service

Service (accessible à la communauté de l'enseignement supérieur et recherche)

Les services de validation (Web) offerts par le W3C

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 26/03/10
  • Correction mineure : 30/11/10
Mots-clés

Les services de validation (Web) offerts par le W3C

Le W3C (World Wide Web Consortium) propose plusieurs outils de tests et de validation de documents en ligne (au format HTML, XHTML, RSS, RDF...). Ils sont destinés aux développeurs web et aux webmestres. Selon les outils il est possible de tester un document avec son URL, en le téléchargeant (upload), ou par copier-coller de code source.

Les outils proposés :

  • MarkUp Validator : permet de valider des documents au format HTML, XHTML, SMIL, MathML, etc.
  • CSS Validator : permet de valider les feuilles de style CSS ou les documents contenant des CSS
  • Feed Validation Service : permet de valider des flux au format RSS et ATOM.
  • Link Checker : permet de vérifier la validité des liens hypertextes d'une page web ou de tout un site.
  • W3C mobileOK Checker : permet de connaître le niveau de compatibilité d'un document web avec un terminal mobile. C'est notamment utile si l'on souhaite créer des pages web plus facilement accessibles aux téléphones mobiles.
  • Semantic Extractor : extrait des informations d'un document au format HTML en analysant le code sémantique. Cela permet par exemple de vérifier qu'avec une structure de document riche du point de vue sémantique, on peut générer facilement un sommaire ou un index d'abréviations.
  • RDF Validator : permet de valider et de visualiser des documents au format RDF. Il est notamment possible d'avoir une représentation graphique des triples.

Valider ses documents et son code permet d'assurer une meilleure interopérabilité et pérennité aux contenus mis en ligne.

Une partie de ces outils de validation est accessible dans l'extension de Firefox Web Developer.

Projet de forge Ens Sup Recherche - le périmètre restant à définir

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 03/02/10
  • Correction mineure : 30/07/13
Fiche archivée
Fiche archivée en accord avec son auteur, le contexte autour de la problématique des forges dans l'ESR ayant évolué depuis 2010.

Projet de forge Ens Sup Recherche - le périmètre restant à définir

Cette fiche n'est plus à jour. Elle a été archivée pour la raison exposée ci-contre.
  • Type de ressource : projet / groupe, service
  • Date de publication du document ou de l'événement : Fév 2010
  • Auteur(s) ou responsable(s) : Véronique Baudin (LAAS, DEVLOG et PLUME), Violaine Louvet (ICJ, Groupe calcul et PLUME), Dominique Boutigny (CCIN2P3), Jean-Luc Archimbaud (UREC et PLUME)
  • Contact pour plus d'informations : vero@laas.fr ou louvet@math.univ-lyon1.fr

Préambule

Ce document décrit une initiative pour lancer un projet de mise en place d'une forge pour héberger les développements des laboratoires de recherche et des universités, appelée pour l'instant Forge ESR (Enseignement Supérieur - Recherche), le périmètre précis restant à définir. D'autres documents suivront plus détaillés et concrets.

Il a été rédigé par Véronique Baudin (LAAS, DEVLOG et PLUME), Violaine Louvet (ICJ, Groupe calcul et PLUME), Dominique Boutigny (CCIN2P3), Jean-Luc Archimbaud (UREC et PLUME).

Une version PDF de ce document datée du 3/2/2010 est disponible.

Introduction

Les rédacteurs de ce document font le constat qu'une forge Ens Sup - Recherche est réclamée depuis plusieurs années via plusieurs canaux :

  • Le projet PLUME avec son projet connexe RELIER qui a démarré en 2007 permet de regrouper un ensemble de développeurs de logiciels de laboratoires ou d'universités, qu'on peut évaluer actuellement à près de 250 chercheurs ou ingénieurs. Ces personnes ont rédigé des fiches PLUME qui décrivent leurs développements dont certains sont diffusés, utilisés par d'autres sites, signes reconnaissant leur utilité et leur qualité. Les codes développés sont ainsi hébergés un peu partout : sur le site du laboratoire, sur une forge aux Etats-Unis, parfois sur une forge de leur tutelle (INRIA, INRA, ..)... Ces développeurs mentionnent régulièrement depuis le début du projet PLUME le manque d'un outil national pour héberger, gérer et diffuser leurs codes : ils revendiquent l'existence d'une forge adaptée à leur besoin de développements collaboratifs.
  • Ce besoin a été aussi exprimé par l'ensemble des personnels informaticiens du CNRS (BAP E) dans le document "Etude sur les métiers de l'informatique en appui à la recherche" . C'est une des 5 priorités citées par ce document.
  • Le groupe calcul a émis fortement ce besoin
  • Le futur réseau national DEVLOG des développeurs qui est en cours de définition auprès de la MRCT met aussi le besoin de forge comme un de ses axes de travail
  • Certains laboratoires ont mis en place leur propre forge , par exemple:
    • Laboratoire d'Informatique de Grenoble: LIGforge
    • Laboratoire d'Informatique et de Mathématiques de l'Université de la Réunion : projets LIM
    • Telecomm et Management Sud Paris (Evry): PicoForge platform
  • Un institut, l'IN2P3, vient de démarrer un service de forge en test
  • Et plus globalement de nombreux responsables du monde du logiciel en France s'étonnent qu'il n'y ait pas une forge qui regroupe les développements logiciels des laboratoires de recherche, en particulier du CNRS

Durant l'année 2009 nous (JL Archimbaud avec G Romier ou V Louvet) avons rencontré les administrateurs des forges : INRIA, SourceSup, ADULACT, OSOR (cf paragraphe forges existantes ci-dessous). Le constat est qu'aucune n'a l'ouverture ou la capacité d'héberger les développements des laboratoires de recherche de toutes les thématiques scientifiques. La forge opérationnelle dans le monde de la recherche avec des permanents dédiés, une garantie de service est celle de l'INRIA. Mais celle-ci est réservée aux projets de cet Institut.

Qu'est ce qu'une forge ?

Source: http://www.projet-plume.org/ressource/faq-forge

Une forge ou plate-forme d'hébergement de projets logiciels désigne un environnement Web constitué d'un ensemble d'outils du travail coopératif et du génie logiciel pour le développement collaboratif et distribué de logiciels.

L'objectif est d'offrir un espace d’échange permanent et de collaboration en ligne aux développeurs de logiciels, et un espace de distribution (versions publiques des logiciels développés : paquets sources, pages web) pour les utilisateurs (pour tout un chacun si la forge est publique). Une forge permet ainsi de rassembler des projets et des développeurs, mais aussi d'autres personnes travaillant sur ces projets (utilisateurs, traducteurs…).

Les outils offerts par une forge sont principalement :

  • un système de gestion des versions,
  • un gestionnaire de listes de discussion (et/ou de forums),
  • un outil de suivi des bugs,
  • un gestionnaire de documentation (souvent sur le principe du wiki),
  • un gestionnaire de tâches,
  • un gestionnaire des traductions en ligne.

La forge rassemble ces outils en un seul ensemble cohérent facilement accessible. Elle peut aussi permettre de présenter les projets grâce à des outils tels que des copies d'écrans, des listes de diffusion de nouvelles, la mise à disposition d'un hébergement ou de quelques pages descriptives (présentation du projet, licence, technologies utilisées, compatibilité…).

Les forges existantes et utilisables dans la communauté ESR

Source : http://www.projet-plume.org/ressource/faq-forge

Il existe aujourd'hui un certain nombre de forges proposant au moins une partie des services attendus. On peut identifier différents types de forges accessibles avec des règles et des contraintes propres à chacune d'entre elles. Nous citerons seulement ici quelques exemples.

Les forges généralistes (pour le domaine ESR)

en France

  • SourceSup : destinée aux établissements d'enseignement supérieur (universités, écoles d'ingénieurs, …) et aux organismes de recherche français.
  • Adullact.net : destinée aux administrations et collectivités françaises. Toute personne peut ouvrir un compte, et proposer un projet, si celui-ci présente un intérêt pour la sphère du domaine public au sens large, c'est-à-dire principalement les administrations centrales ou territoriales.

Dans ces deux cas, les logiciels développés ont vocation à être libre. Pour la forge Adullact.net, les logiciels hébergés sont des logiciels métiers en lien avec les administrations et collectivités françaises.

en Europe

  • OSOR : destinée aux administrations européennes (Open Source Observatory and Repository). OSOR.eu est une sorte de méta-forge de forges nationales en Europe, créant ainsi une fédération européenne de référentiel de logiciels open-source financés par des fonds publics.Cette forge est ouverte aux projets de logiciels libres open-source à destination des administrations publiques européennes.La forge OSOR.eu et l'ensemble de ses services sont exclusivement réservés aux échanges et collaborations sur des logiciels libres et open-source liés aux Systèmes d'Information des administrations.

à l'international

  • Sourceforge : Open source international. Cette forge accueille tout projet de développement. Elle est certainement la plus connue au niveau international. Les développements sont exclusivement OpenSource.

Les forges liées à un organisme ou une tutelle Recherche en France

  • INRIAGForge : l'objectif de InriaGForge est de fournir à toutes les personnes travaillant à l'INRIA une infrastructure pour leurs collaborations scientifiques avec les partenaires internes ou extérieurs à l'institut.
  • Mulcyber : destinée aux membres du département MIA (Mathématiques et Informatique Appliquée) de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et à leurs collaborateurs.

Dans ces deux cas, tout projet hébergé doit être ouvert par un membre de la communauté ciblée.

Les besoins et les apports

Ne sont cités ici que les besoins et apports que nous connaissons. Compte-tenu de la très grande diversité des types de développements (méthodes, outils, langages, contraintes diverses) une enquête menée auprès des développeurs de différents organismes ESR est nécessaire pour obtenir une liste quasi exhaustive des besoins mais également des attentes. Cette enquête est un des points de notre proposition dans le chapitre suivant.

Parmi ces acteurs d'une forge nous pouvons identifier trois catégories :

  • les développeurs, amenés à écrire du code, mais également des spécifications, à gérer l'avancement du projet, les différentes versions, le suivi du code, les tickets …..
  • les utilisateurs, amenés à utiliser les logiciels proposés et donc à signaler des erreurs, des manques, à effectuer des retours d'expérience, à proposer des modifications, des améliorations, ….
  • les laboratoires, les établissements, les instituts, les tutelles qui pilotent indirectement l'activité de développement

En terme de besoins et d'apports, nous pouvons dans un premier temps lister les points généraux suivant :

pour les développeurs

  • lieu d'archivage/stockage de codes logiciels
  • nécessité de disposer d'outils de gestion, de suivi de projets, de diffusion, de suivi de bugs …
  • espace de travail coopératif en particulier pour les développements logiciels (libres ou non) de projets de recherche

pour les utilisateurs

  • lieu d'échanges avec les développeurs et d'autres utilisateurs
  • source d'information permettant la réutilisation de codes: en atteignant une masse critique , une forge permettrait d'avoir une vue plus large des codes réalisés en dehors du domaine d'activité habituel du développeur
  • opportunité de se positionner comme utilisateur d'un service et non fournisseur au niveau d'un laboratoire
  • masse critique : un petit labo ne pourra pas mettre en oeuvre un service de forge
  • possibilité de profiter d'une veille technologique sur les outils/fonctionnalités fournis par la forge

pour les laboratoires/établissements/instituts/tutelles

  • outil d'observation de l'activité de développement par laboratoire, établissement, institut, tutelle, thème scientifique, …..
  • outil pour pérenniser les développements (souvent perdus quand le thésard part)
  • outil pour améliorer les méthodes et la qualité des développements

En couplant cette forge avec la plate-forme PLUME (très visible et disponible), la production logicielle des laboratoires, instituts et tutelles peut être rendue très visible facilitant ainsi la valorisation de cette production

Enfin, de façon plus large, l'association forge-projet PLUME peut constituer une vitrine dont les objectifs principaux seront d'assurer une meilleure connaissance/diffusion de la production logicielle ESR, et donc d'offrir des opportunités de coopération plus importantes.

Notre proposition

Une forge est un service “lourd” qui nécessite des moyens humains et matériels conséquents pour répondre au mieux aux attentes des utilisateurs en termes de fonctionnalités proposées et en termes de contraintes de services. Notre proposition est qu'avant de se lancer dans la mise en place d'un service de forge, il est nécessaire de :

  • Identifier les utilisateurs potentiels de cette forge, individuellement mais aussi en terme d'entités administratives : le périmètre.
  • Recueillir les besoins et les attentes de ces utilisateurs pour choisir le(s) logiciel(s) de forge à mettre en oeuvre si nécessaire et le niveau de service souhaité.
  • Contacter les responsables des forges existantes pour s'insérer dans le paysage en cohérence avec l'existant.
  • Identifier un centre de service prêt à assurer ce service et définir avec lui les moyens nécessaires.
  • Identifier les options techniques possibles en terme de produits et d'organisation, et proposer une solution. En particulier il peut être nécessaire d'avoir 2 forges : une publique (pour la distribution publique et l'autre interne (pour les projets non libres, les projets qui nécessitent de la sécurité et pour la création collaborative de documentation).

Ensuite rédiger un projet, le proposer à tous les organismes-établissements ESR potentiellement intéressés, en particulier le CNRS. Si un certain nombre est d'accord, démarrer rapidement la mise en place du service forge avec un noyau de départ (les organismes et établissements partants), mais extensible aux autres membres de l'Ens Sup – Recherche.

Premières phases

  • Mettre en place un comité de pilotage stratégique provisoire (qui sera remplacé par les représentants officiels des différentes structures impliquées, le noyau de départ, quand elles seront identifiées). Nous proposons au départ : Véronique Baudin (LAAS, DEVLOG et PLUME), Violaine Louvet (ICJ, Réseau Calcul et PLUME), Loïc Gouarin (LAGA, porteur du projet DEVLOG, Réseau Calcul et PLUME), Dominique Boutigny (CC IN2P3) et Jean-Luc Archimbaud (UREC et PLUME). Dans la phase actuelle, ce comité pilotera le projet et les contacts officiels avec les différents organismes-établissement et forges.
  • Nommer un responsable de projet. Nous proposons un binôme : Véronique Baudin et Violaine Louvet
  • Monter un comité technique, à définir par Véronique et Violaine, se focalisant sur le recueil des besoins, l'étude de l'existant et l'étude des solutions techniques dans un premier temps.

Proposition de calendrier pour 2010

  • Mi février 2010 : Constitution des comités de pilotage et technique
  • Fin février 2010 : Finalisation et mise en ligne d'une enquête sur les besoins de la communauté (à diffuser largement)
  • Fin avril 2010 :
    Bilan de l'enquête.
    Le comité technique fournit une première analyse sur les outils de déploiement de forges.
  • Juin 2010 : Le comité de pilotage provisoire et le comité technique rendent leurs recommandations.
  • Juillet 2010 : Sur la base des recommandations, sélection d'un outil à mettre en oeuvre et d'un site d'exploitation
  • Septembre 2010 : Proposition de mise en place de service forge auprès des Instituts, Etablissements... et constitution du noyau de départ.
  • Octobre 2010: mise en service pour un petit nombre d'utilisateurs d'une forge pilote
    Identifier quelques utilisateurs pour obtenir une population représentative des besoins exprimés dans l'enquête
  • Décembre 2010: retours d'expérience (analyse, avis, critiques, ......)
  • 2011 : définition et mise en place d'un service définitif

 

 

Fichier attachéTaille
Forge_ESR_Projet_02_2010.pdf102.23 Ko

Bilan 2009 et projets 2010 du projet et de la plate-forme PLUME

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 13/01/10
  • Correction mineure : 14/12/10

Bilan 2009 et projets 2010 du projet et de la plate-forme PLUME

BILAN 2009 de la plate-forme et du projet PLUME

  • Evolution de la production : en savoir plus En savoir plus

    251 nouvelles fiches pour atteindre un total de 529 (+ 90 % par rapport à 2008)

    121 anciennes fiches mises à jour par leurs rédacteurs

    19 fiches en anglais (aucune en 2008)

    168 nouveaux contributeurs (rédacteurs ou relecteurs) pour un total de 438 (+ 60 %)

    1 millions de hits / mois en moyenne (+ 65 %)

 

PROJETS pour 2010

Organisation : En savoir plus

  • Mettre en place un comité stratégique, avec un groupe représentatif des soutiens-partenaires actuels
  • Créer un comité éditorial : informations mises en ligne et diffusées, présentation-ergonomie, mots-clés
  • Stabiliser et renforcer l'organisation qui repose sur quelques personnes

Développements internes (Ens Sup - Recherche) En savoir plus

  • Référencer tous les développements des laboratoires CNRS avec la valorisation associée. Un ingénieur valorisation, Samuel Godey, financé par la DPI du CNRS, sera en CDD pour un an à partir de mi janvier 2010
  • Pour le référencement des développements logiciels, continuer les actions de promotion au niveau des délégations régionales et services de valorisation du CNRS, organismes-départements-instituts, laboratoires, universités
  • Pages de développements internes / laboratoire, organisme de recherche, institut, université

Projets connexes En savoir plus

  • Aider à la mise en place d'un réseau national de compétences pour les développeurs : DEVLOG
  • Lancer et participer au projet de Forge Ens Sup Recherche nationale dont le périmètre est à définir

Formation En savoir plus

 Plate-forme

  • Réorganiser les mots-clés existants et ajouter un nouvel ensemble de mots-clés 'scientifiques'
  • Mettre en place le processus de mise à jour des fiches ressources, des fiches dév ESR, logiciels à valider et logiciels en tests
  • Mise en place de nouveaux thèmes : chimie, électroniciens, astronomie...
  • Positionner le portail anglophone dans les serveurs internationaux et dans des projets européens

Travail 'de fond'

  • Enrichir la base des descriptions de logiciels validés, à valider, en tests, dév ESR et les ressources associées en motivant des contributeurs. Mettre en place de nouveaux thèmes avec des responsables thématiques
  • Tenir à jour la base existante
  • Rechercher de nouveaux soutiens et réaliser des partenariats à ce projet et à cette plateforme
  • Mettre en place de nouveaux projets connexes et aider à l'évolution de ceux déjà lancés

Service anti-spam de RENATER

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 18/12/09
  • Correction mineure : 13/01/12
Mots-clés

Service anti-spam de RENATER

Un service anti-spam est proposé par RENATER (Réseau National de télécommunications pour la Technologie, l'Enseignement et la Recherche) à l’ensemble des établissements (universités, laboratoires...) connectés au réseau (et donc titulaires d’un agrément RENATER).

Ce service se présente sous la forme d’un relais de messagerie mutualisé intervenant en amont des serveurs de messagerie des sites, effectuant un premier niveau de filtrage anti-spam et, en option, d’analyse anti-virus pour les messages à destination des utilisateurs des sites raccordés.

Pour en savoir plus (et si vous êtes postmaster d'un domaine connecté à RENATER pour bénéficier de ce service) : http://www.renater.fr/antispam

STUdS : service pour planifier une réunion ou faire un sondage

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 10/12/09
  • Correction mineure : 22/07/13
  • Fiches logiciel PLUME connexes : , RDVZ, STUdS
Mots-clés

STUdS : service pour planifier une réunion ou faire un sondage

Un service de sondage utilisant le logiciel STUdS est disponible sur le site http://studs.u-strasbg.fr hébergé à la Direction Informatique de l'Université de Strasbourg, similaire au fameux doodle.

Ce service en ligne sert à faire des sondages sans authentification pour trouver une date de réunion qui convienne à toutes les personnes concernées.

Son fonctionnement est le suivant :

  • Le créateur du sondage propose des dates dans l'application et valide la création du sondage,
  • L'application lui envoie un message contenant un lien généré automatiquement à envoyer aux personnes à sonder. L'application envoie également un lien différent pour le créateur qui lui sert à administrer le sondage, notamment pour le changement de certains paramètres,
  • Le créateur du sondage envoie le lien destiné aux sondés pour qu'ils se connectent sur l'application et remplissent leurs disponibilités pour les dates proposées par le créateur,
  • Le créateur et les utilisateurs peuvent se connecter à tout moment pour voir la ou les dates qui sont les plus choisies.

STUdS peut également être utilisé pour faire des sondages sur le même principe de fonctionnement.

Il est possible de faire des sondages en 4 langues : Français, Anglais, Espagnol et Allemand. On peut également faire des exports de certaines données au format PDF, CSV et ICS.

Groupe Logiciel Enseignement Supérieur - Recherche

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 27/02/12
  • Correction mineure : 27/02/12

Groupe Logiciel Enseignement Supérieur - Recherche

Ce texte de présentation a été rédigé par N. Marouzé (CNRS-DSI) et L. Boisson (CNL).

Présentation

Au sein du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, le « Groupe Logiciel Enseignement Supérieur - Recherche » rassemble des représentants de 13 Centres de Ressources Informatiques Universitaires, de 8 Organismes de Recherche et quelques experts. Il négocie des protocoles tarifaires avec les éditeurs de logiciels au profit de tous les établissements de la communauté Enseignement Supérieur et Recherche sous tutelle du Ministère.

Missions

La mission première du Groupe Logiciel est de négocier des protocoles permettant d’aboutir à un quadruple objectif :

  • obtenir les meilleurs prix du fait de « l’usage aux fins d’enseignement supérieur et de recherche », mais aussi par l’effet de masse sans engagement quantitatif de notre part ;
  • une distribution simplifiée organisée à partir de supports maîtres disponibles dans les CRI (Centres de Ressources Informatiques) Diffuseurs ou dans les CRI d'Établissements, ou par le biais plus classique de distributeurs ;

  • que le prix soit identique pour tous, que vous apparteniez à un gros établissement ou à une petite structure ;
  • offrir à l’utilisateur le choix entre des produits concurrents et promouvoir les « logiciels libres ».

Outre ces protocoles conclus avec les éditeurs, le Groupe Logiciel contribue à des appels d'offres nationaux encadrant :

  • la distribution des progiciels Microsoft sous le dispositif « Select »
  • la distribution des progiciels antivirus et de protection
  • la distribution gratuite du logiciel Power Archiver.

Bénéficiaires

Les travaux du Groupe Logiciel bénéficient :

  • aux établissements d'enseignement supérieur et de recherche (Universités, Grands Etablissements, Ecoles),

  • aux organismes de recherche,

  • aux autres organismes sous tutelle (CNED, CNDP, INRP, etc.),

  • à l'administration centrale du Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche,

  • à quelques regroupements d'établissements d'enseignement supérieur en  « cotutelle » ou « hors tutelle » (Ecoles des Mines, Ecoles d'Architecture, …).

Outils de Communication

La communication tant sur les protocoles que sur leur environnement est organisée au travers des listes de diffusion.

La liste LOGCRI

Elle rassemble les correspondants logiciels des établissements (un titulaire et un suppléant) et le Groupe Logiciel.

C'est un lieu d'échanges biunivoques et un forum.

La liste SUPTECH

Elle rassemble :

  • les membres du Groupe Logiciel,
  • les correspondants logiciels des établissements (titulaires et suppléants),
  • les correspondants support technique désignés par les correspondants titulaires de l'établissement dans la limite de 10
    personnes.

Elle a pour vocation de résoudre des problèmes dits de « support technique » :

  • par la mutualisation des compétences des correspondants qui aboutit à la résolution d'une grande partie des problèmes soulevés,
  • par l'organisation d'une forme de « help desk » développé à l'INSA de Lyon autour des technologies Microsoft dans le cadre d'un enseignement de cette discipline (optionnel). Elle implique des étudiants de l’INSA, regroupés autour d’un enseignant qui les accompagne dans un projet pédagogique. Ils ont comme « terrain de jeu » les incidents de notre communauté Enseignement Supérieur - Recherche.

Le serveur du Groupe Logiciel parachève cet ensemble d'actions, puisqu'il concentre l'information à divers niveaux :

  • les protocoles logiciels, avec leur environnement (produits / tarifs / distributeurs / support technique / formation) ;
  • de l'information technique ;
  • la possibilité pour les correspondants logiciels (titulaire et suppléant) d'accéder de manière sécurisée aux supports maîtres de
    Microsoft et d'autres éditeurs.

Organisation de la distribution

Chaque membre du Groupe Logiciel a pour mission d'informer les établissements d'Enseignement Supérieur ou organismes de Recherche des protocoles particuliers obtenus auprès des distributeurs et, dans certains cas, d'assurer la distribution des logiciels concernés.

Pour tout renseignement et pour bénéficier de ces conditions spéciales, contactez le CRI (Centre de Ressources Informatiques) dont vous dépendez géographiquement.

La liste des corespondants logiciels titulaires et suppléants se trouve sur le site du Groupe Logiciel à l'adresse : http://groupelogiciel.cnlesr.fr/Pages/Correspondan...

Certificats serveurs TCS

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 10/08/11
  • Correction mineure : 01/12/11
Mots-clés

Certificats serveurs TCS

  • https://tcs.renater.fr/
  • Type de ressource : service
  • Auteur(s) ou responsable(s) : RENATER, CRU, CNRS
  • Accès restreint : Enseignement Supérieur / Recherche

RENATER, le CRU et le CNRS mettent à disposition de leurs communautés des certificats électroniques pour serveurs reconnus par défaut dans les navigateurs Internet (Internet Explorer, Firefox/Mozilla/Netscape, Chrome, Opéra, Safari) : ces certificats ne provoquent pas l’apparition de fenêtre d‘avertissement et ne nécessitent pas d‘installer au préalable sur les postes clients des certificats d‘autorité de certification. Ces certificats serveurs sont appelés certificats TCS (TERENA Certificate Service). Ce service est proposé à la communauté Enseignement Supérieur / Recherche.

Il existe 3 guichets pour souscrire au service TCS :

  • Pour les établissements d’enseignement supérieur sous tutelle du Ministère de
    l’Enseignement Supérieur et Recherche et enregistrés dans la base CORI : le CRU
  • Pour les laboratoires et unités du CNRS : le CNRS
  • Pour les autres établissement : RENATER

Selon votre tutelle adressez-vous à l'un de ces 3 guichets pour obtenir un certificat serveur TCS.

ANSSI : Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 07/08/09
  • Correction mineure : 29/03/10
Mots-clés

ANSSI : Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information

L'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) a été crée le 7 juillet 2009. Elle succède à l’ancienne direction centrale de la sécurité des systèmes d’information (DCSSI). Elle est la référence officielle en France en matière de SSI. Le portail de l'ANSSI contient :

  • l'organisation de la cyberdéfense en France (CERTA, COSSI, etc.) ;
  • un catalogue de produits de sécurité certifiés ;
  • la réglementation (documents interministériels, RGS, certification, signature électronique, cryptologie) ;
  • des outils méthodologiques (EBIOS, PSSI, etc.) ;
  • des offres de formation (stages, autoformation, etc.) ;
  • des publications scientifiques de l'ANSSI ;
  • des liens vers des sites traitant de la sécurité des systèmes d'information.

stackoverflow et serverfault : serveurs Q/R pour les administrateurs système-réseau et les développeurs

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 09/07/09
  • Correction mineure : 07/04/10
Mots-clés

stackoverflow et serverfault : serveurs Q/R pour les administrateurs système-réseau et les développeurs

Ces 2 sites permettent de poser des questions et répondre à des questions sur des problèmes dans la pratique des métiers d'administrateur système-réseau et développeur de logiciels.
Ils fonctionnent sur le mode question/réponse sur des problématiques concernant l'administration système et réseau pour l'un ( http://serverfault.com ) et sur des problématique développement pour l'autre ( http://stackoverflow.com/ ).

Toute personne souhaitant rédiger sur ces sites doit être authentifiée.
Chaque personne reçoit une appréciation de sa réponse.
Aussi , chaque participant à une "réputation". Plus la "réputation" est élevée, plus le participant a de droits sur le serveur.

Un système d'étiquette et un moteur de recherche permettent de trouver rapidement les questions/réponses concernant un thème ou un système d'exploitation précis.

Woozweb : service de monitoring de sites web

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 03/07/09
  • Correction mineure : 03/07/09
  • Fiches logiciel PLUME connexes : Apache
Mots-clés

Woozweb : service de monitoring de sites web

Woozweb est un service de monitoring gratuit de sites web, qui permet de surveiller ses serveurs web à distance. Le service (plusieurs serveurs) scrute régulièrement les sites à surveiller pour avoir l'accessibilité, les temps de réponses... compile ces données et les présentent sous formes de statistiques librement accessibles.
A noter que cette activité permet au service Woozweb de récolter des données sur les technologies employées sur les sites français.

Pour utiliser le service de monitoring il faut se créer un compte qui permet d'enregistrer jusqu'à 10 sites web à surveiller.
Les sites sont ensuite sondés à raison de 2 fois toutes les 15 minutes. Il y a 2 sondes, une en Europe et l'autre aux États-unis, d'après la FAQ du service cela représente donc 8 hits à l'heure, soit 192 hits par jour. En réalité en fonction des hôtes on a pu compter entre 192 et 768 hits par jours.
En cas d'indisponibilité ou de temps de réponse trop élevé, un e-mail peut être envoyé et l'alerte est consignée dans l'historique des évènements, accessible dans un tableau de bord.
Le service permet également de vérifier qu'une chaine de caractère est bien présente dans la page d'accueil du site web. Cela peut par exemple permettre de vérifier que le site web surveillé répond avec le contenu normal et non pas avec une page d'erreur.

Un tableau de bord permet également de consulter les informations suivantes :

  • chargement de page - composants et chronologie de chargement
  • aperçus d'écrans du site
  • technologies et outils
  • entête HTTP
  • contenu Liens Mots-Clés
  • taux de changement hebdomadaire
  • réseau (ping et traceroute)
  • benchmark
  • évolution des principaux paramètres du site sur le long terme

La FAQ explique en détail le fonctionnement du service.

Syndiquer le contenu