39:af:54:80), Dst: DellComp_e9:79:6d (00:b0:d0:e9:79:6d)
Internet Protocol, Src: 192.168.33.200 (192.168.33.200), Dst: 192.168.28.101 (192.168.28.101)
User Datagram Protocol, Src Port: 4142 (4142), Dst Port: kerberos (88)
Kerberos TGS-REQ

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 14/02/12
  • Correction mineure : 14/02/12
  • Rédacteur de la fiche : Raphaël Tournoy - Institut des Sciences de l'Homme (CNRS, ENS Lyon, Université Lumière Lyon 2)
  • Relecteur(s) : Pierre-Yves Gosset (UREC puis Framasoft)
  • Contributions importantes : Fiche initialement rédigée par Pierre-Yves Gosset (CNRS/UREC lors de la rédaction)
    Fiche reprise par Lucas Morlot (SIGA EHESS)
    Fiche reprise par Raphael Tournoy
  • Responsable thématique : Véronique Baudin (LAAS)
Mots-clés

MediaWiki : wiki (gestionnaire de site web collaboratif)

Description
Fonctionnalités générales

MediaWiki est une application permettant de créer un wiki, adapté à la rédaction collaborative de pages web.

Ses principales fonctionnalités sont :

  • rédaction avec la syntaxe Wikitext, par défaut quelques balises HTML sont autorisées
  • la gestion des révisions
  • des capacités de gestion de montée en charge importante (scalabilité), tant en terme de visites, de pages ou de nombre de contributeurs
  • possibilité d'assigner des catégories ou espaces de noms
  • des centaines d'extensions permettent d'étendre ses fonctionnalités de base (interfaçage LDAP, export PDF, etc)
  • gestion de modèles de pages ou de contenus
  • internationalisation très travaillée (multi-langage) et support de l'UTF-8
  • moteur de recherche
Autres fonctionnalités
  • gestion automatique des tables des matières et de leur numérotation
  • gestion d'utilisateurs ou de groupes d'utilisateurs
  • gestion des conflits d'édition (la même page éditée en même temps par plusieurs utilisateurs)
  • statistiques, gestion des pages orphelines
  • pages de discussions associées à chaque article
  • suivi des modifications par envoi de courriel ou flux RSS
  • gestion d'une large variété de fichiers multimédias avec un historique des chargements
  • formules mathématiques avec LaTeX ou HTML
  • transforme les ISBN en lien vers une page d'ouvrages de référence (e. g. ISBN 2-7011-2826-9)
  • redimensionnement automatique des images

Liste des fonctionnalités sur le site de MediaWiki

Interopérabilité

En standard, possibilité d'importer et d'exporter des pages au format XML, voir la documentation sur les exports.
D'autres formats existent pour le contenu des pages à condition d'ajouter l'extension nécessaire.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Installation et utilisation de l'application dans un contexte projet, permettant de rédiger des documents de façon collaborative.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Une erreur courante est de penser que MediaWiki est nécessairement le « bon » wiki car il s'agit du moteur de Wikipedia et qu'il est connu par beaucoup d'utilisateurs.

Dans les faits, si son installation est simple, sa configuration n'est pas aussi souple que celle d'autres wikis. Aussi, à moins d'avoir besoin d'une extension particulière, d'anticiper une forte charge, ou d'avoir un groupe d'utilisateurs déjà habitués au logiciel, MediaWiki n'est pas adapté à tous les usages.

Ainsi, par défaut, MediaWiki ne permet pas de supprimer des utilisateurs, bannir un utilisateur l'empêche de modifier le site mais pas d'y accéder en lecture. La solution la moins périlleuse semble de modifier le champ qui contient le mot de passe de l'utilisateur dans la base de données.

D'après la documentation, le logiciel a été créé pour deux usages basiques :

  • Les anonymes peuvent voir toutes les pages du wiki, sauf quelques pages spéciales (wiki public)
  • Les anonymes peuvent voir uniquement la page de connexion, ils ne peuvent pas modifier le wiki (wiki privé)

On peut facilement ajouter des variantes comme n'autoriser les modifications que pour les utilisateurs connectés sur un wiki public ou n'autoriser qu'un groupe d'utilisateurs à modifier le wiki. Cependant MediaWiki n'a pas été créé pour permettre des restrictions d'accès complexes par page. Il existe des extensions pour essayer de répondre à ce besoin, mais elles ne sont pas toujours à jour et pas forcément disponibles pour la dernière version.

Pour plus d'information consulter :

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Debian, Fedora, Ubuntu et probablement d'autres distributions mais il est aussi simple d'installer le logiciel en le téléchargeant depuis son site web, et au moins on est sûr que le logiciel est à jour. Une autre solution est de l'installer via SVN

Plates-formes
  • Système d'exploitation : GNU/Linux, Windows, OS X
  • Serveur web : Apache, IIS
  • Langage : PHP 5.2 et suivants
  • Base de données : MySQL (4.0 et suivants) ou PostgreSQL (8.1 ou suivants)
Logiciels connexes

Quelques exemples d'extensions de MediaWiki :

Liste d'extensions permettant de protéger l'accès aux pages

Liste des extensions

Toutes ces extensions ne sont pas toujours compatibles avec la dernière version de MediaWiki et requièrent parfois l'installation de composants logiciels complémentaires.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Voir les fiches connexes à celle-ci et les fiches PLUME avec le mot clé Wiki

Pour beaucoup d'autres exemples, consulter également la fiche ressource : Comparateur de wikis

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Communauté, encadrée par la fondation Wikimedia

Eléments de pérennité

MediaWiki est l'application sur laquelle repose Wikipedia, l'un des 10 sites les plus visités au monde.

Références d'utilisateurs institutionnels

MediaWiki est une application largement installée et utilisée :

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur

Licence de la documentation : CC-BY-SA, GFDL, ou domaine public. La documentation en anglais est la version de référence - en général la plus à jour.

Divers (astuces, actualités, sécurité)

La configuration se fait essentiellement dans un fichier nommé LocalSettings.php

Un certains nombre de manipulations peuvent être faites en ligne de commande, par exemple les mises à jours ou les exports.

Il est conseillé de s'abonner à la liste mediawiki-announce pour être informé des mises à jour de sécurité et des nouvelles versions.

Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 06/01/12
  • Correction mineure : 06/01/12
  • Rédacteur de la fiche : Nicolas M. Thiéry - Laboratoire de Mathématiques d'Orsay (Université Paris-Sud, CNRS)
  • Relecteur(s) : Geneviève Romier (UREC) (UREC)
  • Contributions importantes : Teresa Gomez-Diaz a contribué à la rédaction et Frédéric Chapoton a fait une relecture offline
  • Responsable thématique : Teresa Gomez-Diaz (LIGM)
Mots-clés
Pour aller plus loin

MuPAD-Combinat : bibliothèque de combinatoire algébrique pour le système MuPAD

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 1.3.2
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : LGPL

    MuPAD-Combinat est libre et gratuit mais dépend du système de calcul formel MuPAD qui n'est ni libre ni gratuit (de fait, il n'est maintenant disponible que comme boîte à outil «Symbolic Toolbox» de Matlab).

  • Origine du développement : ICJ, Labo Maths Orsay, LIGM, LIPN, LITIS
Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : MuPAD-Combinat
Description
Fonctionnalités générales
  • Fournir aux chercheurs en combinatoire algébrique et énumérative une boite à outils extensible pour l'exploration informatique
  • Fédérer la production logicielle dans ce domaine en mutualisant les efforts de développement des chercheurs impliqués, via le logiciel libre
  • Valoriser les résultats effectifs de la recherche
  • Enseigner la combinatoire

Note : Ce logiciel est toujours utilisé mais son développement est arrêté ; le projet a en effet migré vers la plate-forme complètement libre Sage : voir la fiche de Sage-Combinat.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

L'équipe de combinatoire algébrique et calcul symbolique de l'Institut Gaspard-Monge à l'université de Marne-la-vallée l'utilise quotidiennement comme outil d'exploration pour ses recherches.
MuPAD-Combinat, et maintenant Sage-Combinat, constitue le logiciel de recherche de plusieurs projets, dont :

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

MuPAD ( http://www.mupad.com/ ) qui est un produit propriétaire sous licence commerciale.

Plates-formes
  • Toutes (écrit principalement en langage interprété)
  • Dépendance envers le système de calcul formel MuPAD (sous licence commerciale)
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Les pilotes du projet sont Nicolas M. Thiéry et Florent Hivert ; les laboratoires de recherche impliqués sont :

  • Institut Camille Jordan (UMR 5208)
  • Laboratoire de Mathématiques d’Orsay (UMR 8628)
  • Laboratoire d'Informatique Gaspard-Monge (UMR 8049)
  • Laboratoire d'Informatique, de Traitement de l'Information et des Systèmes (EA 3703)
  • Laboratoire d'Informatique de Paris Nord (UMR 7030)
  • Laboratoire de Llenguatges i Sistemes Informátics (Universitat Politècnica de Catalunya)
  • Department of Mathematics (University of California Davis)
Eléments de pérennité

(Pour le projet en général, indépendemment de la plateforme MuPAD) :
- Développé par de nombreux chercheurs permanents d’institutions indépendantes pour leurs besoins propres.
Note : Ce logiciel est toujours utilisé mais son développement est arrêté ; le projet a en effet migré vers la plate-forme complètement libre Sage : voir la fiche de Sage-Combinat.

Références d'utilisateurs institutionnels
  • Laboratoire de Mathématiques d’Orsay (UMR 8628)
  • Laboratoire d'Informatique Gaspard-Monge (UMR 8049)
  • Laboratoire d'Informatique, de Traitement de l'Information et des Systèmes (EA 3703)
  • Laboratoire d'Informatique de Paris Nord (UMR 7030)
  • Laboratoire de Llenguatges i Sistemes Informátics (Universitat Politècnica de Catalunya)
  • Department of Mathematics (University of California Davis)
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 27/04/09
  • Correction mineure : 07/11/12
Fiche archivée
Cette fiche a été mise à jour par son auteur (Olivier Franco) pour la dernière fois en avril 2009. Durant le 1er trimestre 2010 nous avons essayé de joindre Olivier de nombreuses fois pour une mise à jour : pas de réponse. Or toute fiche PLUME doit être mise à jour régulièrement : cette fiche est donc déclarée archivée. Si vous utilisez Filex et voulez 'reprendre' cette fiche c'est à dire la mettre à jour, contactez : plume@services.cnrs.fr
Mots-clés
Pour aller plus loin

Filex : système de transfert de fichier par interface web

Cette fiche n'est plus à jour. Elle a été archivée pour la raison exposée ci-contre.
Description
Fonctionnalités générales
  • Service web qui permet de transférer des fichiers volumineux, qui ne peuvent pas l'être par messagerie.
  • Une fois authentifié sur le serveur, l'émetteur dépose le fichier à transmettre, une URL spécifique lui est communiquée par message électronique ; il ne lui reste plus qu'à la faire suivre aux destinataires. Une aide en ligne accompagne l'émetteur tout au long du processus.
Autres fonctionnalités
  • Statistiques des téléchargements
  • Notification de téléchargement
  • Quotas (taille max. d'un fichier + volume max. utilisé) par groupe/utilisateur (règles ldap ou regexp sur attributs)
  • Protection d'accès au document par mot de passe en option
  • Contrôle de la durée de disponibilité du document
  • Authentification ldap ou CAS
Interopérabilité

Possibilité de remontée d'information dans le portail E-SUP via le webproxy

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • Utilisé quotidiennement par tous les membres (enseignants, étudiants, personnels soit environ 7 000 personnes) de l'INSA de LYON. Mis en production depuis le 10 septembre 2005.
  • Statistiques du 25 avril 2006 au 08 novembre 2007
    • 5824 utilisateurs différents
    • nombre de fichiers déposés : 85 550
    • taille totale des fichiers déposés : environ 2To
    • taille moyenne des fichiers déposés : 24Mo
    • nombre de téléchargements : 467 270
    • taille totale des téléchargements : environ 19 To
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Requiert un annuaire ldap

Environnement du logiciel
Plates-formes
  • Pour le serveur : Linux avec apache (1.x/2.x) + mod_perl + mysql avec InnoDB + ldap (utilisateurs et groupes)
  • Pour le client : navigateur quelconque. Attention pour déposer un fichier avec Firefox en HTTPS, il y a un dysfonctionnement avec les premières versions 2 de Firefox, qui est résolu à partir de la 2.0.0.6.
Logiciels connexes

perl et diverses librairies perl, apache, mysql

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Une personne seule (le rédacteur de cette fiche) en charge du développement du logiciel.

Références d'utilisateurs institutionnels

Utilisateurs institutionnels non recensés mais nombreuses questions au sujet de FileX dans la liste suplibre. Par exemple, l'INRA et l'université de St-Etienne l'utilisent en production.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Bonne connaissance de perl (CPAN)
  • Préférer un apache + mod_perl compilé en statique
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 14/02/11
  • Correction mineure : 14/02/11
Mots-clés
Pour aller plus loin

Evolution : client de messagerie, agenda, carnet d'adresses, gestion de tâches

Description
Fonctionnalités générales

Logiciel de messagerie intégrant les fonctionnalités d'agenda, de carnet d'adresses, de liste de tâches et de notes...

Autres fonctionnalités
  • Support d'agendas locaux, Web, Google, CalDav avec la possibilité de publier (via un serveur Web) tout ou partie de son agenda.
  • Synchronisation d'agenda Palm/Pilot via gnome-pilot.
  • Synchronisation SyncML via syncevolution.
  • Correction orthographique,
  • Carnets d'adresses locaux, LDAP ou Google.
  • Fonctions de recherche et de filtrage du courrier, filtrage du courrier indésirable via SpamAssassin.
    Notion de dossier de recherche regroupant des messages répondant à certains critères de recherche (origine, destination, sujet...).
  • Support des certificats X509 et du chiffrement/signature PGP.
  • Intégration avec d'autres outils Gnome (beagle, gnome-pilot, Pidgin...).
  • Aspect collecticiel : organisation de réunions (entre utilisateurs de logiciels compatibles); envoi de propositions de réunions, et aide à la gestion des réponses.
Interopérabilité

Utilise des formats et protocoles standards et possède des fonctions d'import-export :

  • Protocoles de lecture du courrier : IMAP, POP en clair, chiffrement TLS ou SSL.
  • Boîtes aux lettres format mbox, maildir ou MH.
  • Envoi du courrier SMTP (clair, SSL, TLS) avec ou sans authentification (mot de passe clair, NTLM/SPA, GSSAPI, DIGEST-MD5, CRAM/MD5, connexion POP avant SMTP) ou sendmail (agent de transport local).
  • Carnet d'adresses : importation/exportation Vcard, LDAP, Google
  • Agenda format Icalendar, Webcal, Google.
  • Compatibilité GroupWise et MS-Exchange via un greffon.
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation quotidienne par l'auteur de la fiche. Ce logiciel est intéressant par la richesse de ses fonctionalités et sa bonne intégration dans l'environnement Gnome.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

L'authentification par certificats X509 pour l'envoi de courrier sur les serveurs SMTP/SSL n'est pas supportée....

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Evolution est intégré dans le projet Gnome, et devrait donc être disponible sous toutes les distributions Linux incluant Gnome (Fedora, Ubuntu, ...).

Plates-formes

Linux

Logiciels connexes

gnome-pilot pour la liaison avec les PDA Palms, syncevolution pour la synchronisation syncML

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement
  • Evolution a été développé par Ximian, société reprise par Novell, qui continue de supporter le produit et de contribuer à son développement.
  • Evolution fait partie du projet Gnome, et est également supporté par les principales distribution Linux. Développement communautaire.
Eléments de pérennité

Développement communautaire, support des distributions, y compris commerciales (Suse, RedHat/Fedora, Ubuntu...). Evolution est un projet de la communauté Gnome.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur

Aide en ligne intégrée au logiciel, site du projet (anglais)
http://www.gnome.org/projects/evolution/documentat...

Contributions
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 12/10/10
  • Correction mineure : 12/10/10
Mots-clés
Pour aller plus loin

Lyx : éditeur LaTeX

Description
Fonctionnalités générales

Traitement de textes structurés avec une interface graphique fonctionnant en mode WYSIWYM ( http://fr.wikipedia.org/wiki/WYSIWYM ) : l'interface présente à l'écran une vue du texte formaté conformément aux spécifications de l'auteur du texte, sans chercher à reproduire la présentation finale à l'impression. Le logiciel est bien adapté à la production de textes scientifiques ou techniques, avec une présentation standard de bonne qualité, mais il n'autorise pas la souplesse de présentation des logiciels de traitement de textes tels que MS Word ou OpenOffice Writer (cf fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fiche/openoffice-org ).
LyX utilise son propre format de stockage de documents, mais il utilise LaTeX pour l'impression, et peut exporter des documents au format LaTeX ( cf fiche PLUME http://www.projet-plume.org/fr/fiche/latex ) : on peut donc aussi le voir comme une interface graphique au dessus de LaTeX.

Autres fonctionnalités
  • Différents modèles de documents sont disponibles, et utilisables en fonction des classes LaTeX installées.
  • Visualisation du résultat final.
  • Insertion de figures en PostScript, PDF, Jpeg, PNG, SVG, Gif, et tout format pour lequel un convertisseur peut être fourni.
  • Support des flottants (tableaux, figures).
  • Support des formules mathématiques, tableaux, références, étiquettes.
  • Support des références bibliographiques. Interface possible avec des logiciels de gestion de bibliographie (exemple : pybliographer, gbib...).
  • Insertion de code LaTeX.
  • Notes en bas de page, notes en marges.
  • Navigation par table des matières, figures ou tableaux.
  • Suivi des modifications.
  • Correction orthographique et dictionnaire des synonymes, en fonction des logiciels et dictionnaires disponibles.
  • Plusieurs styles d'annotation du document, apparaissant ou non à l'impression.
  • LyX utilise la bibliothèque Qt, mais n'est pas pour autant un logiciel KDE, et ne dépend pas d'autres librairies liées à KDE.
Interopérabilité
  • Importation de LaTeX et de texte brut. Importation de MS Word, plutôt limitée, et pas infaillible.
  • Exportation de LaTeX, texte brut, DVI, PDF, PostScript.
  • Références bibliographiques : BibTeX, pybliographer, gbib, ...
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation courante pour la production de textes scientifiques (rapports, notes de travail, publications). LyX peut être considéré comme une interface conviviale au dessus de LaTeX, et il est à ma connaissance le premier logiciel de ce type sous Linux, et le plus abouti.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Il reste nécessaire de lire la documentation... :-)

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Des paquetages sont disponibles pour diverses distributions Linux, dont Debian, Mandriva, Ubuntu et Fedora : consulter les sites ftp de votre distribution...

Plates-formes

Linux, Windows, Mac

Logiciels connexes

LaTeX

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

TeXMacs : libre, http://www.texmacs.org/

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Développement coopératif.

Eléments de pérennité

LyX est un logiciel stable, qui connaît peu d'évolutions majeures : la version 1.4 est sortie en avril 2006, environ 3 ans après la version 1.3. La version 1.5 est sortie fin juillet 2007 et la version 1.6 en décembre 2008. Le projet LyX est bien vivant, avec plusieurs versions mineures par an.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Certaines opérations ne sont pas intuitives sous LyX : il n'est pas inutile de consulter la documentation ! Par exemple, pour insérer une figure flottante, avec une légende en dessous de la figure : créer un flottant de figure, taper « Entrée » au début de la légende, puis insérer la figure elle-même...
  • Si on doit obéir à des règles de formatage particulières, il peut être nécessaire d'intervenir au niveau du code LaTeX exporté!...
Contributions
Syndiquer le contenu